Fdesouche

A méditer en ce jour de la Toussaint, veille de la fête des morts : une tribune philosophique signée Robert Redeker dans Le Monde :

Il n’est pas dit que nos arrière-petits-neveux prendront, comme nous, le chemin du cimetière à chaque Toussaint. L’évolution des biotechnologies pourrait mettre la mort en danger. Très bientôt l’espérance de vie aura doublé par rapport à ce qu’elle était au début du XXe siècle. La possibilité d’une existence humaine indéfiniment prolongée se dessine à l’horizon. En s’appuyant sur les promesses des cellules souches, sur la régénération, sur la cryonie et sur les transplantations d’organes, certains envisagent même, à terme, la mort de la mort. Faut-il s’en réjouir ?

Dans quel monde vivons-nous ? Celui des crèmes anti-âge, du Viagra, des pilules minceurs pour femmes ménopausées, des cosmétiques pour hommes grisonnants ! Celui où le rayon yaourts des supermarchés ressemble à une pharmacie ? Celui de l’espérance de vie ne cessant de s’étirer ? Celui d’une extraordinaire nouveauté : l’enfant contemporain, comme l’observe le sociologue Paul Yonnet, est élevé comme un immortel, dans l’ignorance de la mortalité. Suite


Fdesouche sur les réseaux sociaux