Repentance : « 12 years a slave » de Steve McQueen, le film sur l’esclavage, grand favori des Oscars (vidéo)

Oscars 2014 – Quel film a le plus de chances de gagner ?

La 86ème cérémonie des Oscars a lieu ce dimanche 2 mars au Dolby Theater de Los Angeles. Neuf longs métrages seront au coude-à-coude pour succéder à Argo dans la catégorie du meilleur film. Alors que les pronostics vont bon train de l’autre côté de l’Atlantique et placent 12 years a slave en tête des favoris, Metronews soupèse les chances de chaque œuvre nominée.

12 years a slave de Steve McQueen

De quoi ça parle ? New York, 1841. Solomon Northup (Chiwetel Ejiofor), un afro-américain virtuose du violon, est kidnappé et réduit à l’esclavage. Il est arraché injustement à son statut d’homme libre pour atterrir chez un propriétaire terrien sociopathe (Michael Fassbender). Son calvaire durera douze interminables années.

Notre avis ? Bien loin du versant cartoonesque de Django Unchained ou de l’accoutrement romanesque d’Amistad, Steeve McQueen signe une œuvre littéralement traumatisante sur l’esclavage. Il conjugue réalisme criant et refus constant de la sensiblerie, pour nous balancer une terrible claque.

Chances de victoire ? 70%. Propos fort qui renvoie l’Amérique aux tourments de son histoire, 12 years a slave est bel et bien l’archi favori. (…)

Metronews

Obama à Gorée, « lieu de mémoire de la traite négrière » + rappels sur l’esclavage

Barack Obama, premier président afro-américain des Etats-Unis, s’est rendu en pèlerinage sur l’île de Gorée, haut lieu de mémoire de la traite négrière à destination des Amériques. Les Echos

[ NDLR : Cette information permet essentiellement à Fdesouche de rediffuser cette vidéo (abrégée) de Bernard Lugan sur :

  1. le faux mythe de l'ile de Gorée 
  2. la repentance à sens unique 
  3. le silence sur les traites négrières arabo-musulmanes et sur les traites internes à  l'Afrique ]

« Quasiment toutes les sociétés africaines étaient esclavagistes : une partie de l’Afrique a vendu l’autre partie de l’Afrique. Les Européens n’ont pu vendre des esclaves que parce qu’ils en achetaient à des pourvoyeurs africains. La traite unissait des peuples africains à des négriers européens. » 

Ces images sont extraites d’une vidéo plus longue intitulée « Bernard Lugan : La coupe de la repentance déborde ». A voir ici

Sur le voyage d’Obama et le mythe de l’ile de Gorée, voir :
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/barackobama/10148682/Did-Barack-Obama-pick-the-wrong-venue-for-anti-slavery-speech.html?placement=mid2

Nos ancêtres les esclaves (Le Monde) (+vidéo commémoration à Saint-Denis)

Ceux qui passeront dorénavant par la petite place de la Légion-d’Honneur, à côté de la basilique de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, s’interrogeront peut-être sur la présence d’un monument en forme de globe, dressé à l’ombre des arbres, au milieu des terre-pleins fleuris.

En s’approchant, ils verront que des noms et des prénoms accolés à des numéros y ont été gravés sur des médaillons colorés. Une plaque à leurs pieds leur expliquera qu’il s’agit là d’anciens esclaves et de leur matricule. 213, très exactement. Et s’ils lisent jusqu’au bout, ils apprendront que ces patronymes sont aussi ceux d’Antillais venus inscrire le nom d’un ancêtre retrouvé grâce à la généalogie.

Cette oeuvre inédite doit être inaugurée, le 23 mai, à Saint-Denis, par le ministre des outre-mer, Victorin Lurel. Le même jour, une sculpture similaire sera dévoilée à Sarcelles, dans le Val-d’Oise. Depuis quinze ans, c’est ce jour-là, dans ces deux villes de France où la diaspora antillaise est la plus importante, que l’on commémore les « victimes de l’esclavage ». [...]

Le Monde

(merci à Lilib et Herstalle)

Pour les descendants d’esclaves, « les réparations sont indispensables» selon Patrick Lozes (màj)

[Màj 13 mai 2013][ Extrait d'une tribune de Patrick Lozès (fondateur et ancien président du CRAN), parue dans le Monde du 13 mai 2013 ]

« La République a besoin que tous les Français, se souviennent et se recueillent ensemble à la mémoire des dizaines de millions de victimes de ces crimes abominables.

Oui, l’esclavage a été un crime. Et la colonisation, une aventure indigne. Les réparations sont indispensables.

