Fdesouche

Espagne : le meurtre de Samuel, un homosexuel et aide-soignant de 24 ans, secoue le pays (MàJ : Plusieurs suspects arrêtés, dont un Brésilien et un ultra d’extrême-gauche)

11/07/2021

Suspects

Espagnol, entre 20 et 25 ans, résident de La Corogne et proche des milieux du groupe Riazor Blues (Nationalistes galiciens d’extrême gauche), fan du Real Club Deportivo (Football). Voici le profil de Yumba (Surnom), “l’ultra”, arrêtée pour le passage à tabac brutal qui a mis fin à la vie de Samuel Luiz, le jeune homme de La Corogne tué au petit matin du 3 juillet.

Compte “Follow” par le groupe d’ultra d’extrême-gauche

Selon des sources proches de l’enquête, ce suspect présumé, connu sous le surnom de “Yuma”, n’était pas présent lors de la première série de coups, mais est venu se battre massivement avec le reste du groupe. Il était un ami du reste des agresseurs et a répondu à l’appel pour poursuivre et battre Samuel plus tard, pendant l’agression collective, pendant 15 minutes d’agonie. Il est en détention sans caution depuis vendredi.

Au cours de la semaine dernière, la police a réussi à identifier et à arrêter six suspects, dont deux mineurs, qui font l’objet d’une enquête pour le crime de meurtre ou d’homicide involontaire, à définir au cours de l’enquête. Tous ont été arrêtés en plusieurs lots.

La première, effectuée mardi, a conduit au commissariat de police D., le principal agresseur et le plus violent du groupe, sa compagne, instigatrice des coups, et ” l’ultra “, dont on ne connaissait aucune image jusqu’à aujourd’hui. De tous ces hommes, âgés de 20 à 25 ans, seule la fille est en liberté avec des charges.

La deuxième série d’arrestations s’est terminée avec K., “le voleur”, derrière les barreaux. Cet agresseur présumé, originaire du Brésil, est également accusé d’avoir voler le téléphone portable de Samuel après le premier passage à tabac.

Enfin, la troisième vague a réussi à arrêter deux autres suspects présumés, tous deux mineurs, dans le meurtre de Samuel. On sait que l’un d’entre eux a un casier judiciaire et que, sur décision de justice, ils sont internés dans un centre depuis vendredi.

Les quatre premiers détenus, majeurs, ont déclaré devant le juge qu’ils étaient ivres. Leur excuse, disent-ils, est qu’ils “n’étaient pas conscients” de ce qu’ils faisaient en raison de l’excès d’alcool. Le problème, en fait, c’est que “ce qu’ils faisaient”, c’était battre à mort un garçon sans défense qui n’avait jamais levé la main sur eux. A partir de ce postulat, les stratégies judiciaires changent.

Le premier de ceux qui sont emprisonnés est D., connu dans l’enquête comme le principal agresseur, le plus violent du groupe et le premier à frapper Samuel. Cette nuit-là, il avait été expulsé d’El Andén (Boîte de nuit) après une violente dispute avec sa petite amie, mais ils l’ont laissé revenir. Il n’a pas rencontré la victime avant la fin de la nuit, lorsqu’il l’a faussement réprimandé pour l’avoir enregistré avec son téléphone portable.

Aux yeux de la police, l’implication de D. dans l’affaire est la plus importante du groupe. Selon des sources proches du dossier, cet “agresseur principal” aurait été l’auteur du premier et du dernier coup porté à Samuel, clé du traumatisme crânien qui a causé sa mort.

On en sait moins sur les deux autres prisonniers. L’un d’eux, K. “le voleur”, est originaire du Brésil, est accusé d’avoir volé le téléphone portable de la victime et est le seul à ne pas avoir de défenseur public. La troisième personne présumée impliquée dans la prison est “l’ultra”, proche des milieux du football dans la ville et un participant actif de la deuxième battue. L’enquête pense qu’en plus de ces trois personnes et des deux mineurs, d’autres personnes pourraient être impliquées.

Il s’agit donc de six détenus déjà arrêtés pour le passage à tabac brutal qui a mis fin à la vie de Samuel, qui a eu le temps de se lever et de traverser la rue avant qu’une “meute d’hommes” ne le réduise complètement au silence. Selon des sources proches de l’enquête, ils pourraient être au moins sept à avoir brutalement frappé le jeune homme, même s’il était déjà inconscient, jusqu’à ce qu’il soit tué au milieu de la promenade de La Corogne.

El Espagnol


10/07/2021


L’un des coupables présumés du meurtre de Samuel Luiz est conduit dans un fourgon de la Garde civile alors qu’ilttant le tribunal de La Corogne

Le magistrat indique dans l’ordonnance que quatre d’entre eux sont soupçonnés d’avoir commis un délit de meurtre ou d’homicide involontaire.

