Fdesouche

Tout commence dans la journée du samedi 13 avril 2019 devant les locaux du futur centre cultuel culturel musulman de Vitrolles, voisin du quartier populaire des Pins et situé à quelque 700 mètres du commissariat de la ville. Deux motards chevauchant leurs Harley-Davidson, au moteur notoirement sonore, passent alors sur le boulevard Paul-Guigou et décélèrent pour franchir un ralentisseur installé devant le lieu de culte. La petite histoire veut que les deux hommes aient voulu faire un tour pour aller manger un morceau. Ils sont alors pris à partie par un groupe de personnes, visiblement des fidèles, qui leur auraient reproché de faire du bruit exprès devant la mosquée par hostilité envers les musulmans. Des insultes auraient alors fusé. L’un des deux motards est alors partisan de continuer sa route mais l’autre s’arrête pour s’expliquer et répondre aux fidèles. L’un de ces derniers est particulièrement remonté et pousse une des deux Harley-Davidson qui chute avec son conducteur.

Habib Malagouen, jugé mardi à Aix-en-Provence, n’est autre que le président de l’association pour le futur centre musulman (AFCCMV). Il est par ailleurs fonctionnaire municipal, responsable du pôle régie des bâtiments de la mairie de Vitrolles. Connaît-il alors la profession des deux motards, policiers en repos ce jour-là? Cela semblerait bien être le cas. Quoi qu’il en soit, le prévenu, qui comparaît libre, était parfaitement au courant de la profession de la troisième victime, policier au commissariat de Vitrolles. Âgé d’une trentaine d’années, l’homme, ayant terminé son service, vient de sortir des locaux de police. Il constate une échauffourée sur la voie publique, un motard à terre, des individus s’insultant visiblement. En professionnel, il décide d’intervenir pour séparer les protagonistes. Et se fait clairement connaître comme policier. Dans un premier temps, l’intervention semble efficace. Les deux motards s’écartent et Habib Malagouen fait de même. Mais ce dernier revient à la charge, prend à partie à son tour le policier de Vitrolles et lui assène deux coups de poing au visage. Le fonctionnaire de police appelle alors du renfort et Habib Malagouen est interpellé, placé en garde à vue et déféré au parquet pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Le Figaro


Fdesouche sur les réseaux sociaux