Mais elle doit être collective, car identifier précisément les victimes puis leurs descendants n’est pas chose aisée. (…)

Des musées, des instituts ou des centres culturels internationaux doivent être construits. Des bourses d’études doivent être attribuées, des chaires universitaires créées, l’enseignement de l’esclavage et de la colonisation doit être renforcé. Aucune piste, aucune voie donnée à l’intelligence, ne doit être négligée. »

Le Monde

Rappel : Patrick Lozès rattrapé par la justice (02/12/2011)
Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour abus de confiance et blanchiment contre l’ex-président du Conseil représentatif des associations noires (Cran), Patrick Lozès, L’enquête porte notamment sur des mouvements de fonds entre le compte du Cran et le compte personnel de Patrick Lozès, ainsi que sur des virements « provenant de l’organisation humanitaire World Children’s Fund au profit de L&Associés, la société de conseil de Patrick Lozès ». (relire)

—————-

extrait JT Mayotte 1ère du 7 mai 2013

(Merci à Marc Herstalle)

Bordeaux : Karfa Diallo veut réveiller la conscience des Bordelais sur la traite négrière. Màj : K Diallo veut débaptiser certaines rues

Addendum vidéo 11 mai :

(…) France 3 Aquitaine

—————————————

[extraits] Un Dakarois d’origine a décidé de rappeler à Bordeaux qu’elle a aussi un passé douloureux lié au commerce triangulaire, le trafic d’esclaves. (…)

 Karfa Diallo demande que la capitale de la Gironde s’interroge sur son passé de ville négrière. « A Bordeaux, près d’une vingtaine de rues portent des noms de familles s’étant enrichies grâce à la traite ». A la mairie de Bordeaux, on estime parfois que Karfa est un peu «obsessionnel ».

(…) A Bordeaux, il se bat avant tout pour que les citoyens ouvrent les yeux sur la part d’ombre que comporte le passé de la ville. « Nulle part, le mot crime contre l’humanité n’apparaît », s’étonne Karfa, qui organise désormais une visite du « Bordeaux nègre » tous les dimanches.

Passionné par l’actualité africaine, il s’est lancé dans le cyber journalisme : il dirige le site sénégalais SeneNews.com.

Karfa voudrait que la réflexion sur la traite ne concerne pas seulement l’Occident. « Même mon ethnie, les Peuls, a participé au commerce triangulaire. Il faudrait s’interroger sur la responsabilité des Africains dans l’esclavage. Mais aussi parler de la traite organisée par les arabes, un sujet qui reste trop souvent tabou », regrette Karfa.

De cette histoire tragique, il croit possible de faire émerger une société métisse.

RFI

——————————-

Compléments :

Gaston Kelman (vidéo ci-dessous) : « Qu’on ne me parle pas surtout pas d’esclavage et de colonisation. Tous les intellectuels africains qui se respectent disent aujourd’hui que ces questions sont obsolètes (…) Quand on dit que la France a besoin d’immigration, c’est clair, mais mon voeu le plus cher, c’est que cette immigration ne vienne pas d’Afrique ».




Repentance

Mise au point sur l’esclavage et la traite négrière par l‘historien africaniste Bernard Lugan.

La Colonisation

Jean-François Copé évoque « La maison aux esclaves » de Gorée

Jean-François Copé invite à se rendre sur l’ile de Gorée, d’où partaient, selon lui, « des centaines de milliers, millions d’esclaves » :

François Hollande, qui s’était rendu sur l’ile, dans la foulée de son voyage à Dakar, avait aussi été repris sévèrement par l’africaniste Bernard Lugan.

Algérie : Les moudjahidines veulent de nouveau faire condamner le colonialisme français

Après plusieurs mois de silence, l’Organisation nationale des moudjahidines (ONM) reparle de nouveau de repentance. Son secrétaire général, Saïd Abadou, a annoncé, ce mardi 7 mai, un projet d’initiative visant à faire condamner le colonialisme français en Algérie. Depuis quelques semaines, les relations entre Paris et Alger connaissent de nouveau des signes de refroidissement. La France a récemment fortement appuyé la position marocaine sur le Sahara occidental.

L’ONM «soumettra une initiative aux organisations des anciens combattants de par le monde pour condamner le colonialisme français en Algérie et dans d’autres pays sous occupation», a indiqué M. Abadou dans une déclaration à l’agence officielle APS, la veille de la commémoration du 68e anniversaire des massacres du 8 mai 1945.

«Bien que la tâche soit difficile, l’ONM poursuivra son action afin de mobiliser ces organisations et sortir avec une décision qui condamne le colonialisme et exige que des excuses soient présentées aux peuples qui étaient sous occupation, outre une indemnisation matérielle pour les massacres commis et les richesses pillées à l’époque», a-t-il précisé. Le colonialisme «ne s’est pas arrêté aux massacres, mais il est allé jusqu’au pillage des richesses des pays sous son occupation et l’altération de son identité», a-t-il ajouté, rappelant le jugement, par les Alliés, des dirigeants allemands qui ont commis, eux aussi, des crimes de guerre lors de la Seconde Guerre mondiale, selon la même source. […]

TSA

Quand Christiane Taubira voulait passer sous silence la traite négrière arabo-musulmane (rediff.)

Rediffusion 05/05/2006

Christiane Taubira déclare sans ambages qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les «jeunes Arabes» «ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes». Les enjeux du présent expliquent ces relectures du passé.

Hebergeur d'image

Ces logiques communautaires influent aussi sur le projet mémoriel La Route de l’esclave, décidé en 1993 par l’Unesco : Roger Botte, chercheur au Centre d’études africaines du CNRS, constate qu’il privilégie également la traite transatlantique du fait de «la pression des représentants du monde arabe et des Etats africains». [...]

L’Observatoire de l’islamisation