Fdesouche

FIGAROVOX/TRIBUNE – Antoine Valentin, le maire de Saint-Jeoire (74), alerte les pouvoirs publics sur la hausse de l’insécurité dans les territoires ruraux. Il appelle l’État à ne pas abandonner les campagnes françaises et à donner davantage de moyens aux forces de gendarmerie.

Ainsi, dans ma commune, tout le monde connaît les dealers, ils œuvrent en toute impunité. Multiples condamnés, ils sont rarement écroués. Quand par miracle ils quittent les bancs de la commune pour rejoindre ceux du centre de détention, un aménagement de peine leur fait généralement bien vite retrouver le bercail. Sans gêne, ils sont les propriétaires des plus beaux SUV du secteur, largement avant le médecin ou l’entrepreneur du coin. Les gendarmes, en sous-effectifs, peinent à démanteler les réseaux. Quand par une somme inouïe de travail, ils aboutissent, les peines sont si faibles qu’elles ne découragent personne, sauf peut-être les enquêteurs eux-mêmes.

(…)

C’est donc logiquement que nous voyons arriver de nouvelles populations, qui quittent les zones urbaines, pour venir faire fleurir leurs activités criminelles dans nos villages dépourvus de forces de l’ordre. Contaminant par là-même les plus faibles et fragiles de nos concitoyens, déjà bien mis à mal par le contexte économique.

(…)

Les administrés doivent désormais prendre leurs véhicules, pour parcourir plusieurs kilomètres, s’ils souhaitent déposer une plainte. De ce fait bon nombre de ruraux abandonnent toute velléité de faire enregistrer administrativement les faits dont ils ont été victimes. L’accroissement statistique, déjà exponentiel, des chiffres de la délinquance et de la violence en zone gendarmerie est donc à compenser d’une quantité non négligeable de faits passés sous les radars.

(…) Le Figaro