Fdesouche

Le 31 mars 2011, la petite île tournait définitivement le dos à ses voisines comoriennes et devenait un département français. Dix ans plus tard, les progrès espérés par les Mahorais ne sont pas au rendez-vous et l’Etat peine à parer à l’urgence.

Publicité

Dix ans après la création du 101e et dernier département français, ses habitants n’en tirent cependant pas les bénéfices escomptés. La pauvreté y est endémique, les inégalités sociales abyssales. L’instabilité demeure et, comme le démontre la pandémie de Covid-19, les infrastructures sanitaires sont insuffisantes au regard de l’explosion démographique. La population légale de l’île a été multipliée par six depuis 1978, passant de 47 000 habitants à près de 290 000 aujourd’hui.

Le Monde


Fdesouche sur les réseaux sociaux