Fdesouche

Sept suspects ont été arrêtés dimanche soir par les forces armées britanniques qui ont “repris le contrôle” d’un pétrolier au sud de l’Angleterre dont l’équipage avait été menacé par des passagers clandestins à son bord, a annoncé le ministère de la Défense.

7sur7


POLICE – Un incident de sécurité est en cours sur un pétrolier au sud de l’Angleterre. Des passagers clandestins auraient été découverts à bord, tandis que l’équipage se serait réfugié dans certaines parties du navire.

Un incident est en cours à bord d’un pétrolier au sud de l’Angleterre, affirme la police locale. Selon certains médias britanniques, le navire, parti du Nigéria début octobre, devait amarrer dans la matinée à Southampton. Actuellement au large de l’île de Wight, dans la Manche, le pétrolier est surveillé par un hélicoptère des garde-côtes.

Selon Sky News, “une demi-douzaine de passagers clandestins ont été découverts” à bord du bateau dans la journée, et l‘équipage se serait réfugié dans certaines parties du navire. “Il s’agit clairement d’un incident grave qui se déroule”, poursuit le média britannique. “Les autorités veillent à ce que le pétrolier ne cause aucun dommage et veulent s’assurer que tous les autres navires sont en sécurité et à l’écart. La priorité absolue des autorités est de s’assurer que l’équipage est en sécurité.”

Selon Richard Meade, rédacteur en chef de la revue maritime Lloyd’s List, sept passagers clandestins seraient effectivement à bord et auraient été retrouvés par des membres de l’équipage. Ces derniers auraient alors tenté de les enfermer dans une cabine, mais la situation, devenue violente, aurait provoqué le déclenchement de l’alarme de sécurité, indique-t-il à Sky News.

La police du Hampshire a déclaré que “des inquiétudes ont été soulevées auprès de la police à propos du bien-être de l’équipage à bord du Nef Andromeda”, car “un certain nombre de passagers clandestins” avaient formulé “fait des menaces verbales envers l’équipage”, mais personne n’aurait été blessé.

LCI


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux