Fdesouche

25/08/2020

Depuis l’hôpital, le jeune homme de 17 ans explique que “tout a commencé quand il a vu plusieurs jeunes filles se faire harceler par une bande non loin du Monoprix de la place Bellecour”. Augustin se serait alors avancé vers les filles, “alors très intimidées”, et affirme s’être interposé entre les individus insistants et le groupe.

Le ton monte alors rapidement, et Augustin explique avoir fait face à “au moins cinq personnes” qui essayaient de l’intimider, notamment “en affirmant habiter aux Minguettes, à Vénissieux”. “J’ai tenu” détaille le jeune homme qui déplore, tout comme sa mère, ne pas avoir eu d’aide de passants sur la plus grande place de la ville. Un peu plus loin, vers l’office du tourisme, la discussion dérape alors totalement. Augustin affirme “avoir reçu un très violent coup par derrière”, puis être tombé KO au sol.

(…) Lyon Mag


24/08/2020



Le média Huffington Post réagit à la vague de soutiens pour Augustin, victime d’une agression sauvage pour avoir défendu des filles harcelées par des “racailles” :


#JusticePourAugustin dans le top des tendances sur le réseau social Twitter.


Les faits se sont déroulés ce vendredi soir, de nouveau en plein centre-ville de Lyon.

Tout aurait débuté vers 23h quand un jeune homme aurait voulu défendre des jeunes femmes harcelées par un groupe d’individus au niveau de l’arrêt de bus Bellecour le Viste.

L’adolescent, âgé de 17 ans, aurait alors subi l’ultraviolence des agresseurs, des “racailles” selon les proches de la victime, qui auraient été cinq à participer au lynchage. Dans ce quartier devenu un véritable coupe-gorge depuis de nombreux mois, “personne n’est intervenu” détaillent les proches du jeune Augustin, encore hospitalisé.

Selon nos informations, l’adolescent a eu deux dents cassées, une fracture de la mâchoire et pourrait subir une opération des cervicales. Des analyses médicales devaient être effectuées ce lundi.

Pour le moment, on ne sait pas si une enquête a été ouverte par la police lyonnaise ni si des suspects ont été interpellés.

Dans un tweet, la conseillère régionale du RN, Agnès Marion a réagi à l’affaire :

Lyon Mag


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux