Fdesouche

Un fonctionnaire en intervention à Chilly-Mazarin a manqué de se faire renverser dimanche dernier. Un fait devenu courant dans le département en quelques mois. Des agents notent une «prise de risque» croissante et s’adaptent non sans crainte.

(…) Cette tentative n’est pas un cas isolé en Essonne. Depuis le début de l’année, plusieurs policiers se sont fait renverser voire rouler dessus. Il y a Julien, brigadier-chef écrasé alors qu’il intervenait sur un vol de voiture à Savigny-sur-Orge dans un camp de gens du voyage le 13 octobre. « Tata Véro », figure de la brigade de nuit de Massy, percutée au bassin sur un camp de gens du voyage aux Ulis le 14 novembre. En janvier, après une rixe sur un parking de Balainvilliers, un automobiliste avait foncé sur un gendarme, poussé sur le côté in extremis par l’un de ses collègues.

« Et ça, ce sont juste les affaires médiatisées », souffle un « nuiteux », policier déployé sur le terrain la nuit. Les agents de l’Essonne ne comptent plus les drames évités de peu. « Dernièrement, j’ai encore un collègue qui a fait arrêter un véhicule au feu rouge, confie ce fonctionnaire. Le type s’est arrêté, mais quand le feu est passé au vert, il a démarré en trombe et blessé un agent à la main. En face, ils n’hésitent plus à remettre la première et à accélérer… d’autant que les tentatives d’homicide sont souvent requalifiées en violences volontaires avec arme par destination. »