France : Des extrémistes menacent des bibliothèques selon Aurélie Filippetti

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a dénoncé aujourd’hui les pressions exercées contre «une trentaine de bibliothèques publiques» par «des mouvements extrémistes» qui «exigent le retrait de la consultation de tout ouvrage ne correspondant pas à la morale qu’ils prétendent incarner».

«Il est temps d’en appeler à Voltaire, à l’esprit des Lumières, pour dénoncer ces atteintes scandaleuses à la démocratie et à la liberté», écrit la ministre de la Culture.

Ces groupes, a indiqué une source proche du ministère, sont liés au «Printemps français» hostile au mariage gay et qui dénonce une supposée «théorie du genre» qui serait enseignée dans les écoles, notamment à travers les ouvrages fournis aux enfants.

Selon Filippetti, ces groupes «se rendent dans les bibliothèques de lecture publique, exercent des pressions sur les personnels, les somment de se justifier sur leur politique d’acquisition, fouillent dans les rayonnages avec une obsession particulière pour les sections jeunesse, et exigent le retrait de la consultation de tout ouvrage ne correspondant pas à la morale qu’ils prétendent incarner».

Le Figaro

«Un vent mauvais souffle sur la France» (Edito Libé)

Editorial de François Sergent dans Libération.

Il faut même regretter que le gouvernement, tétanisé par ces ennemis des droits des hommes et des femmes de vivre leur idée de la famille, soit revenu sur ses promesses de conception assistée pour les couples du même sexe.

Un vent mauvais souffle sur la France. Robert Badinter a raison de dénoncer la tiédeur des condamnations du Jour de colère de dimanche dernier, première manifestation ouvertement antisémite depuis l’Occupation au prétexte d’opposition au président de la République. Un mélange de partisans de Dieudonné, le champion de l’antisémitisme à but lucratif, et d’extrémistes de droite bon teint. Ce dimanche, il s’agirait de défendre la famille que ce même Président voudrait lacérer au nom d’une «ingénierie sociale» régulièrement mise en cause par la droite dite républicaine et le Figaro.

La famille est au centre de l’intime de chacun, la concaténation de ses croyances, de son éducation et de sa sexualité. La famille (ou son refus) doit rester le lieu absolu de cette liberté. Mais, rien dans les lois passées par ce gouvernement ou en préparation, ne change ce postulat.

Les manifestations de dimanche, même si elles se défendent de rejoindre les mots d’ordre de haine des factieux du «Jour de colère», restent fondées sur des mensonges. Comme la pseudo «théorie du genre», qui serait enseignée aux petits enfants. [...]

Libération

Voile : «Le danger communautariste, on le crée en désocialisant et en discriminant certaines personnes»

Saisi de la question des mères voilées accompagnant les enfants, le Conseil d’Etat a décidé de ne pas trancher. Pour l’historien et sociologue Jean Baubérot, le port du voile n’est pas un problème.

Le rôle de l’Education nationale est d’apprendre aux enfants à vivre dans la société telle qu’elle est.

Dans notre société de consommation, c’est l’apparence qui compte. Or la laïcité est une question de comportement, pas d’apparence. Bien sûr, s’il y avait eu des problèmes de prosélytisme de la part de ces femmes, cela aurait mérité que l’on se penche sur la question. Mais ça n’est pas le cas ! Dans le cadre de la loi de 1905 [instituant la séparation de l'église et de l'Etat, NDLR] on a d’ailleurs refusé de légiférer sur le vêtement, qui est laissé à la libre appréciation de chacun. La circulaire Chatel tourne donc le dos à la loi de 1905, en plus de créer un fort ressentiment.

Quel ressentiment ?

L’exclusion, tout simplement. Il faut savoir ce que l’on veut. Souhaite-t-on vraiment désocialiser les musulmanes en multipliant les restrictions à leur encontre ? Si, au prétexte qu’elles portent un voile, on continue à exclure ces femmes des sorties scolaires et du marché du travail, elles ne pourront plus travailler que dans des associations ou établissements scolaires musulmans.

A l’inverse, certains expliquent que défendre la laïcité à l’école empêche la montée des communautarismes…

Le danger communautariste, on le crée en désocialisant et en discriminant certaines personnes. En ne respectant pas leur liberté de croyance. On les oblige à se replier sur leur communauté, et les intégristes peuvent ainsi prêcher auprès de gens qui se sentent discriminés. La démocratie doit isoler les extrémistes, pas leur ouvrir un boulevard. […]

On sait l’opinion particulièrement sensible sur le sujet…

La gauche est déjà impopulaire, qu’elle soit au moins courageuse ! C’est vrai que les gens sont un peu islamophobes. Dans les enquêtes, 75% des sondés pensent que l’Islam représente un danger pour la démocratie.

Mais quand on regarde dans le détail, on constate que les principales préoccupations restent la retraite, les salaires ou le chômage. La lutte contre l’intégrisme n’arrive que bien après. Il ne faut donc pas surestimer l’importance de la question, en donnant une portée démesurée à des problèmes qui n’en sont pas. Même si c’est toujours pratique d’avoir un bouc-émissaire. Car si on décrétait un moratoire sur l’Islam, il faudrait alors s’occuper des vrais problèmes !

Le Nouvel Obs

Tony Blair : «Il n’y a pas de problème avec l’islam»

Tribune de Tony Blair, ancien premier ministre du Royaume-Uni, dans laquelle il prône la liberté et le «vivre-ensemble» pour lutter contre l’islamisme.

Tout le monde considère le meurtre de Lee Rigby, le soldat britannique assassiné le 22 mai dans une rue d’une banlieue de Londres, comme une horreur. Certes, mais on peut y voir aussi un acte sans autre portée que celui d’un fou, sous-tendu par une conception pervertie de l’islam. […] Je comprends le désir d’expliquer les conflits par des problèmes locaux, l’aliénation économique et évidemment la «folie». Pourtant une question se pose: ne pouvons-nous pas trouver un élément commun à ces conflits, une idéologie qui y conduit ou au moins les exacerbe?

Il n’y a pas de problème avec l’islam. Ceux qui l’ont étudié savent qu’il est pacifique. Il n’y a pas de problème non plus avec les musulmans en général.

Mais il y a un problème au sein de l’islam. Nous devons en toute honnêteté le prendre en considération. Je crains que la tension qui se manifeste actuellement au sein de l’islam ne soit pas due simplement à une poignée d’extrémistes. Elle tient intrinsèquement à une conception de la religion et de son rapport à la politique qui est incompatible avec une société plurielle, ouverte et libérale.

Une politique de défense n’y suffira pas non plus. Si une politique de défense résolue a permis de résister au communisme révolutionnaire, ce dernier a été finalement vaincu par une meilleure idée: la liberté. […]

Nous devons commencer avec les enfants, ici et à l’étranger. C’est pourquoi j’ai créé une fondation dans l’objectif spécifique d’éduquer les enfants de religions différentes à se connaître et à vivre ensemble. Nous sommes présents dans 20 pays et nos programmes fonctionnent. Mais c’est une goutte d’eau dans l’océan, comparé au tsunami d’intolérance enseigné à un si grand nombre.

Crif/Figaro

Mariage gay : Franck Riester (UMP) appelle son parti à ne «pas se mélanger à des manifestations qui comptent parmi elles des extrémistes».

Franck Riester, l’un des deux députés UMP ayant voté le projet de loi du gouvernement sur le mariage pour tous, lance un appel au calme en direction des opposants à ce texte, qui multiplient les actions radicales avant l’examen du projet de loi par l’Assemblée, mercredi 17 avril. Propos recueillis par Alexandre Lemarié.

Le député-maire UMP Franck Riester fait son coming-out. (Tétu, 06 décembre 2011)

Que pensez-vous de la manière dont le gouvernement a accéléré l’examen du projet de loi au Parlement ?

C’est très maladroit de la part de l’exécutif mais il y a un projet de loi, qui correspond à une promesse de campagne de François Hollande. Au Parlement, nous avons fait le tour de la question de ce texte. Il y a maintenant d’autres sujets, notamment économiques et sociaux, sur lesquels nous devons concentrer nos efforts. […]

Regrettez-vous que l’UMP participe aux manifestations contre le projet de loi ?

