Grande-Bretagne : L’immigration de masse a rendu l’économie moins performante

La semaine dernière, Mark Carney, le nouveau Gouverneur de la Banque d’Angleterre, s’est rendu à Nottingham pour y prononcer son premier discours. Il a abordé le thème de la productivité britannique qui, depuis des années, est à la traîne de celles d’autres pays développés et qui n’est pas plus élevée aujourd’hui qu’elle ne l’était en 2005.

Dans l’ensemble, les chefs d’entreprise ont tendance à soutenir une politique d’immigration – dite “de la porte ouverte” – ce qui contribue à répondre aux pénuries de main d’œuvre dans les secteurs clés.

Mais, plus particulièrement, cela exerce aussi une pression à la baisse sur les salaires. L’effet est similaire au fait d’avoir des niveaux durablement élevés de chômage, car elle crée une réserve inépuisable de main-d’œuvre bon marché.

Suite et commentaires sur Fortune

Chômage, croissance, retraites : Hollande promet des réponses «d’ici à la fin du mois»

François Hollande a promis, lundi 19 août, pour la «fin de ce mois» des réponses du gouvernement sur la préparation du budget 2014, la reprise économique et les retraites. Le président de la République s’est exprimé devant l’ensemble des membres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, réunis pour un séminaire de rentrée consacré à «la France de 2025».

Ce séminaire, a souligné le chef de l’Etat, vise à traiter, au-delà de «l’immédiat» et de «l’urgence», de ce que l’exécutif veut «faire de la France pour les dix ans à venir». […]

«Cette stratégie» passe, a poursuivi M. Hollande, par cinq «objectifs» : «utiliser pleinement notre avantage démographique» ; «gagner la bataille de la mondialisation» ; «réussir la transition énergétique et écologique» ; «faire de notre territoire un levier de développement» et «inclure tous les citoyens dans la République». […]

Le Monde

Retraites : Touraine confirme «un effort nécessaire» de tous les Français

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine confirme que dans le cadre de la réforme des retraites «un effort sera nécessaire, auquel devront participer tous les Français», dans un entretien au journal Le Figaro vendredi. Elle estime que la retraite par répartition «doit rester le socle» du système et que ses principes doivent être «inscrits dans la durée».

«Il y a une différence entre sérieux budgétaire et austérité! Cette différence, c’est le développement des droits sociaux.»

«Des décisions seront prises d’ici la fin de l’année. Nous avons trois défis: le financement à court terme, la pérennité à long terme de notre système par répartition et des mesures de justice» indique Marisol Touraine.

«Si on parle de durée de cotisation, qui est le critère le plus juste, vu l’augmentation de la durée de vie, elle doit tenir compte des réalités des carrières. Un effort sera nécessaire, auquel devront participer tous les Français», affirme la ministre.

La première année du quinquennat de François Hollande qui «restera comme une année utile pour la France et les Français. Nous avons mis en place les conditions du redressement, de la croissance et de l’emploi».

Libération

Pouvoir d’achat en baisse : Les sacrifices que vont devoir faire les Français (Vidéo)

Les 3/4 des Français interrogés s’attendent à une nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat en 2013, et 58 % se préparent à réduire leur consommation dans les mois à venir. Ce sont les résultats d’un sondage exclusif 60 Millions de consommateurs – Mediaprism.

Les ménages vivant avec moins de 1.500 € par mois n’ont plus d’autre choix que de renoncer à certaines dépenses de base, y compris en matière de santé.

Suite, commentaires et vidéo sur Fortune

Pascal Lamy (OMC) : « L’immigration est un moteur de croissance »

Selon Pascal Lamy, Directeur général de l’OMC, notre système social ne peut être maintenu en l’état que par la croissance et cette croissance passe obligatoirement soit par l’immigration soit par des réformes structurelles.

(France Culture – L’invité des matins – 27 février 2013)

«On pourrait ne travailler que 15h par semaine si l’on voulait»

Économiste et auteur à succès, le Tchèque Tomás Sedlácek tient un discours original. Certes, l’économie rend tout efficace, «mais tout dans notre société ne doit pas être efficace».

«C’est comme Central Park à New York. Tout autour règne l’efficience, mais celle-ci est interdite dans le parc qui est strictement réservé à la détente et aux écureuils», explique Tomás Sedlácek, auteur de l’ouvrage «Economics of Good and Evil» («L’Économie du Bien et du Mal»), dans une interview accordée au Tages-Anzeiger.

Au-delà de la métaphore, l’ancien conseiller de Václav Havel et membre du Conseil économique national tchèque rappelle que le rôle de l’économie ne consiste pas d’abord à augmenter le produit intérieur brut. «La première priorité doit être la stabilité du système, mais nous l’avons oublié.»

La solution du chômage partiel

Suite et commentaire sur Fortune

Belgique. Di Rupo : «L’UE doit empêcher la montée du populisme»

Au lendemain d’une large victoire de la N-VA (indépendantistes flamands) aux élections communales, le Premier ministre Elio Di Rupo a dénoncé lors du sommet de Bruxelles.la relation entre la crise et la montée du populisme en Europe et plus particulièrement en Belgique.

