Fdesouche

13/02/2021

SOS Racisme et Sportitude France s’inscrivent en faux contre les conclusions de l’enquêteur disciplinaire de l’UEFA qui concluent à l’ absence de connotation raciste dans les propos tenus par un arbitre lors du match de Ligue des champions PSG-Basaksehir au Parc des Princes le 8 décembre. Une rencontre interrompue au bout de 13 minutes à la suite des propos de ce 4 e arbitre à l’encontre d’Achille Webo, le coach adjoint du club turc. Ce dernier avait été meurtri d’être désigné comme « le noir » en roumain (« negru ») par un des arbitres de la rencontre, en l’occurrence l’arbitre assistant, Octavia Sovre.

Les deux associations qui étaient déjà montées au créneau après les incidents au Parc des Princes font valoir leur point de vue dans un communiqué publié ce vendredi, dans lequel elles s’étonnent d’« une décision simpliste qui renvoie à un déni du racisme dans le football », alors que « cet incident et la réaction sans précédent des joueurs ont révélé un problème lancinant et récurrent dans le football ».

[…] « Nous osons croire que la décision qui sera rendue par la commission de discipline dans les prochains jours sera à la hauteur de la prise de conscience mondiale qu’a généré cette affaire. » […]

Le Parisien


11/02/2021

L’UEFA a ouvert mercredi un cas disciplinaire à l’encontre du quatrième arbitre roumain du match PSG – Basaksehir Istanbul, joué le 9 décembre après avoir été interrompu la veille suite aux propos de ce quatrième arbitre à l’encontre d’Achille Webo, l’entraîneur adjoint du club turc. La commission de discipline de l’UEFA, composée d’une dizaine de membres, doit se réunir d’ici 2 à 3 semaines, une fois qu’elle aura reçu les remarques des avocats de l’arbitre roumain.

L’enquêteur disciplinaire de l’UEFA a remis son rapport dans lequel il laisse entendre que les propos du 4e arbitre n’avaient pas de connotations racistes. La commission de discipline peut toutefois en décider autrement et juger que les propos étaient racistes. Le rapport de l’enquêteur sera un des éléments sur lesquels la commission va s’appuyer pour juger cette affaire.

L’Equipe



Fdesouche sur les réseaux sociaux