Fdesouche

António Manuel de Oliveira Guterres, né le 30 avril 1949 à Lisbonne, est un homme politique portugais membre du Parti socialiste (PS).
Élu secrétaire général du PS et président de son groupe parlementaire en 1992, il remporte les élections législatives organisées trois ans plus tard et devient Premier ministre du Portugal, il est réélu aux législatives de 1999 et prend la présidence de l’Internationale socialiste (IS) la même année. En 2004, il est pressenti pour être candidat à l’élection présidentielle de 2006, mais sa nomination au poste de Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés en 2005 le conduit à se retirer de la vie politique portugaise et à démissionner de la présidence de l’IS. Il est le seul chef de gouvernement minoritaire et socialiste à avoir achevé un mandat de quatre ans.

Les pays européens ont besoin de migrants pour leur survie, a estimé aujourd’hui le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés Antonio Guterres, s’inquiétant d’une augmentation de xénophobie et de populisme sur le continent.
“Il est clair que sans les migrations, l’Europe ne peut pas survivre”, a expliqué le chef du HCR, Antonio Guterres, interrogé par des journalistes sur la campagne législative britannique marquée notamment par la question des immigrés.
Selon M. Guterres, “des prises de positions populistes ont pris de l’ampleur” dans les pays développés de même que “la xénophobie s’est étendue dans plusieurs pays”, conduisant à un durcissement du traitement des demandeurs d’asile et migrants.
Pourtant ces nouveaux arrivants sont essentiels dans ces pays où la population ne cesse de vieillir et se renouvelle peu en raison d’une faible natalité, assure le responsable.
“Nous disons toujours à tous les partis politiques lors d’élections que les problèmes liés aux migrations et aux demandeurs d’asile (…) doivent être discutés de façon rationnelle et non émotionnelle”, a ajouté M. Guterres.
Chaque pays est en droit de définir sa propre politique d’asile, a-t-il reconnu, mais les 144 signataires de la Convention sur les réfugiées adoptée en 1951 sont tenus de respecter son règlement notamment sur le droit des demandeurs d’asile à un traitement équitable, a-t-il insisté.

“Penser que les sociétés européennes redeviendront homogènes (…) est une illusion totale et absurde”

Il a précisé que le HCR avait l’intention de lancer un débat général sur les nouveaux défis des migrations l’année prochaine à l’occasion du 60ème anniversaire de cette convention.
Pour le responsable, ces questions ont évolué: “Penser que les sociétés européennes redeviendront homogènes (…) est une illusion totale et absurde”.
“Je pense que nous devons dire très clairement qu’indépendamment des aspirations de certaines personnes, toutes les sociétés sont devenues multiconfessionnelles, multiethniques et multiculturelles”, a insisté Antonio Guterres interrogé sur les problèmes liés aux traditions islamiques.
Il est donc, selon lui, désormais nécessaire de concentrer les débats nationaux sur la façon dont on peut organiser harmonieusement ces nouvelles sociétés.
source