Je regrette que des responsables politiques de l’UMP aient défilé dans la rue à deux reprises et prévoient de le faire à nouveau lors des prochains rassemblements car cela contribue – il me semble – à mettre de la tension et à donner une impression de récupération politique. Je le pensais déjà avant les débordements. Aujourd’hui, je suis encore plus convaincu que notre parti ne devrait pas se mélanger à des manifestations qui comptent parmi elles des extrémistes.

Le Monde ; Tétu

Martine Gozlan : La «traque» de Caroline Fourest par les «commandos de la haine»

Martine Gozlan s’inyerroge sur l’accueil de Caroline Fourest en gare de Nante par des opposants au mariage pour tous : «Pourquoi tant de haine? Pourquoi elle, encore et toujours ? ».

Parce qu’elle ose dire leurs quatre vérités à des gens qui, tout en se haïssant les uns les autres (les islamistes, l’extrême-droite, etc…) se ressemblent furieusement par les interdictions de penser semées sous leurs pas.

Des commandos de manifestants anti-mariage homosexuel ont traqué la journaliste tout au long de la journée du samedi 13 avril où elle était invitée aux débats du Nouvel Obs à Nantes. Cernée, insultée, agressée, elle a été exfiltrée par la police mais la même violence l’a poursuivie jusqu’à Paris.

Sans la protection de la police, elle ne sait pas ce qui aurait pu se passer. «Au moins les opposants à la loi ont-ils montré leur vrai visage! » affirme-t-elle crânement, en pleine tempête. […]

Ils la haïssent parce que plus ils l’attaquent, plus on la voit. Parce que, tant pis pour eux, sa parole passe de mieux en mieux. Parce que Caroline Fourest, n’en déplaise à ceux qui se hurlent les représentants de différents courants pseudo-populaires, est très simplement et très clairement populaire.

De quoi la haine anti-Fourest est-elle le nom? Qu’est-ce qui, dans cette jeune femme obstinée, déclenche les fureurs conjointes des anti-mariage homosexuel, des islamistes, salafistes ou non, de l’extrême-droite et de tous les extrêmes en général ? […]

Marianne/Télégrammes d’Orient

L’armée belge ne peut pas licencier les extrémistes

Les personnes adhérant à des mouvements extrémistes peuvent facilement servir l’armée belge. Le ministre de la Défense Pieter De Crem (CD&V) n’a en effet aucune base juridique pour expulser des soldats pour leurs convictions salafistes, indique jeudi le quotidien De Morgen.

Il y a plusieurs semaines pourtant, le ministre avait promis que les extrémistes seraient mis à la porte. « Tout salafisme au sein de la Défense ne sera pas toléré et conduira irrévocablement au licenciement », avait-il indiqué à la commission Défense après l’annonce de la présence d’une dizaine de militaires aux convictions islamistes radicales au sein du service de renseignement militaire.

Mais selon un rapport interne, les moyens juridiques manquent pour ce faire. Tant qu’il s’agit de groupuscules ou organisations qui ne sont pas interdits par la loi, les militaires peuvent en faire partie.

7sur7.be

La Grande-Bretagne met ses étudiants musulmans sous surveillance

Selon le quotidien The Guardian, les membres du personnel de plusieurs universités britanniques considérées comme étant « à risque » ont reçu pour instruction officielle de signaler à la police tout étudiant musulman se montrant déprimé, isolé de sa famille, politiquement agressif ou suspecté de se rendre sur des sites internet extrémistes. Cette nouvelle stratégie anti-islamiste mise en place par le gouvernement britannique provoque un malaise au sein des universités.

[...] Selon Theresa May, la ministre de l’Intérieur, ce tour de vis était nécessaire, car les travaillistes avaient fait preuve de laxisme dans la mise en oeuvre de cette politique, refusant de «reconnaître ce qui peut vraiment se passer sur les campus». Selon The Guardian, les membres du personnel de plusieurs universités de Londres et du Lancashire ont ainsi été contactés par le ministère de l’Intérieur. […]

Pour James Haywood, le président du syndicat étudiant de l’université londonienne Goldsmiths. «Compte tenu de la montée de groupes extrémistes comme la Ligue de défense anglaise et le récent massacre en Norvège, pourquoi cette stratégie ne s’applique-t-elle pas aux étudiants qui démontrent une haine irrationnelle envers l’Islam ?» . […]

Le Point (Merci à Nightswind)