Fdesouche

Acte cruel à Regen, en Basse-Bavière : Après une dispute dans un refuge pour sans-abri, un homme de 21 ans aurait poignardé sa victime à mort. Le suspect avait déjà attiré l’attention de la police en commettant des infractions contre les biens et des dommages corporels.

Publicité

Un homme de 21 ans aurait tué un autre résident d’un refuge pour sans-abri à Regen, en Basse-Bavière, et lui aurait coupé la tête. Selon l’autopsie, la victime, âgée de 52 ans, a succombé à de multiples coups de couteau, a annoncé la police lundi.

Il semble que l’homme n’était plus en vie au moment de la décapitation. Le suspect somalien avait été arrêté quelques heures après la mort de l’homme de 52 ans, lundi dernier, puis emmené dans un hôpital de district.

Le motif du crime n’est pas encore clair, a déclaré un porte-parole du quartier général de la police de Basse-Bavière. L’accusé n’a donné aucune information sur l’affaire jusqu’à présent. La victime avait la nationalité allemande et kazakhe.

On suppose qu’il y a eu une querelle entre l’auteur et la victime, qui se connaissaient. Jusqu’à présent, il n’y a aucune indication d’un motif politique ou religieux. Le réfugié de 21 ans avait déjà attiré l’attention ces derniers mois pour des infractions contre les biens et des lésions corporelles et avait également été hospitalisé dans le district, a déclaré le porte-parole de la police.

Andreas Kroner (SPD), le maire de Regen, a critiqué les autorités responsables pour ne pas avoir informé la ville de la dangerosité du suspect. “Après son premier séjour à l’hôpital de district, on nous l’a simplement renvoyé sans nous dire ce qu’il avait. C’est inacceptable pour moi.”

Plusieurs personnes, notamment des aides aux réfugiés et des employés de la banque alimentaire locale, s’étaient occupées des résidents du refuge pour sans-abri en concertation avec la ville, a déclaré M. Kroner : “On ne peut pas imaginer ce qui aurait pu se passer là-bas. Cela rappelle des souvenirs de l’affaire Würzburg.” Le maire veut maintenant écrire une lettre au ministère de l’Intérieur et contacter l’Association des villes bavaroises pour encourager de meilleurs liens entre les autorités dans de tels cas.

WELT


Fdesouche sur les réseaux sociaux