Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Depuis le déclenchement des violences le 9 juillet, de nombreux quartiers de la nation “arc-en-ciel” ont pris en main leur sécurité, compensant les défaillances d’une police vite débordée. Mais ici, à 25 km du port de Durban (Est), les accusations de racisme ont fusé: les vigiles improvisés sont tous d’origine indienne, les vingt morts cette semaine tous noirs. La communauté indienne représente 2,6 % des 59 millions d’habitants du pays.

Machettes et fusils à proximité, ils se frottent les mains à la chaleur des braseros, dos courbés et capuches sur la tête: ces hommes armés montent la garde à l’entrée de Phoenix, township devenu un point chaud entre Sud-Africains noirs et d’origine indienne.

On protège les gens du township quand ils sortent”, dit Loven Karim, chef d’un groupe citoyen qui travaille avec la police, flanqué de jeunes hommes brandissant revolvers et fusils à pompe. Ils veillent pour repousser les fauteurs de troubles, pillards, incendiaires et autres agresseurs. Mais on les accuse de barrer l’accès du quartier à leurs compatriotes noirs, sans distinction.

Nous ne sommes pas racistes. Les médias disent que c’est une affaire raciale. Ce sont ceux qui le disent qui sont racistes, ils disent n’importe quoi“, ajoute Loven Karim. “Nous sommes juste là pour protéger nos familles”. […]

Le roi zoulou est sorti de sa réserve mercredi pour tenter d’apaiser les tensions à Phoenix. “Ce qui se passe entre Zoulous et Indiens, il faut que ça cesse“, a déclaré mercredi Misuzulu Zulu, monarque sans pouvoir mais très respecté, appelant à une “compréhension et attention” entre communautés. […]

Le Point


Fdesouche sur les réseaux sociaux