Fdesouche

En Europe, les médias sociaux comme Facebook et Twitter suppriment les messages et bloquent les auteurs qui s’opposent à la migration de masse du tiers monde en tant que discours haineux. L’attitude hostile à l’égard de centaines de milliers d’Africains du Nigeria, du Maroc ou du Ghana qui inondent l’Italie, la Suède ou l’Allemagne est considérée comme un comportement extrémiste par eux. En même temps, Facebook et Twitter jouent un rôle déterminant dans le plus grand exode humain de l’histoire moderne. Les médias sociaux ne se limitent plus depuis longtemps à une fonction de communication ou de marketing. Des plateformes comme Facebook et Twitter contribuent à la création de situations politiques, comme dans les événements liés au Printemps arabe ou à l’Euromaidan à Kiev. Les réseaux sociaux sont également devenus un canal qui aide à organiser le transfert des Africains vers l’Europe.

En 2017, un quart de la population mondiale a un compte Facebook, dont 68% ont moins de 35 ans(1). Dans les pays d’Afrique du Nord, ce portail est très populaire auprès de près de la moitié de la population, surtout chez les moins de 35 ans(2).Il se trouve que l’âge de 89% des personnes entrant en Europe en provenance de Libye selon les données officielles ne dépasse pas 40 ans(3), ce qui conduit à l’hypothèse que le même groupe d’âge utilise le plus souvent le site de réseautage social discuté ci-dessus.

Facebook est devenu le canal des passeurs pour toucher les personnes qui veulent se rendre d’Afrique en Europe. Comment ça se passe? Tout d’abord, les contrebandiers créent des comptes et des pages sur Facebook où ils annoncent leurs services et donnent leur numéro de téléphone, et recommandent de les contacter par l’application WhatsApp, qui garantit le cryptage des messages. Deuxièmement, afin d’authentifier leur message, ils publient des images montrant les préparatifs du voyage. Troisièmement, ils publient des photos et des témoignages de personnes qui se sont rendues dans les pays européens, ce qui est censé créer la confiance du côté des clients potentiels. Des informations importantes figurent également dans les commentaires sous la rubrique “Messages”. Grâce à eux, vous pouvez découvrir, entre autres, qui a utilisé les services des passeurs. De cette façon, à travers le réseau(NdT:?, originellement “grapevine”), les rumeurs se répandent sur les projets de relocalisation.

GEfira1

Les posts Facebook confirment que la Marine européenne joue un rôle important dans l’un des plus grands exodes de l’histoire moderne.

Les annonces informent sur la participation de navires de guerre ou d’ONG à des actions de “sauvetage”. À plusieurs reprises, il y eut aussi des informations comme quoi tout ce que les passeurs avaient à faire était de se rendre à l’endroit où les navires de la marine apparaîtraient quelques heures après. Ces messages posent de nombreuses questions sur l’implication des ONG ou des forces navales des pays européens. Les analyses précédentes de l’équipe de Gefira ont révélé un rôle important joué par les ONG dans les opérations de transfert d’immigrants illégaux(4).

Gefira2
Opérations de sauvetage de Médecins Sans Frontières 1.01.2015-17.10.2017. Source: MSF

Avant cela il y avait eu des rapports comme quoi les ONG offraient leur aide d’une manière pas vraiment suffisamment transparente(5). L’Agence européenne des frontières et des gardes-côtes (Frontex) indique également que la coopération avec les organisations non gouvernementales est inefficace(6). La carte ci-dessus montre les lieux des opérations de sauvetage menées par l’organisation Médecins sans frontières, dont la grande majorité s’est déroulée près des eaux territoriales libyennes. Les personnes sauvées furent principalement transportées en Italie et non dans des ports africains ou maltais qui étaient pourtant avec certitude plus proches(7). On peut se demander si un navire suédois participant au sauvetage d’un bateau transportant des passagers allemands à 20-30 kilomètres de la côte allemande transporterait des survivants vers la Suède ou l’Allemagne?

Des doutes surgissent quant au rôle de Frontex dont les navires transportent les immigrants depuis des bateaux dérivant près de la côte libyenne, directement vers les centres situés dans le sud de l’Europe. Les opérations “Sophia” impliquant des cuirassés suscitent également des soupçons. L’objectif de la marine est de lutter contre les passeurs en Méditerranée et de secourir les immigrants clandestins. L’observation des profils de passeurs sur les réseaux sociaux révèle les liens entre le sauvetage des immigrants et leur transport par les passeurs.

Gefira3
Posts sur le prix du passage de la Tunisie et de la Libye vers l’Europe.
Source: Facebook.

