Fdesouche

A l’occasion de la publication de son livre La Fin d’un monde, chez Albin Michel, Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, est reçu par Europe 1.

(…)

À ses yeux, des ralliements entre le parti présidentiel et Les Républicains, à l’image de celui qui s’est mis en place ce week-end entre Renaud Muselier et Sophie Cluzel pour les régionales en PACA, font grimper la cote de réussite du RN au second tour, en risquant de faire totalement fuir l’électorat de gauche. “Si Nicolas Sarkozy devait soutenir Emmanuel Macron – hypothèse plausible d’après ce que nous entendons -, il ouvrirait un boulevard à Marine Le Pen, car cela démobiliserait l’électorat de gauche, censé faire front républicain au second tour”, analyse Patrick Buisson.

Europe 1

La France n’est pas la préoccupation d’Emmanuel Macron

« Le problème de fond n’est pas l’islam ou l’islamisme, mais l’immigration. »

Replay complet de l’entretien ici

Extrait de son livre, La Cause du Peuple.

En sortant du plateau de « Politiquement Show », Jean-Christophe Cambadélis me lança tout à trac : « C’est plié ! Vous avez gagné. » L’ancien trotskiste de l’OCI ne décolérait pas de voir nombre de ses camarades socialistes relayer la campagne qui montrait une photo de Sarkozy surplombée du slogan : « Votez Le Pen. » L’idée même d’une équivalence entre les deux hommes à propos de la question de l’identité représentait le type de réflexe pavlovien idéologiquement satisfaisant, mais politiquement et électoralement désastreux. Elle eut pour effet de rabattre toute une partie de l’électorat du Front national, découragée par l’absence de perspective d’une quatrième candidature de Le Pen à la fonction suprême, vers le candidat de l’UMP que l’on n’avait cessé de lui présenter comme un substitut du vieux leader frontiste et finalement beaucoup plus dangereux puisque susceptible d’accéder au pouvoir.


Fdesouche sur les réseaux sociaux