Air France : une nouvelle campagne de pub plus internationale

La compagnie lance à partir du 2 avril une nouvelle campagne «France is in the air». Objectif : montrer un nouveau visage d’une France plus ouverte et en mouvement. [...]

Hebergeur d'imageCe repositionnement vaut une petite révolution: Air France abandonne sa signature en français -«Faire du ciel le plus bel endroit de la Terre»- pour adopter l’anglais : «France is in the air». «Ce que l’on voulait éviter dans cette campagne, c’est l’arrogance, explique Bertille Toledano, présidente de BETC, l’agence de publicité d’Air France. Choisir l’anglais est un vrai signe d’ouverture. Air France doit renvoyer l’image d’une France en mouvement».

Hebergeur d'image

Le Figaro

Marseille. 10% d’élus «issus de la diversité» mais la classe politique reste «monocolore»

Les élus «issus de la diversité» représenteront à Marseille 10% de l’ensemble des élus mais pour certains ce n’est pas encore assez.

« Dans la communauté comorienne, j’entends cela régulièrement : ‘pourquoi on voterait pour eux, alors que nous, on n’est nulle part ?’ (Said Ahamada)»

Alors que leurs communautés d’origine représentent, selon diverses estimations, entre un quart et un tiers des 851 000 habitants de l’agglomération marseillaise, ces élus constitueront autour de 10 % de l’assemblée municipale. «On reste dans le domaine du discours qui ne se traduit jamais dans les faits», constate Camille Floderer, enseignante à Sciences Po Aix et coauteur, en 2012, d’une étude sur la représentation politique à Marseille. «Sur cette élection, cette question de la représentativité est d’ailleurs assez vite sortie du débat.» […]

«La diversité au conseil municipal de Marseille, ce ne sera pas pour cette année… Nous restons, dans cette ville, sur une classe politique monocolore. » Alors qu’il poursuit sa campagne dans le 8e secteur, où il occupe la dixième position sur la liste d’union de la gauche de Samia Ghali, l’ex-MoDem Said Ahamada dresse un triste constat. Comorien d’origine, il sait déjà que son entrée dans l’assemblée municipale est très improbable. […]

Exemple frappant, dans le 3e secteur, fameux territoire clé, aucun colistier d’origine maghrébine ou comorienne n’est en position éligible au conseil municipal. Ni sur la liste de Bruno Gilles (UMP), ni sur celle de la ministre à la lutte contre l’exclusion Marie-Arlette Carlotti.

Au moment de sa candidature, Mme Carlotti prévenait déjà : «Je n’aurai pas le Comorien de service sur ma liste… Je ne fonctionne pas comme ça. Je prends des militants, des gens engagés. Les quotas ne me conviennent pas.»

Blog/Le Monde

« On s’en prend à nos compatriotes d’origine, de culture ou de foi musulmane et il faut en finir avec ça ! » (Plenel/RMC)

Edwy Plenel est l’invité de Jean-Jacques Bourdin. Il s’en prend vivement au Front National et loue la diversité.

« Qu’est-ce que le piège du Front National ? C’est de dire aux gens ‘Comme vous êtes malheureux, prenez-vous en  à votre voisin, à celui qui n’a pas la même religion que vous, la même identité, la même apparence etc.’ Quand les pauvres se font la guerre, quand les pauvres dans la diversité de notre peuple (qui est un peuple  de brassage, de mélanges) se font la guerre, les riches et les oligarques ont la paix. Le Front National ne fait pas la politique du peuple. » – Edwy Plenel

—————— Complément (2009)

Edwy Plenel [vidéo : à 3'30"]
« Je crois que [Christophe Colomb] est vraiment métissé… C’est la résonance avec notre époque. Avec la Reconquista, avec la fin de cette Espagne métissée, c’est un moment de clôture, de crispation, de l’Europe. Il n’y a pas des résonances avec notre époque ? Où on a peur, où l’Occident se crispe ?  Une époque de crispation identitaire ? »

via groutard

Un livre pour enfant pour lutter contre les ‘stéréotypes hétérosexuels’

[extraits] «La Princesse Nina» aborde les questions de genre et d’orientation sexuelle à travers une jeune fille qui éconduit tous ses prétendants, jusqu’à rencontrer sa princesse charmante.

La Princesse Nina est l’histoire d’une jeune fille qui est «intelligente, gentille et un peu sauvage». Problème, pour ses parents qui l’aiment de tout leur cœur, elle ne veut pas se marier. Les princes défilent et elles les refusent tous. [Orthographe d'origine][Corrigé : elle les refuse]

Même le prince Azim du Yémen, pourtant parfait en tous points, elle le refuse.

Mais lorsqu’elle rencontre la princesse Melowo du Ghana, elles deviennent inséparables.

Publié par l’éditeur belge Clavis, l’ouvrage de Marlise Achterbergh et Iris Compiet a été récompensé par le concours d’histoires pour enfants d’Inclusive Works, du FEBE Support, un organisme hollandais, et du British Council.

«Dès le plus jeune âge, les filles et les garçons sont confrontés à des stéréotypes, et ceux-ci sont également présents dans les livres pour enfants, explique le FEBE Support en page de garde. Le but de ce livre est de faire en sorte qu’ils puissent assumer leurs propres choix plus tard.»

(….) On a compris et on est d’accord : tout le monde peut s’aimer quelles que soient son origine ethnique et son orientation sexuelle. Le message est important, peut-être peut-il être dit avec un peu plus de finesse.

Libération

Plus de « diversité » dans les ‘emoticons’ ?

