Fdesouche

En pleine obamania, le commissaire à la diversité veut prendre des photos pour mesurer la progression des minorités visibles. Une idée qui ne séduit guère Éric Besson, nouveau ministre de l’Immigration.
Récemment nommé commissaire à la diversité et à l’égalité des chances, Yazid Sabeg a fait de la représentation politique sa priorité. Dans une note publiée mercredi, l’Institut Montaigne, vitrine intellectuelle des plus grands patrons, détaille la composition ethnique des deux chambres du Parlement et des conseils municipaux des dix plus grandes villes de France en utilisant une méthode iconoclaste : la photographie. Yazid Sabeg, longtemps pilier de l’Institut Montaigne, se montre enthousiaste pour le procédé choisi : «C’est une possibilité intéressante pour traiter la question cruciale des discriminations raciales. J’ai moi-même prôné la photo de famille dans les bilans des entreprises», explique-t-il. Il avait proposé que les grandes sociétés présentent ce cliché en guise de mesure des minorités visibles dans le cadre de la charte de la diversité.
Une méthode de reconnaissance faciale un brin aléatoire qu’explique le sociologue Éric Keslassy, qui travaille sur le sujet pour l’Institut Montaigne. «J’ai regardé les clichés des élus, puis j’ai corrélé avec les noms de famille et j’ai réalisé quelques vérifications téléphoniques.» (…)
Eric Besson juge «habile» un tout autre instrument mis au point par le Haut Conseil à l’intégration. À partir des noms et prénoms qui prévalaient en France à la fin du XIXe siècle et de ceux récemment apparus, un logiciel permet de repérer les personnes d’origine maghrébine et africaine, ou d’immigration européenne ou encore de l’outre-mer. Peaufinée par Jean-François Amadieu, de l’Observatoire des discriminations, cette méthode semble obtenir des résultats fiables. Elle a permis d’examiner la situation des 35 000 élus des communes de plus de 9 000 habitants. Parmi eux, 6,68 % sont issus de l’immigration. Un chiffre encore faible, mais en progression depuis les élections de 2001. Tandis que la France se scinde d’Est en Ouest, reflétant les flux migratoires.


Fdesouche sur les réseaux sociaux