L’enquête sur le passage à tabac mortel de Samuel Luiz le week-end dernier continue d’avancer pour tenter de clarifier les faits qui ont conduit une “meute humaine” à mettre fin à la vie – coups de poing et coups de pied – du jeune Galicien de 24 ans. Hier était un jour clé. Alors que les quatre premiers détenus sont passés devant le tribunal – après près de 72 heures en cellule -, la police nationale a arrêté deux autres personnes liées au crime : deux mineurs, dont l’un avait un casier judiciaire. La journée s’est terminée avec trois d’entre eux en prison provisoire sans caution ; la seule fille arrêtée a été libérée avec des charges ; et les deux personnes arrêtées qui ont moins de 18 ans attendent de passer par un tribunal pour mineurs.

Le juge chargé de l’affaire a entendu les quatre premiers détenus : tous amis, voisins de La Corogne et âgés de 20 à 25 ans. Selon des sources juridiques présentes lors de l’interrogatoire, aucune des personnes qui se sont présentées devant le juge n’a invoqué son droit de ne pas témoigner. Ils ont expliqué à l’enquêteur qu’ils buvaient. Que l’alcool coulait tellement dans leur sang qu’ils n’étaient pas “conscients” de ce qu’ils faisaient. Que “ce qu’ils ont fait” était de battre à mort Samuel Luiz, qui n’a pas pu se défendre contre le troupeau humain qui a mis fin à sa vie après une confusion sur un appel vidéo. Elle s’est protégée en ne souillant pas ses mains, qui n’ont à aucun moment touché Samuel, bien que plusieurs témoins la situent en train d’encourager les agresseurs pendant les 15 minutes qu’a duré l’agonie.

Après les avoir entendus, le ministère public a demandé la prison pour eux et la liberté – avec des comparutions occasionnelles devant le tribunal – pour elle. Et le juge a accédé à la demande du procureur. Elle a envoyé les trois jeunes hommes en prison à titre provisoire en raison d’un risque de fuite et de la possibilité d’altérer ou de détruire des preuves.

Le magistrat indique dans l’ordonnance que les quatre personnes sont soupçonnées d’avoir commis un crime d’homicide ou de meurtre, qui sera défini tout au long de l’enquête.

Quant aux deux autres détenus, des sources policières indiquent que l’un d’entre eux a un casier judiciaire, qu’elles n’ont pas précisé.

Les six détenus sont amis et n’avaient aucun lien de relation avec Samuel. La police nationale maintient ouverte l’enquête, qui pourrait conduire à d’autres arrestations.

La Vanguardia


09/07/2021

Les images, qui peuvent heurter la sensibilité du spectateur, montrent les agresseurs frappant Samuel en masse et en deux phases. Entre la première attaque et la seconde, la victime est poursuivie dans les rues autour de la plage de Riazor.


La police nationale a arrêté deux mineurs vendredi comme auteurs présumés du crime de Samuel Luiz, de sorte qu’il y a déjà six arrêtés jusqu’à présent, tous résidents de La Corogne, les sources de l’enquête informer Efe.

Les quatre personnes arrêtées précédemment, une femme et trois hommes entre 20 et 25 ans, se trouvent à l’intérieur du bâtiment des tribunaux de La Corogne, où ils sont passés ce vendredi à la disposition judiciaire.

El Independiente


08/07/2021

Une des personnes arrêtées pour le meurtre de Samuel à La Corogne

La police a indiqué jeudi à l’AFP qu’une quatrième personne, un homme d’une vingtaine d’années lui aussi soupçonné de meurtre, avait été arrêté. C’est «un ami des trois autres», qui, comme les autres suspects, «ne connaissait pas la victime».

Pour l’instant, les responsables de l’enquête ne concluent pas au crime homophobe et «toutes les hypothèses» restent ouvertes. Samuel Luiz a été battu dans la rue par plusieurs personnes sur une distance de 200 mètres.

D’après les médias locaux, les premiers résultats de l’autopsie indiqueraient qu’il est mort d’un traumatisme crânien causé par un coup de pied à la tête. Son père, Maxsoud Luiz, a déclaré à la chaîne espagnole Antena 3 que son fils était avec trois amies au moment des faits. Pour ses proches, les agresseurs ont agi par homophobie et l’ont frappé en le traitant de «pédé».

L’indignation a été grande dans le pays car ce crime s’est produit alors que l’Espagne venait de célébrer la semaine des Fiertés LGBT.

Le Figaro


06/07/2021

Le meurtre d’un jeune homme battu à mort le week-end dernier a secoué l’Espagne où se sont déroulées lundi 5 juillet d’importantes manifestations pour dénoncer un «crime homophobe».

