Fdesouche

L’haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard, qui a participé dans sa jeunesse à des compétitions masculines, pourrait devenir la première sportive transgenre à disputer les Jeux olympiques, l’été prochain, à Tokyo.

Le Comité national olympique de Nouvelle-Zélande (NZOC) « est en mesure de confirmer qu’avec les systèmes de qualification révisés par les fédérations internationales, plusieurs haltérophiles néo-zélandais, dont l’athlète transgenre Laurel Hubbard, devraient obtenir une place pour les JO de Tokyo », a-t-il indiqué jeudi.

[…]

Cette règle établie par le Comité international olympique (CIO) est également suivie par la Fédération internationale d’haltérophilie (IWF).

Si, pour certains, elle répond tout simplement aux critères fixés par le CIO, pour d’autres, elle bénéficie d’un avantage indu par rapport aux autres sportives nées femmes.

[…]

La Fédération australienne d’haltérophilie avait de son côté tenté de lui interdire d’y participer, estimant que la musculature et la puissance qu’elle avait développées quand elle était encore un homme lui conféraient un avantage physique, indépendamment de son taux de testostérone.

Radio-Canada


Fdesouche sur les réseaux sociaux