Fdesouche

Les Talibans menacent les Occidentaux de « conséquences » s’ils retardent leur départ après le 31 Août (MàJ : La France stoppera ses évacuations dès jeudi si les USA se retirent le 31)

25/08/2021


24/08/2021

Le pont aérien mis en place par la France pour exfiltrer de Kaboul des Afghans voulant échapper aux talibans s’achèvera ce jeudi si les Etats-Unis se retirent comme prévu d’Afghanistan le 31 août, dans une semaine, a déclaré ce mardi un haut diplomate français.

Si les Etats-Unis suivent leur objectif de retrait total le 31 août, «pour nous, en termes de “retroplanning”, cela veut dire que notre opération se termine jeudi soir. Donc il nous reste trois jours», a expliqué le directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères, Nicolas Roche, au Premier ministre Jean Castex, en présence de journalistes.

Le ministère des Affaires étrangères a identifié encore 62 Français qui restent à évacuer et de très nombreux Afghans ont sollicité une exfiltration que les autorités examinent. Lors de la visite du centre de crise et de soutien (CDCS) du ministère des Affaires étrangères, Jean Castex a souligné la nécessité «de distinguer les urgences, ce qui nécessite des réponses rapides, du reste».

Le gouvernement espagnol a averti ce mardi que certaines personnes qu’il voudrait évacuer d’Afghanistan ne pourraient pas être exfiltrées du pays en raison de la situation “vraiment dramatique” sur le terrain.

“Les talibans deviennent plus agressifs, il y a des tirs, il y a une situation de violence plus évidente, les contrôles sont chaque fois plus durs (…) la situation est vraiment dramatique et ça devient chaque jour de pire en pire, parce que les gens sont conscients que les délais se réduisent”, a réagi  la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, sur la radio Cadena Ser.

JSL / Libération



23/08/2021

Les États-Unis pensent qu’ils peuvent évacuer tous les Américains d’Afghanistan d’ici le 31 août, selon le principal collaborateur de Biden (AFP)

Le conseiller américain à la sécurité nationale, a déclaré que la Maison Blanche pensait pouvoir faire sortir tous les Américains d’ici le 31 août, mais a insisté sur le fait que la grande majorité des personnes évacuées chaque jour étaient des ressortissants afghans. (AFP)


La Grande-Bretagne veut que les forces américaines restent à Kaboul après la date limite du 31 août. (Fox News)


L’Allemagne en pourparlers pour maintenir l’aéroport de Kaboul ouvert aux évacuations au-delà du 31 août. (AFP)



La France ouvre la voie, après les Etats-Unis, à un “délai supplémentaire” de présence militaire sur le sol afghan après le 31 août pour mener à bien les évacuations de personnes à risque. Une telle mesure est “nécessaire”, a déclaré lundi 23 août Jean-Yves Le Drian. Le ministre français des Affaires étrangères s’est dit “préoccupé” par le départ des troupes américaines, en arrivant sur la base aérienne 104 d’Al-Dhafra, à 30 kilomètres d’Abou Dhabi, où l’armée de l’Air française a mis en place un pont aérien vers Kaboul

Jean-Yves Le Drian s’est dit “préoccupé” par la date-butoir fixée par les États-Unis pour le retrait définitif des forces d’Afghanistan. “Un délai supplémentaire est nécessaire pour mener à bien les opérations en cours”, a affirmé le ministre français des Affaires étrangères.

Europe1 / FranceInfo



22/08/2021

Dans son bureau du Quai d’Orsay vendredi, Jean-Yves Le Drian a les yeux rivés sur les images satellites de l’aéroport de Kaboul et sur les messages qui lui parviennent directement depuis l’ambassade de France en Afghanistan, déplacée dimanche dernier sur le tarmac de la zone militaire. Avant même qu’il entende le président Biden parler de “crédibilité” américaine dans la gestion de cette crise chaotique, il explique au JDD les prochaines étapes de la communauté internationale face au nouveau règne des talibans.

Sauver ces Afghans qui ont défendu l’état de droit et les libertés, c’est devenu la mission prioritaire de la France ?

Nous avons encore quelques Français à évacuer en priorité, mais oui, nous sommes focalisés sur cet objectif majeur. C’est aussi ce que j’ai dit à l’Otan. C’est un devoir moral. Mais c’est un effort rendu très complexe par la situation de chaos. Nous tâchons de repérer ces Afghanes et ces Afghans qui se sont signalés pour les guider face aux embûches qui jalonnent leur chemin jusqu’aux portes de l’aéroport de Kaboul, qui sont bloquées par une foule compacte. Tous les cas qui se sont présentés – et leur nombre augmente de jour en jour, avec des centaines de noms – sont instruits.

Combien de temps cette opération peut-elle durer, surtout si les forces américaines ne peuvent pas sortir de l’aéroport ? Est-il raisonnable de garder l’aéroport ouvert après la date très symbolique du 11 septembre, vingt ans après les attentats contre le World Trade Center ?

Il ne faut pas qu’il y ait de précipitation dans l’accélération des événements à laquelle nous assistons. Tant que l’aéroport reste ouvert, tant que notre personnel y est en sécurité, nous restons. Notre responsabilité morale collective est de faire en sorte que les Afghans menacés en raison de leurs engagements antérieurs soient évacués, et cela s’impose au-delà de tout calendrier. Il nous faut le temps d’accomplir ce devoir, il se compte en jours ou en semaines, pas en mois.

[…]

Le JDD

7.000 Afghans en attente d’une évacuation vers l’Hexagone

Selon nos informations, 7.000 noms y étaient déjà répertoriés vendredi. Ces Afghanes et ces Afghans n’ont pas de lien direct avec la France mais partagent avec notre pays ses “valeurs”, selon l’expression d’Emmanuel Macron lundi soir. 

Le JDD


Fdesouche sur les réseaux sociaux