(…) Une foule de plusieurs milliers de manifestants, dont certains brandissaient le drapeau des Fiertés, avait ainsi répondu à l’appel de nombreux collectifs LGTB+ réclamant «Justice pour Samuel», comme le criaient les participants. «Ce ne sont pas des coups, ce sont des assassinats», a scandé la foule. «Stop homophobie», «Tout ce que je veux, c’est vivre» ou encore «Ils sont en train de nous tuer», pouvait-on lire sur certaines pancartes. (…)

Lundi, le ministre espagnol de l’Intérieur Fernando Grande-Larlaska a souligné qu’il n’y avait eu aucune arrestation pour le moment et qu’«aucune piste n’était écartée, ni celle délit de haine ni aucune autre». «Je suis convaincu que l’enquête de la police trouvera bientôt les auteurs de l’assassinat de Samuel et fera toute la lumière sur les faits. C’est un acte sauvage et sans pitié. Les droits et les libertés ne reculeront pas. L’Espagne ne le tolèrera pas», a tweeté lundi soir le premier ministre socialiste Pedro Sanchez.

Le Figaro


04/07/2021

La version de la police pour l’instant, est que le passage à tabac absurde et brutal par lequel Samuel Luiz Muñiz, 24 ans, a perdu la vie à La Corogne, serait dû à un malentendu. Il se trouvait avec des amis à l’entrée d’une boîte de nuit de la zone de promenade, et aurait parlé à quelqu’un par vidéoconférence. Et un groupe d’hommes qui se trouvaient là a également cru que le jeune homme enregistrait les femmes qui les accompagnaient avec son téléphone portable.

Samuel Luiz Muñiz, 24 ans, a été brutalement battu à mort vers trois heures du matin de vendredi à samedi le long de la promenade de La Corogne. Un groupe de jeunes lui a donné des coups de pied et de poing et, lorsqu’il a été gravement blessé, ils l’ont laissé étendu dans la rue et ont quitté les lieux. Bien que les services de santé aient tenté de le réanimer pendant deux heures, ils n’ont pas réussi à lui sauver la vie et il est mort à l’hôpital.

Treize personnes ont été arrêtées pour leur relation présumée directe ou indirecte avec la mort de ce jeune homme, qui résidait à Culleredo et travaillait comme aide-soignant à la Fondation Padre Rubinos. La ligne d’enquête de la police, comme confirmé par des sources de l’organisme à Efe, se concentre sur une discussion qui provient de l’utilisation d’un téléphone mobile. Les personnes arrêtées, qui ont été identifiées et dont les déclarations sont en cours, sont dans la caserne de Lonzas. Ils sont presque tous majeurs.

La mort de Samuel est devenue virale et même des artistes, des politiciens et des ministres ont exprimé leur opinion sur ce qui s’est passé, mais la vérité est qu’il y a peu d’informations officielles sur cette affaire et beaucoup d’inconnues. Si l’affaire a suscité un tel intérêt, c’est parce que, quelques heures après le passage à tabac, des personnes se présentant comme ses amis ou ses proches ont publié sur les réseaux sociaux qu’il s’agissait d’une agression homophobe et que la population exige que cette discrimination ne reste pas impunie. Cependant, jusqu’à présent, il n’y a pas de confirmation officielle à ce sujet.

Le tribunal d’instruction numéro 8 de La Corogne a décrété le secret de la procédure et la police nationale s’est concentrée sur les enquêtes visant à localiser les agresseurs, qui ont fui les lieux sans que l’on puisse les identifier. À partir des enregistrements des caméras de sécurité, des récits des témoins et de l’enregistrement obligatoire des clients des établissements de restauration de la région, ils ont tenté de les retrouver et de faire la lumière sur ce qui s’est passé.

Les médias galiciens ont indiqué dans l’après-midi que plusieurs personnes avaient été identifiées en relation avec sa mort, sept selon La Voz de Galicia. Quelques heures plus tard, on apprenait leur arrestation, qui devait être “une question d’heures ou de jours”. Connaître les noms des auteurs présumés de l’agression brutale n’a pas été une tâche compliquée puisque, selon ce journal, quelques minutes auparavant, ils avaient laissé leur numéro d’identification pour accéder à une boîte de nuit voisine et les caméras de plusieurs établissements de l’avenue de Buenos Aires ont enregistré l’agression. L’une des filles qui accompagnaient la victime a identifié au poste de police, lorsqu’on lui a montré l’une des vidéos, la personne qui a donné le premier coup.

Des personnes qui se présentent comme des amis du défunt affirment sur les réseaux sociaux que Samuel était homosexuel et que, lorsqu’ils l’ont attaqué, ils ont crié “pédé”. Ils n’ont aucun doute sur le fait que ce qui s’est passé a des connotations homophobes. Officiellement, les sources consultées par ce journal disent que, pour l’instant, il n’y a aucune preuve que ce soit le cas.

Le père du garçon, Maxsoud Luiz, a fait une déclaration à La Voz de Galicia ou il parle de la brutalité de la mort de son fils. Il attribue l’attaque à une “confusion” et assure que son fils n’a “absolument rien fait” pour se faire tuer. Il demande seulement que les coupables soient arrêtés.

Parmi les innombrables publications sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui demandent aux témoins potentiels de fournir des données permettant de localiser les agresseurs de Samuel, qui soulignent qu’il était aide-soignant à la maison de retraite Padre Rubinos et qu’il n’avait de problèmes avec personne.

El Mundo


Fdesouche sur les réseaux sociaux