Fdesouche

30/07/2021

Agglutinées sur l’herbe, juste à côté des vacanciers, ces tentes abritent de nombreux mineurs isolés, mais aussi beaucoup de familles. Aïcha, par exemple, est assise en tailleur devant sa tente et berce Amy, sa petite fille née il y a dix jours. Cela fait désormais plus de neuf mois que cette Ivoirienne, son compagnon et leurs enfants n’ont pas eu de logement fixe. “On dort sous les tentes dans le canal de Saint-Denis, la porte de la Villette...”, explique-t-elle au micro d’Europe 1. “On espère avoir des solutions avec le gouvernement, parce que ce n’est pas facile avec des enfants, surtout quand il fait nuit… La fraîcheur, la peur, dans les tentes ce n’est pas facile pour nous.

Publicité

Europe 1

29/07/2021

Environ 400 sans-abri, dont des familles avec enfants et des mineurs non accompagnés, ont planté des tentes jeudi 29 juillet à Paris sur la très chic place des Vosges (quatier du Marais) afin de demander à l’Etat «des solutions d’hébergement dignes et pérennes», a constaté une journaliste de l’AFP. Ces sans-abri sont accompagnés par le «Collectif Réquisitions», qui regroupe plusieurs associations, dont Utopia, solidarité migrants Wilson et le DAL.

«Nous prévoyons de rester jusqu’à la mise à l’abri de l’ensemble des personnes présentes», a prévenu Philippe Caro, de solidarité migrants Wilson. «Nous sommes ici pour hausser le ton : il y a 400.000 logements vides en Île-de-France. Nous demandons une meilleure application de la loi sur les réquisitions», a-t-il poursuivi.

«Nous avons choisi ce lieu car c’est un lieu touristique à Paris. Nous voulons montrer une autre face de Paris. Rendre visibles les invisibles, aussi dans les quartiers chic», a expliqué à l’AFP Pierre Mathurin, coordinateur d’Utopia Paris.

Dans un communiqué, le DAL explique qu’il s’agit de la 9ème action du «Collectif Réquisitions». En mai, cette organisation connue pour ses actions coup de poing et des sans-abri avaient occupé un gymnase appartenant à la mairie de Paris. Fin janvier, c’était une ancienne école maternelle du XVIème arrondissement, puis mi-février l’Hôtel-Dieu. […]

Le Figaro


Fdesouche sur les réseaux sociaux