Fdesouche

Le quotidien algérien Tout sur l’Algérie s’interroge sur l’intérêt manifesté par le Qatar pour la communauté maghrébine en France, algérienne en particulier, en raison de la «proximité du Qatar avec les milieux islamiste».

L’émir cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani a récemment reçu neuf conseillers municipaux de banlieue, tous originaires du Maghreb, et créé un fonds d’investissement pour les jeunes entrepreneurs de banlieues.

Il ne s’agit pas de «charité», explique le diplomate qatari à propos de ce Fonds, mais d’un «partenariat qui va servir la relation entre le Qatar et la France», «un pays stratégique et très important pour nous». Une attitude qui suscite des interrogations en France, dans la presse et au sein de la classe politique française, à la veille de l’échéance électorale présidentielle.


Mais si la démarche du Qatar suscite l’embarras en France, elle a de quoi inquiéter en Algérie. Soutenir la communauté maghrébine des quartiers populaires, c’est soutenir la diaspora algérienne. Première communauté étrangère de l’Hexagone, les Algériens sont en effet estimés à 4 millions de personnes.

Cette position algérienne laisse du coup le champ libre à l’accroissement de l’influence de l’émirat du Golfe au Maghreb, qui entend se servir de la diaspora algérienne comme d’une passerelle. Cette nouvelle stratégie de séduction de la diaspora par le Qatar démontre l’échec de la politique algérienne vis-à-vis de sa communauté de France.

TSA


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux