Fdesouche

23/04/21

17/04/21

Ce samedi 17 avril, plusieurs centaines de manifestants ont défilé aux Arcs-sur-Argens suite à l’appel à l’aide de Jean-Philippe Victor et sa soeur, Marie-Françoise.

Leur maison de famille est investie illégalement par des demandeurs d’asile depuis sept mois et n’arrivent pas à en reprendre possession. D’une même voix, la foule a chanté la Marseillaise et montré son soutien face à une situation qui fait débat.

“Le juge a ordonné, en 2020, l’expulsion des familles installées illégalement dans notre maison et le préfet ne l’a pas exécuté. Il n’a rien fait”, explique le propriétaire des lieux, soulagé de voir une mobilisation de telle ampleur.

“Alors nous sommes tous là pour montrer que nous ne lâcherons pas l’affaire. Que cela peut nous arriver à tous et que ce n’est pas normal que nous soyons ceux qui payent les pots cassés tandis qu’eux sont protégés!”

Nice Matin


01/04/21

Depuis sept mois, la maison de Jean-Philippe Victor, sur la commune des Arcs (Var), est squattée par une dizaine de ressortissants de Bosnie-Herzégovine. Or, le sous-préfet de Draguignan refuse de recourir à la force publique pour les déloger malgré un jugement d’expulsion.

Depuis l’automne dernier, Jean-Philippe Victor, un viticulteur varois, se bat pour récupérer sa villa, héritée de sa maman décédée depuis moins d’un an. «Lorsque les squatteurs sont entrés dans la maison, je m’apprêtais à la vendre afin de régler les droits de succession, confie-t-il. J’avais déjà un acheteur mais tout est tombé à l’eau». Ce 28 septembre, des voisins alertent Jean-Philippe que plusieurs individus viennent de s’introduire chez lui. «Ces gens font partie de réseaux, poursuit-il. Ils connaissent bien le droit français. Ils se servent des femmes et des enfants pour échapper à l’expulsion». 

[…]

Depuis, le viticulteur varois fait feu de tout bois en alertant la presse et les élus locaux. Sans résultat. «Les squatteurs font la fête tous les soirs, raconte Jean-Philippe. La gendarmerie a été appelée pour tapage nocturne. Je n’ose imaginer dans quel état je vais retrouver ma maison».

[…]

Le samedi 17 avril, le propriétaire organisera une manifestation devant sa maison aux côtés de plusieurs de ses voisins qui le soutiennent sans relâche

CNews

(Merci à Cauchon de Peillan)


Fdesouche sur les réseaux sociaux