Fdesouche

Les parents d’élèves à l’école de Coventry avaient exprimé leurs inquiétudes après que l’élève demandeur d’asile – qui semblait être un homme adulte avec une calvitie – rejoignit l’école en octobre.

Le ministère de l’intérieur avait lancé une “enquête urgente” sur cette affaire, bien que les responsables de l’école avaient rassuré les parents sur le fait que des contrôles appropriés avaient été effectués.

L’élève ne serait pas retourné en classe après la mi-trimestre d’octobre, mais le ministère de l’intérieur et les chefs de conseil refusent de commenter.

Un parent a déclaré à Metro : “Le sentiment général des parents est d’être déconcertés et peu confiants.

“On a dit aux parents que partager des images d’enfants est mal et constitue une forme de harcèlement, et on ne leur a pas dit quelles mesures avaient été prises”.

Des photos de l’élève, un demandeur d’asile originaire de Gambie, en Afrique de l’Ouest, avaient été publiées sur Facebook après qu’une écolière avait partagé ces images lors d’un Snapchat privé où elle s’interrogeait sur son âge.

La mère de la jeune fille a déclaré qu’elle avait ensuite été appelée à l’école pour discuter de la question avec les enseignants et qu’ils craignaient que le fait de partager des photos de la nouvelle camarade de classe ne constitue une forme de harcèlement.

Elle a déclaré : J’ai dit : “Tu ne peux pas vraiment blâmer les enfants [d’en parler] – il a l’air d’avoir 40 ans”.

Ils ont en quelque sorte hoché la tête et dit : “Oui, nous avions des inquiétudes, mais on nous a dit qu’il avait en fait l’âge de 11 ans”.

Le conseil municipal de Coventry avait été obligé d’envoyer une lettre aux parents après que l’élève eut pris sa place dans les classes. […]

Cela intervient deux ans après qu’un écolier d’Ipswich, qui lui disait avoir 15 ans mais était accusé par ses camarades de classe d’être un homme de 30 ans, fut finalement déclaré adulte. […]

The Sun