Fdesouche

La mesure rentrera en vigueur à partir de l’année scolaire 2010-2011. Face à la croissance du nombre d’élèves étrangers, le ministère a envoyé une Note sur l’intégration indiquant que «les inscriptions de mineurs non-italiens ne doivent pas dépasser les 30% des inscrits», indique le document.
Le plafond des 30% pourra être plus élevé dans le cas d’élèves ayant une nationalité étrangère mais qui sont nés en Italie et maîtrisent donc la langue, ou abaissé si les élèves étrangers démontrent une très faible connaissance de la langue, selon la même source.
Le ministère a également prévu «des ressources financières pour soutenir les écoles dans l’intégration des enfants étrangers», affirme le communiqué. «L’école doit être un lieu d’intégration, […] enseigner le respect pour les autres cultures et affirmer dans le même temps l’importance des règles de comportement civique, de l’histoire, des lois et de la langue italienne», a estimé la ministre, Mariastella Gelmini.

«Etablir un plafond de 30% d’élèves étrangers par classe est selon moi un moyen utile pour favoriser l’intégration car grâce à cette limite nous évitons la création de ‘classes ghetto’ avec uniquement des élèves étrangers», a-t-elle ajouté.
Les élèves étrangers en Italie étaient environ 575.000 au cours de l’année scolaire 2007-2008, dont une majorité dans le centre et le nord du pays, selon l’agence Ansa.
La mesure annoncée a suscité le scepticisme du Parti démocrate, principale formation de l’opposition, qui se dit d’accord sur la nécessité d’éviter la création de ghettos scolaires mais réclame avant tout davantage de moyens financiers pour l’éducation et l’intégration des étrangers et de leurs familles.
Source : NouvelObs (Merci à tagg et Nordine de Rothschild)


Fdesouche sur les réseaux sociaux