Fdesouche

Une étude de l’UE trouve de l’incitation dans les manuels scolaires palestiniens, tenus à l’écart du public.

La Commission européenne a gardé le rapport sous le coude après l’avoir reçu de l’Institut Georg Eckert pour la recherche internationale sur les manuels scolaires plus tôt cette année. Bruxelles finance directement les salaires des enseignants et les éditeurs de manuels scolaires, qui, indique le rapport, encouragent et glorifient la violence contre les Israéliens et les Juifs.

Le rapport, qui compte près de 200 pages, examine 156 manuels scolaires et 16 guides pour enseignants. Les textes datent pour la plupart de 2017-2019, mais 18 d’entre eux datent de 2020. Des extraits du rapport ont été publiés dans le journal allemand Bild en début de semaine.

L’analyse a révélé une image complexe : 1) les manuels adhèrent aux normes de l’UNESCO et adoptent des critères qui sont prédominants dans le discours international sur l’éducation, y compris une forte concentration sur les droits de l’homme, 2) ils expriment un récit de résistance dans le contexte du conflit israélo-palestinien et 3) ils affichent un antagonisme envers Israël.

Selon le rapport, les manuels présentent “des attitudes ambivalentes – parfois hostiles – envers les Juifs et les caractéristiques qu’ils attribuent au peuple juif….. L’utilisation fréquente d’attributions négatives à l’égard du peuple juif… suggère une perpétuation consciente des préjugés anti-juifs, en particulier lorsqu’elle s’inscrit dans le contexte politique actuel”.

Un exercice dans un manuel d’études religieuses demande aux étudiants de discuter des “tentatives répétées des Juifs de tuer le prophète” Mahomet et demande qui sont “les autres ennemis de l’Islam.”

“Ce ne sont pas tant les souffrances du prophète ou les actions des compagnons qui semblent être au centre de cette unité d’enseignement, mais plutôt la prétendue perniciosité des Juifs”, indique le rapport.

Le rapport identifie “la création d’un lien entre la tromperie déclarée des “Juifs” dans les premiers jours de l’Islam et le comportement insinué des Juifs aujourd’hui”, le qualifiant d'”extrêmement escalatoire.” Un manuel établit un lien entre la tante de Mahomet qui a matraqué un Juif à mort et une question sur la fermeté des femmes palestiniennes face à “l’occupation sioniste juive”.

Jerusalem Post


L’Etude complète :

Cliquez pour y acceder


Fdesouche sur les réseaux sociaux