Fdesouche

29/03/21

Un confrère intellectuel, Guy Sorman, a déclenché une tempête parmi les «intellos» parisiens en affirmant que Foucault, décédé en 1984 à l’âge de 57 ans, était un violeur pédophile qui avait eu des relations sexuelles avec des enfants arabes alors qu’il vivait en Tunisie à la fin des années 1960.

Publicité

The times

Michel Foucault est l’universitaire en sciences humaines le plus cité au monde.


L’intellectuel, essayiste et éditeur Guy Sorman était, le 10 mars 2021, l’invité de Karim Rissouli dans son émission ‘‘C ce soir’’ sur France 5, et a évoqué la pédophilie du philosophe français Michel Foucault (1926-1984), qu’il a pratiqué notamment en Tunisie dans les années 1960, lorsqu’il enseignait à la Faculté des lettres et des sciences humaines de Tunis, de 1965 à 1969. Hier, dimanche 28 mars, il est revenu dans l’hebdomadaire britannique ‘‘Sunday Times’’ avec plus de détails sur les abus que commentait le célèbre philosophe, icône de la gauche française, sur de jeunes garçons, la nuit, dans le cimetière de Sidi Bou Saïd, le village arabo-andalous situé dans la banlieue nord- de Tunis.

Le tabou sur les abus et la dépravation des intellectuels en France semble se fissurer. Après les livres sur la pédophilie de l’écrivain Gabriel Matzneff ou de l’inceste du politologue Olivier Duhamel, révélé, en janvier dernier, par sa victime, la juriste Camille Kouchner, dans son livre ‘‘La familia grande’’, voilà qu’une icône voire carrément un prophète sacré de la gauche parisianiste est rattrapé par son histoire, en l’occurrence le philosophe Michel Foucault.

Ce qu’il commettait en Tunisie, il n’osait pas le commettre en France

Son ami Guy Sorman a brisé le silence le 10 mars sur France 5 et hier dans le ‘‘Sunday Times’’ dans un article détaillé intitulé ‘‘Michel Foucault abusait sexuellement des garçons en Tunisie’’. Il accuse Foucault de pédophilie, d’avoir profité de l’impunité en Tunisie et du fait que ce qu’il commettait en Tunisie, il n’osait pas le commettre en France. Sorman dit regretter de ne l’avoir pas dénoncé à l’époque.

«Je crois qu’il est important de savoir si l’auteur était un salaud ou pas. Ce qu’a fait Foucault avec de jeunes enfants en Tunisie, que j’ai vu et que je me suis reproché de ne pas avoir dénoncé à l’époque, me conduit non pas à rejeter son œuvre, mais à la regarder d’une manière différente», a écrit Sorman.

«Pour traduire, Foucault était selon vous un pédophile, ce qu’on ne rappelle pas en général quand on parle de lui», clarifie le présentateur de l’émission Karim Rissouli. Guy Sorman est formel : «C’étaient des choses parfaitement ignobles avec de jeunes enfants. La question du consentement ne se posait même pas […]. C’était d’une laideur morale extrême.»

Hier, dans le prestigieux hebdomadaire britannique, Sorman déclarait: «De jeunes enfants couraient après Foucault en disant ‘‘et moi? Prends-moi, prends-moi.’’ Ils avaient huit, neuf, dix ans. Il leur jetait de l’argent et disait ‘‘Rendez-vous à 22 heures à l’endroit habituel’’». Il précise que le l’endroit habituel était le cimetière de Sidi Bou Saïd. «Il y faisait l’amour sur les pierres tombales avec de jeunes garçons. La question du consentement n’était pas même soulevé», ajoute Sorman qui estime que Foucault a pu s’en tirer en raison de l’élément racial de ses affaires. «Foucault n’aurait pas osé le faire en France … Il y a une dimension coloniale à cela. Un impérialisme blanc», a-t-il dit dans un acquit de conscience un peu tardif, les faits remontant à un demi-siècle et à un moment où l’auteur de ‘‘Surveiller et punir’’, ‘‘Les mots et les choses’’ et ‘‘L’archéologie du savoir’’.

(…) Kapitalis


13/03/21


Fdesouche sur les réseaux sociaux