Fdesouche

La décision de la Grèce de désigner la Turquie comme pays tiers sûr pour les demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Afghanistan, du Pakistan, du Bangladesh et de Somalie implique des changements radicaux dans la gestion des flux migratoires.

En tenant compte du récent rapport du Service d’Asile, les autorités grecques ont estimé que la Turquie remplissait toutes les conditions pour être considérée comme un pays sûr.

Il s’agit peut-être du changement juridique le plus important dans les lois sur l’immigration depuis de nombreuses années en Grèce, car cela signifie pratiquement que la Turquie doit entreprendre le traitement des demandeurs originaires de Syrie, d’Afghanistan, du Pakistan, du Bangladesh et de Somalie.

La Grèce considère en effet que ces personnes ne sont pas en danger en Turquie en raison de leur race, de leur religion, de leur citoyenneté ou de leurs convictions politiques.

Le ministre de l’immigration et de l’asile, Notis Mitarakis, a déclaré que “la désignation de la Turquie comme pays tiers sûr est une étape importante dans la lutte contre les flux d’immigration illégale et l’activité criminelle des réseaux de passeurs.

Mais surtout, il s’agit d’un pas de plus vers la mise en œuvre intégrale et sans faille de la déclaration commune UE-Turquie, qui oblige le pays voisin à ne pas autoriser les réseaux de passeurs et le passage vers la Grèce.

GreekCity


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux