Fdesouche

530.000 migrants arrêtés à la frontière américaine ces trois derniers mois, un nouveau record atteint

https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Le nombre de sans-papiers atteignant la frontière entre les États-Unis et le Mexique a atteint le niveau le plus élevé depuis plus de 20 ans, dernier signe de la crise humanitaire à laquelle est confrontée l’administration Biden.

Le service américain des douanes et de la protection des frontières (CBP) a déclaré avoir arrêté 180 034 migrants, pour la plupart des adultes célibataires, en mai.

Ce chiffre est en légère augmentation par rapport aux 178 854 d’avril et 172 000 de mars.

Il s’agit du plus grand total mensuel depuis avril 2000, avec un nombre croissant de migrants provenant d’autres pays que l’Amérique centrale.

Il s’agit de pays comme l’Équateur, le Venezuela, Cuba, Haïti et même certaines nations africaines.

Le nombre de mineurs non accompagnés en provenance d’Amérique centrale a chuté à 10 765 en mai, contre 13 940 le mois précédent, selon les chiffres du CBP.

L’agence a déclaré que sur les 180 034 personnes rencontrées en mai, 112 302 individus ont été expulsés en vertu d’une politique de l’ère Trump connue sous le nom de Titre 42, qui a été maintenue en place par le président américain Joe Biden.

L’agence frontalière a déclaré que le nombre quotidien moyen de mineurs sous sa garde s’est effondré à 640. Cependant, 16 200 autres mineurs migrants sont détenus par le département américain de la santé.

Certains de ces mineurs n’ont aucun parent aux États-Unis, a déclaré mardi le secrétaire à la santé Xavier Becerra lors d’une déposition au Congrès.

JooYeun Chang, secrétaire adjoint par intérim du ministère américain de la santé, a déclaré que le nombre de mineurs migrants non accompagnés depuis mars est “tout simplement sans précédent”.

La mise à jour du CBP fait suite à la visite de deux jours de la vice-présidente américaine Kamala Harris au Guatemala et au Mexique pour s’attaquer aux causes profondes de l’immigration. Elle a dit aux immigrants illégaux qui envisagent de faire le voyage vers l’Amérique : “Ne venez pas”.

Selon CNN, la Maison-Blanche n’a pas été “ravie” par l’échange virulent de Mme Harris avec un présentateur de journal télévisé, qui lui a demandé pourquoi elle ne s’était pas rendue elle-même à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Le correspondant de la chaîne câblée John Harwood a déclaré que le “malaise évident” de la vice-présidente face à la question de NBC et son “rire nerveux” avaient laissé la Maison Blanche “perplexe”.

De l’autre côté de la frontière septentrionale, le Canada a proposé d’aider à résoudre la crise en accueillant certains migrants d’Amérique centrale.

Le ministre canadien de l’immigration, Mark Mendicino, a déclaré à Reuters mardi : “Je pense certainement que nous en avons la capacité.”

Le Canada s’est engagé à réinstaller des milliers de réfugiés en 2021, mais il a également refusé des demandeurs d’asile pendant la pandémie. On ne sait toujours pas comment le pays va accepter les migrants qui sont actuellement détenus par les États-Unis.

M. Biden a fait campagne sur la promesse d’un programme d’immigration plus humain. Depuis son entrée en fonction, le président démocrate a mis un terme à la construction du mur frontalier et a abrogé la politique de M. Trump intitulée “Rester au Mexique”, qui obligeait les demandeurs d’asile américains à attendre au Mexique pendant le traitement de leur demande.

Il a également exhorté le Congrès à créer une voie vers la citoyenneté pour les millions d’immigrants illégaux déjà présents aux États-Unis.

Selon le Washington Post, un récent mémo de l’administration Biden exige que les agents de l’immigration et des douanes américaines demandent l’autorisation de cadres supérieurs avant de chercher à expulser certains migrants, une politique qui, selon le journal, entraînerait une forte baisse des arrestations et des expulsions liées à l’immigration.

Les républicains ont rendu les politiques de M. Biden responsables de l’afflux de migrants à la frontière, tout comme le président guatémaltèque Alejandro Giammattei, à la veille de sa rencontre avec le vice-président américain.

Il a déclaré dimanche à CBS News qu’après l’entrée en fonction de M. Biden, “dès le lendemain, les coyotes étaient là, organisant des groupes d’enfants pour les emmener aux États-Unis”.

BBC


Fdesouche sur les réseaux sociaux