Fdesouche

Jérémy a poussé le bouton orange Alertez-nous pour dénoncer le sentiment d’insécurité qui règne actuellement à Huy. Ce commerçant tient une sandwicherie depuis 5 ans dans le centre-ville et il constate que des problèmes de drogues, de bagarres et d’agressions sont de plus en plus récurrents. Il appelle aujourd’hui les autorités à prendre des actions concrètes pour rétablir le calme dans la commune, sans quoi il craint devoir mettre la clef sous la porte.

“Je suis commerçant à Huy et cela fait des mois que nous sommes envahis par les dealers, les voleurs, les toxicomanes… Des mois que l’on se plaint aux autorités communales, mais rien ne change”, nous écrit Jérémy via le bouton orange Alertez-nous.

Ce commerçant tient une sandwicherie depuis 5 ans dans le centre de Huy. Et de la fenêtre de son établissement, il constate peu à peu qu’une forme de criminalité s’installe dans sa ville. “Bagarres à répétition, agressions à coups de taser ou de couteau sont devenus notre lot quotidien, déplore-t-il. Cette semaine, une bagarre entre une quinzaine de personnes a éclaté à 18h, bloquant l’accès à mon restaurant durant près d’une heure. Les clients fuient la zone car c’est devenu une zone de non-droit.”

Les clients nous disent clairement qu’ils n’osent plus venir, ils ont peur de se faire agresser

Ce phénomène est apparu voilà quelques mois. Des trafiquants d’origine tunisienne se disent “rois de la ville”. Ils traversent les rues de Huy à bord d’une voiture, arme chargée et tirent en plein milieu de la nuit. Le tout filmé par l’un d’eux et ensuite diffusé sur les réseaux sociaux. Même en plein jour, ces personnes “sèment le trouble”, estime Jérémy. “A ce rythme, les commerces ne tiendront plus très longtemps”, poursuit-il.

Ce commerçant assure en effet que depuis qu’un sentiment d’insécurité règne à Huy, les clients se font de plus en plus rares. Ils ne viennent, par exemple, plus après 18h par peur. Résultat ? Plus personne pour le service du soir et un chiffre d’affaires en diminution pour Jérémy. “Les clients nous disent clairement qu’ils n’osent plus venir, ils ont peur de se faire agresser. Si rien n’est fait, je vais devoir arrêter. J’espère vraiment que les choses vont bouger sinon le travail de plusieurs vies sera mis à la poubelle et le centre-ville hutois déserté”, avertit-il.

La ville de Huy comparée à Chicago

Mais comment cette petite ville touristique, à la réputation paisible, est-elle devenue le repère de certains trafiquants de drogue ? Geoffrey, un autre commerçant, nous a montré le carrefour stratégique des dealers. Là où tout s’organise. “Comme par hasard, il n’y a personne aujourd’hui”, commente-t-il.

Si les lieux sont déserts le jour de notre tournage, l’endroit reste néanmoins dangereux, selon Geoffrey. “Ces comportements amènent une criminalité qu’il n’y avait pas avant”, affirme-t-il. “Des dégradations sur des véhicules, des vols dans les véhicules… Ils rentrent même apparemment par les toits ouvrants des voitures des touristes. Les habitants disent que c’est Chicago, franchement.”

(…) RTL.be

(Merci à Pierre Latour)


Fdesouche sur les réseaux sociaux