Les emojis (ou émoticons), ces petits personnages et illustrations qui polluent les messages texte, sont souvent très blancs, du moins d’origine caucasienne. Apple veut injecter du multiculturalisme et des minorités ethniques.

Les opérateurs japonais ont été les premiers à mettre au point les emojis. Apple, interrogée sur le sujet, a décidé d’en faire un cheval de bataille auprès du Unicode Consortium, dont le constructeur est membre.

L’idée est la suivante : concevoir et diffuser des personnages représentant mieux la diversité du monde. En 2012, lors du lancement d’iOS 6, de nouveaux emojis faisaient leur apparition, dont des personnages gays et des figures lesbiennes.

Journal du GeekMacplus

Municipales 2014 : et si c’était ça la diversité made in France ?

Papier de Sihem Souid

Son visage est maintenant bien connu des habitants du 18e arrondissement. Celle que l’on voit de la porte Montmartre aux Abbesses enchaîner les réunions publiques et les tractages avec Eric Lejoindre, candidat à la succession de Daniel Vaillant pour la mairie, est une figure du monde associatif et politique local.

Hebergeur d'imageFranco-tunisienne d’origine, arrivée en France il y a 14 ans, professeur de mathématiques devenue principale adjointe d’un collège, Maya Akkari incarne cette diversité encore trop rare dans le paysage politique français, subtil mélange de compétence, d’engagement et de différence. [...]

Sans nostalgie de la République une et indivisible mais sans cynisme non plus, elle croit à l’intégration par l’école et à la promesse du pacte républicain. Entrée en politique à la suite des émeutes urbaines de 2005, celle qui dirige le pôle éducation de Terra Nova a depuis longtemps fait de la jeunesse son cheval de bataille. Elle croit en la mixité comme moteur de créativité et d’efficacité. Elle milite sans relâche pour une école plus juste et plus performante. [...]

Elle n’a jamais souhaité être estampillée « diversité », ce label qui est bien souvent un boulet, cette étiquette qui stigmatise plus qu’elle ne définit. Avec son mari, lui aussi d’origine tunisienne, militant associatif dans le logement, les convictions sont une affaire de couple et leurs deux enfants de 14 ans et de 11 ans sont avec papa quand leur femme politique de maman est en campagne. C’est ce qui s’appelle une garde alternée militante ! [...]

Candidate dans le 18e sur la liste d’Eric Lejoindre, lequel s’est entouré de nombreux candidats issus de la diversité dont une bonne moitié des élus PS susceptibles d’entrer au Conseil de Paris, celle qui dit ne pas vouloir être une « banania » mais une « Taubira » assume sa différence plutôt qu’elle ne la cultive. [...]

Le Point

Toulouse: un policier blessé par un homme qui « n’aime pas les blancs »

L’homme âgé de 41 ans errait dans le centre-ville peu après minuit aujourd’hui. Il menaçait les passants en brandissant un couteau et en déclarant qu’il « n’aimait pas les Blancs », selon la même source. Lorsque les policiers sont venus l’interpeller, l’un d’entre eux a été blessé au genou. Sa blessure est superficielle, a-t-on ajouté de même source. L’homme, qui a déclaré être d’origine congolaise, a été placé en garde à vue. Alliance, le 2e syndicat des gardiens de la paix, a dénoncé à cette occasion la « dégradation des conditions de travail » des policiers.

Le Figaro

Bischwiller (Alsace) : une liste « Nouvel élan » 100% minorité

 

Halil Ceylan, entrepreneur bischwillerois d’origine turque, se lance dans la course à la mairie. Le président de l’association culturelle Giresun fera ses premiers pas en politique. Il souhaite apporter un nouvel élan à la ville.

Dernières Nouvelles d’Alsace (Merci à Triboque)

« La caravane de la Diversité » à Bruxelles : «Tout est gratuit !»

Dans le cadre de la commémoration des 50 ans de l’immigration marocaine et turque, « La caravane de la Diversité » a posé ses valises à Bruxelles. Elle parcourra la Belgique francophone à la rencontre de citoyens jusqu’en mai 2014. L’initiative culturelle permet au public de s’ouvrir à d’autres cultures.

Jamal Yousfi est directeur artistique de l’évènement, il explique ce que « La caravane de la Diversité » propose: « C’est vraiment des tentes berbères, des petites roulottes, un grand chapiteau, des scènes extérieures, des spectacles de danses, des animations, des concerts extérieurs, du théâtre… Et tout est gratuit ! « 

RTBF

Complément : concernant la « gratuité », ce sont les contribuables Belges qui payent. Extrait du programme (PDF complet ici)

Quelques extraits du programme
Capture d?écran 2014-03-21 à 16.58.42.pngCapture d?écran 2014-03-21 à 16.58.32.png
Capture d?écran 2014-03-21 à 16.58.49.png

Belgique : un film promotionnel de la ville d’Anvers jugé trop « blanc » (vidéo)

Un film de promotion censé vanter les atouts de la ville d’Anvers pour les entreprises crée actuellement la polémique sur les médias sociaux en raison de l’image trop « blanche » que celui-ci donne de la population de la métropole.

Hebergeur d'imageL’administration communale reconnaît que certains aspects de la ville ne sont pas assez mis en avant mais rétorque que c’est en raison de l’objectif du film. « Nous travaillons actuellement à une stratégie marketing plus large qui doit mettre en avant le caractère multiculturel d’Anvers« , indique-t-elle. [...]

Les internautes déplorent l’image monochrome donnée des Anversois. La conseillère communale sp.a Yasmine Kherbache estime que c’est « une image peu réaliste de la population anversoise ». [...]

7sur7