Fdesouche
Bruxelles veut des explications de Frontex, accusée de procéder à des refoulements illégaux de migrants

En avril 2020, le gouvernement a organisé un push-back vers la Libye en envoyant des chalutiers à la rencontre de migrants en détresse pour les reconduire à Tripoli. Le procès intenté à l’Etat maltais s’est ouvert ce mercredi.

Cette nuit-là, le 14 avril 2020, ce n’est pas un navire d’ONG qui s’est approché du canot pneumatique à la dérive et de la cinquantaine de migrants serrés à bord, pas plus qu’un bâtiment de garde-côtes. C’était un simple bateau de pêche à la coque bleue et rouge. Les naufragés y sont montés, pensant voir arriver leur salut et une voie d’accès à l’Europe. Mais le bateau, enregistré sous le nom de Dar-es-Salaam ou de Mae Yemanja, a fait demi-tour, direction la Libye, d’où les migrants étaient partis cinq jours plus tôt.

Ce push-back en pleine mer, un renvoi illégal, a été soigneusement orchestré par le gouvernement maltais. Comme Rome et Tripoli, La Valette avait été mise au courant dès le 10 avril qu’un canot chargé de réfugiés était en détresse en Méditerranée centrale.

(…) Libération


Fdesouche sur les réseaux sociaux