Selon les informations publiées sur les profils Facebook des passeurs, le coût d’un transfert en Europe est de 400 dollars par personne si le voyage débute depuis la Tunisie ou 1000 dollars depuis la Libye (données de mars 2016). Les familles peuvent bénéficier de rabais. L’étendue de cette activité est illustrée par les chiffres. En juillet 2017, 11 500 personnes sont arrivées de Libye en Italie (ce nombre était deux fois plus élevé au cours du même mois un an plus tôt)(8). Si le prix du marché noir s’élève à 1 000 $, alors en un mois les organisations de contrebande (et les autres entités concernées) peuvent gagner jusqu’à 11,5 millions de dollars. L’ampleur de ces actions fait se demander si elles ne sont pas coordonnées. Il a déjà été révélé que les “réfugiés” avaient des numéros de téléphone d’organisations non gouvernementales pour annoncer leurs arrivées.(9)
Une situation intrigante s’est produite au début du mois dernier. Le 2 décembre, une annonce sur le profil Facebook des trafiquants est apparue, annonçant qu’un “voyage” de la Libye à l’Italie était prévu pour le 6 décembre. Le 7 décembre, une mise à jour est apparue indiquant que le voyage illégal en préparation commencerait le même jour. Le post a été publié dans l’après-midi, de sorte qu’on peut présumer que l’opération a commencé le soir ou la nuit. Un jour plus tard, c’est-à-dire le 8 décembre en début d’après-midi, Frontex a publié sur sa page Twitter l’information selon laquelle le commandant du navire Olympic Commander était impliqué dans la surveillance des frontières maritimes et a sauvé 78 personnes. Bien sûr, il n’y a pas de preuves que ces personnes ont été embarquées sur le bateau mentionné ci-dessus, pas plu qu’il n’y a pas de preuves que Frontex savait qu’un navire arrivait. Les passeurs avaient diffusé un message à l’avance indiquant qu’ils quittaient un port en Libye et qu’ils allaient ensuite être pris en charge par la marine européenne et les ONG. La question se pose maintenant de savoir s’il s’agit d’une véritable opération de sauvetage ou d’un transfert illégal et dangereux en haute mer.

Gefira4
Cas de début décembre de passage illégal organisé de la Libye vers l’Europe et les opérations de sauvetage dans le cadre des missions Frontex.
Source: Twitter, Facebook.

Les ONG et les passeurs de clandestins utilisent la “Règles pour les radicaux” numéro 4 de Saul Alisnky :”Piéger son ennemi avec ses propres règles.” Le droit de la mer stipule que “Tout capitaine est tenu, dans la mesure où il peut le faire sans danger grave pour son navire, son équipage et ses passagers, de prêter assistance à quiconque, même s’il est un ennemi, se trouvant en mer et risquant d’être perdu”. Les passeurs de clandestins, l’Union européenne, les ONG et Frontex se moquent du droit de la mer, et ils devraient en être tenus responsables. L’opération de transport massif qui a déjà transporté six cent mille personnes de Libye en Italie depuis 2014, promue et coordonnée par des outils de communication modernes comme Twitter et Facebook, ne peut guère être considérée comme une véritable opération de sauvetage.

Gefira5

Gefira6
Communications des trafiquants via Facebook Source: Facebook.

L’hiver dernier, nous avons prouvé la participation d’organisations non gouvernementales à la contrebande d’immigrants(10). Actuellement, par le biais des réseaux sociaux, nous pouvons non seulement suivre les activités des ONG, mais aussi les modes de communication entre les passeurs et leurs clients. L’exploration de ce sujet soulève de nouvelles questions. Toutes les “opérations de sauvetage” semblent avoir été plutôt bien organisées.

Références
1.Répartition des utilisateurs de Facebook dans le monde à partir de janvier 2017, selon l’âge et le sexe, Statista.
2.Part des utilisateurs de Facebook en Afrique du Nord en 2017, par groupe d’âge, Statista.
3.Rapport de la Libye sur la matrice de suivi des déplacements de population (DTM) Libya’s Migrant Report, Round 12, juillet-août 2017.
4.les ONG font entrer clandestinement des immigrants en Europe à l’échelle industrielle, Gefira 2017-12-04.
5.Charities’paye people traffickers’: Libyan Coastguard’s astonishing claim… cash handed to criminal gangs so they’deliver’refugees, Daiy Mail 2017-06-11.
6.les ONG qui secourent la Libye encouragent les trafiquants, affirme le chef des frontières de l’UE, The Guardian 2017-02-27.
7.Carte interactive, Médecins Sans Frontières.
8.Le nombre de migrants arrivant en Italie en provenance de Libye chute de moitié en juillet, The Guardian 2017-08-11.
9. Schlauchboot-Migranten rufen NGOs wie “Taxis” an, Kronen Zeitung 2017-05-13.
10.Pris en flagrant délit: les ONG s’occupent du trafic de migrants clandestins, Gefira 2016-11-15.

GEFIRA


Fdesouche sur les réseaux sociaux