Fdesouche

Nous sommes en mars 2020. Depuis plusieurs mois maintenant, j’essaie d’écrire quelque chose – n’importe quoi – sur le soi-disant “débat trans” dans ma rubrique du Guardian. Mais si je glisse un jour une ligne sur l’expérience féminine des personnes ayant un corps de femme, et sur la signification de cette expérience, elle est toujours supprimée. Elle disparaît. D’une manière ou d’une autre, cette idée est bloquée, pas explicitement, mais elle n’est certainement pas publiée. Mes éditeurs disent des choses comme : “Cela n’a pas vraiment ajouté à l’argument”, ou c’est une “distraction” par rapport à l’argument. […]

Même si j’écrivais pour eux depuis des décennies, les rédacteurs essaient constamment de m’orienter vers des sujets de “style de vie” pour ma chronique. L’un d’eux suggère même que je ne devrais pas du tout toucher à la politique. Et pourtant, l’année précédente, j’avais remporté le prix Orwell du journalisme politique. […]

J’ai donc enfin pu écrire un article sur les problèmes des trans. Et 338 “collègues” écrivent une lettre de plainte au rédacteur en chef, faisant allusion à ce texte.

Aujourd’hui, six mois plus tard, j’ai démissionné. Et j’essaie toujours de comprendre pourquoi j’ai été traité de façon si épouvantable. […]

Lorsque la grande querelle sur l’antisémitisme a eu lieu, ce n’était étrangement pas une surprise ; tout venait de remonter à la surface. J’avais passé assez de temps à l’extrême gauche pour savoir comment les justes pensaient. Et ce n’est pas si différent de l’extrême-droite. Au nom des droits des Palestiniens, ce racisme le plus élémentaire était à nouveau permis. Une théorie de conspiration géante qui se place sur le plan moral n’a pas été découragée par la direction travailliste. Cela me dégoûte.

Pourtant, les attaques que j’ai subies sur la question des trans étaient différentes, et pires que tout ce qui s’était fait auparavant. Les réseaux sociaux commençaient à faire des efforts. C’était une prise de conscience. Twitter était rempli de gens qui me disaient comment ils allaient me violer, me décapiter, éjaculer dans ma tête, me brûler. Tout cela était en quelque sorte lié à la remarque du transsexuel brésilien. La police est venue, mais elle n’a pas vraiment compris ce qu’était Twitter. Ils ont dit des choses comme : “Ne leur répondez pas par e-mail, ma belle”. Les pires menaces venaient de personnes qui savaient où j’habitais et qui disaient qu’elles donneraient un bon coup de poing à mon fils de 11 ans. […]

En 2018, l’atmosphère était toxique. Un collègue chroniqueur du Guardian a répondu à un message que j’avais envoyé sur le fait d’être courtois lors de la fête de Noël : “Vous avez provoqué la transphobie la plus dégoûtante, pour laquelle vous ne vous êtes jamais excusés, vous avez qualifié l’islamophobie de mythe et vous vous en prenez publiquement aux gens de gauche”. Cette personne a poursuivi en disant que je me sentais en insécurité “parce qu’une nouvelle génération de jeunes gauchistes avait pris le dessus sur l’opinion publique”. Je n’ai même pas compris l’accusation d’islamophobie. […]

Puis est venue la lettre au rédacteur en chef, exprimant la consternation que le Guardian soit une publication “hostile aux droits des trans et aux employés trans”, puisque trois personnes trans avaient apparemment démissionné au cours de l’année dernière. C’était une nouvelle que j’apprenais. Bien que je n’aie pas été nommé dans la lettre, c’était très clairement une réponse à ma chronique. Trois cent trente-huit personnes l’ont signée.

Aucun d’entre eux n’a eu la décence de me téléphoner. Le Guardian devrait-il être un lieu de travail accueillant pour les transgenres ? Oui, bien sûr, il devrait l’être. Devrait-il être un lieu où l’on discute de questions compliquées ? Encore une fois, oui.

Mon expérience est que j’ai été plus censuré par la gauche que par la droite et cela ne me fait pas plaisir de le dire. […]

La lettre disait clairement que ce n’était pas seulement les activistes des réseaux sociaux qui voulaient que je quitte le journal. Mes collègues m’ont tiré dessus : il est temps de passer la main à la jeune équipe de Corbyn, qui passe sa vie à se moquer des médias grand public, mais qui est impatiente d’en faire partie. Pouvaient-ils écrire de bonnes phrases ? Dire quelque chose qui vienne du cœur ? Est-ce que cela compte ? Apparemment non, ils pensent simplement comme il faut.

La lettre a ensuite été transmise à Buzzfeed, puis les noms ont été rendus publics. J’étais dévasté de voir que des gens que j’aimais et avec qui j’avais travaillé avaient fait cela. En 30 ans de journalisme, j’ai souvent été en désaccord avec les gens et j’ai eu des disputes avec eux, mais personne n’a jamais fait quelque chose d’aussi sournois que d’essayer de faire virer quelqu’un à cause d’une chronique.

J’ai listé les noms de mes dénonciateurs sur Twitter. J’ai lu l’un d’entre eux disant que je les avais doxxés, ce qui n’est pas le cas car les noms étaient déjà dans le domaine public. J’ai écrit une lettre bouleversante et émouvante aux personnes que je connaissais, leur demandant comment ils avaient pu faire cela. Quel genre de victoire avaient-ils obtenu ?

Je me sentais vraiment mal. Comment vous sentiriez-vous si 338 collègues vous intimidaient ? Mais je suis parti à Amsterdam pour faire une retraite aux champignons parce que la vie continue.

Par erreur, j’ai pensé que mes rédacteurs en chef me défendraient parce que c’était mon expérience dans d’autres journaux ; ou bien ils pourraient faire une déclaration publique. Ils ne l’ont pas fait. Il y a eu un courriel interne, et j’ai entendu dire qu’il a été discuté au Scott Trust, qui régit le journal. Je n’ai vraiment aucune idée de ce que cela signifie. Je ne comprends pas non plus ce que signifie l’indépendance éditoriale. Le comprennent-ils ? Pas pour moi.

Pour moi, c’était une lâcheté totale. Ne devriez-vous pas soutenir vos auteurs ? Mais sur cette question, le Guardian a pris peur. Je pense que c’est en partie à cause de la sensibilité du Guardian aux États-Unis et en partie parce que le journal est parrainé par la fondation Open Society, qui promeut les droits des transgenres. […]

Unherd