Fdesouche

Partie 2 / Partie 3 / Partie 4 / Partie 5 / Partie 6 / Partie 7 / Partie 8 / Partie 9

Opéra en un prologue et cinq actes de Jean-Baptiste Lully, sur un livret de Philippe Quinault (1635-1688). C’est Louis XIV lui-même qui donna à Quinault le sujet qui, dit-on, embarrassa ce dernier, au point d’y travailler tout l’été de 1683 et de susciter de sa part un madrigal intitulé L’Opéra difficile qui se terminait par :

O Ciel ! peut-on jamais avoir

Opéra plus fâcheux à faire ?

La création devait avoir lieu à Versailles, durant le Carnaval de 1684. La mort de la reine l’empêcha, et Louis XIV accepta que la première représentation ait lieu à l’Académie royale, le 18 janvier 1684. Les décorations et costumes dessinés par Bérain furent trouvés admirables et d’un goût nouveau. Les vols, dont la nouveauté et l’exécution suprirent les sepctateurs étaient du même Bérain.

Il y eut une version de concert «sans danse, ni ballet, sans théâtre» chez la Dauphine, à laquelle le roi n’assista pas. La représentation dans la Grande Ecurie de Versailles eut lieu le 5 mars 1685, sans décors ni machines.

Synopsis
Amadis, fils naturel de Périon et d’Elisène, est abandonné sur une barque au fil de l’eau, avec pour seuls signes de reconnaissance une épée et un anneau. Il est recueilli par Gandales qui l’élève comme son fils. Plus tard, il est conduit à la cour du roi Langrines où il rencontre Oriane, fille de Lisuarte, roi de Bretagne. Les jeunes gens s’éprennent l’un de l’autre et se jurent fidélité éternelle. Grâce à Oriane, Amadis est nommé chevalier : il accomplira tous ses exploits chevaleresques pour l’amour de sa dame. Pour avoir vaincu le géant Abiès, ennemi du roi Périon, il est accueilli par celui-ci avec tous les honneurs. Grâce à l’anneau qui ne l’a pas quitté, il est reconnu par ses parents. Mais ce n’est pas la fin de ses aventures. Retenu par enchantement au château d’Arcalaüs, il sera libéré par Urgande, sa mystérieuse protectrice. Il affronte ensuite sans le savoir son propre frère Galaor, mais les deux chevaliers finissent par s’unir pour de nouveaux exploits. Ils auront notamment pour tâche de délivrer Lisuarte et sa fille Oriane, prisonniers dans un château enchanté. A nouveau placé sous un charme maléfique, Amadis sera à son tour délivré par Oriane, qui s’offre à lui. Le héros se rend au royaume de Sobranise, où l’accueille somptueusement la reine Briolanie, mais ses pensées vont à la seule Oriane. Il part à sa recherche. Au cours de son voyage, il surmonte mille obstacles pour délivrer de preux chevaliers retenus prisonniers. Mais une lettre d’Oriane lui parvient : pensant qu’il s’est épris de la reine Briolanie, elle affirme ne plus vouloir entendre parler de lui. Amadis, désespéré, se retire sur une montagne, se faisant appeler le Beau ténébreux. Toutefois, l’occasion lui est encore donnée de porter secours à Lisuarte et Oriane. Il devient, par ses exploits, le plus grand héros du monde, triomphant tour à tour en Allemagne, en Bohème, en Italie et en Grèce. Enfin, il arrache Oriane à l’empereur d’Occident qui la retenait captive et tous deux peuvent cette fois s’unir pour toujours. (Dictionnaire chronologique des Opéras – Le Livre de Poche)


Fdesouche sur les réseaux sociaux