Fdesouche

Ce bénévole du diocèse qui a avoué avoir mis le feu à la cathédrale de Nantes, est décrit comme quelqu’un “de charmant”, de “calme” et apparemment “très raisonnable”.

Un homme “courtois”, “marqué” par l’histoire de son pays d’origine, le Rwanda : Emmanuel A., le bénévole du diocèse qui a avoué avoir mis le feu à la cathédrale de Nantes, avait gagné la confiance de tous jusqu’à son acte, peut-être lié aux frustrations de sa situation administrative. Depuis ces révélations, hommes d’Église et fidèles qui le fréquentaient au quotidien sont sous le choc.

Publicité

(…) Sa situation administrative pourrait être à l’origine de frustrations d’après le contenu d’un mail dont le quotidien Presse-Océan a publié des extraits. Emmanuel A. y explique se trouver dans “un cercle vicieux déplorable”. “Le 29/01/2019, j’ai poussé un cri de détresse mais en vain (…) pour qu’ils viennent à mon aide auprès du préfet en vue d’être régularisé”, indique encore ce courrier envoyé notamment à des membres du diocèse peu avant l’incendie, selon le quotidien. Le diocèse de Nantes confirme l’existence d’un mail, sans préciser ni les destinataires, ni le contenu.

Cette quinquagénaire, qui a souhaité garder l’anonymat, explique ressentir un “mélange de compassion et de trahison” à l’égard de ce célibataire avec qui elle échangeait depuis plusieurs années et qu’elle trouvait “à la fois doux et souffrant”. “Souffrant par rapport à son parcours de vie et ce qu’il avait dû vivre au Rwanda”, explique-t-elle.

(…) L’Express


Fdesouche sur les réseaux sociaux