La croissance doit faire son grand retour pour redonner espoir aux citoyens. Mais surtout pour endiguer la montée du populisme et des indépendantistes comme la N-VA.

L’Union européenne doit rapidement prendre des mesures décisives et trouver de nouveaux instruments pour combattre la crise, comme une supervision bancaire unique pour la zone euro, a affirmé le Premier ministre Elio Di Rupo qui était présent au sommet européen à Bruxelles.

Plusieurs dirigeants, comme le Premier ministre grec Samaras et le Premier ministre italien Monti, sont intervenus pour mettre en évidence la relation entre la crise économique et la montée du populisme. C’est alors qu’Elio Di Rupo a pris la parole. Il a rappelé à ses collègues que parmi les 150 membres de la Chambre une quarantaine de politiques sont «indépendantistes» et ne souhaitent pas que la Belgique reste unie. La N-VA et le Vlaams Belang ont 39 sièges ensemble. «Pour redonner de l’espoir aux citoyens, l’Europe doit mettre en place des instruments comme la supervision bancaire et tout faire pour relancer la croissance.»

Le Soir

Pour Merkel, l’UE doit «s’ingérer» dans les budgets nationaux

La proposition ne manquera pas d’être commentée au Conseil européen, qui débute jeudi. Dans un discours devant le Bundestag, la chancelière Angela Merkel a défendu jeudi matin l’idée de confier au commissaire européen aux Affaires économiques un droit de veto sur les budgets nationaux des Etats membres.

Je sais que de nombreux Etats membres ne sont pas encore prêts à cela, malheureusement (…) mais cela ne change rien au fait que nous allons nous battre pour cela.

«Nous pensons, et je le dis au nom de l’ensemble du gouvernement allemand, que nous pourrions faire un pas en avant en accordant à l’Europe un véritable droit d’ingérence sur les budgets nationaux quand ils ne respectent pas les limites fixées pour la stabilité et la croissance», a déclaré la dirigeante allemande, partisane d’une plus grande intégration de l’Union européenne. […]

Le JDD

Sapir: « Il est urgent de dissoudre la zone euro »

Par Jacques Sapir

La crise de la zone euro a atteint un point critique. Quelles que soient les solutions envisagées, qu’il s’agisse de la mutualisation de la dette ou des mesures dites « non conventionnelles » que la Banque centrale européenne pourraient prendre, elles ne peuvent apporter de solution durable. A cela une bonne raison : cette crise n’est pas une crise de la dette souveraine mais une crise de compétitivité aggravée par l’effet pervers de l’euro sur la croissance.

Les différentes mesures prises depuis le début de 2010 ont été globalement inopérantes. Elles n’ont pu éviter que, pays après pays, cette crise s’étende, de la Grèce à l’Irlande, de l’Irlande au Portugal, puis à l’Espagne et à l’Italie. La situation dans la plupart des pays va continuer à se dégrader sous l’effet de la conjonction de politiques mal avisées de déflation compétitives, qui sont l’équivalent des politiques de dévaluation compétitives que l’euro prétendait supprimer.

Alors que le chômage recommence à fortement monter en France, il est temps de changer de politique, sinon nous nous imposerons l’équivalent d’une grande dépression par notre propre stupidité.

Des politiques inefficaces liées à une erreur de diagnostic

Suite & Commentaires sur Fortune

De Villepin : «L’Afrique et l’Europe ont besoin l’une de l’autre»

Pour Dominique de Villepin, ancien premier ministre, il faut construire une nouvelle relation, transparente et égale, non plus de pays à pays, mais de continent à continent Il appelle également les élites africaines à un «printemps africain» pacifique.

Les élites africaines doivent prendre la mesure de leurs responsabilités et saisir l’espoir de renouveau. Elles doivent prendre conscience qu’elles risquent un «printemps africain», à la hauteur de celui du monde arabe.

Qui se soucie aujourd’hui du sort de l’Afrique ? Depuis les attentats du 11 septembre 2001 pour les enjeux de sécurité, depuis la crise de 2008 sur les questions de développement, depuis l’échec de Copenhague sur les questions environnementales, nous sommes plongés dans une indifférence générale à l’égard de l’Afrique. […]

Pourtant, notre avenir est eurafricain. Les raisons sont économiques : la croissance de l’Afrique sera, demain, la croissance de l’Europe. De nombreuses PME de France, d’Allemagne ou d’Italie participent, par leurs activités sur ce continent, à l’émergence d’un entrepreneuriat local autonome.

Les raisons sont aussi humaines. Il y a d’ores et déjà plus de cinq millions de personnes originaires de l’Afrique subsaharienne en Europe et des centaines de milliers d’Européens en Afrique. Nos universités forment depuis plusieurs décennies une partie des élites du continent. […]

Le Monde

Ces bombes à retardement budgétaires dont les candidats ne parlent pas

Nicolas Sarkozy comme François Hollande ont formulé des propositions pour rééquilibrer les comptes publics d’ici 4 ou 5 ans. Quitte à passer quelques arrangement avec la réalité des comptes publics…

http://img710.imageshack.us/img710/9100/bombet.jpg

Pour rééquilibrer ses comptes publics d’ici à 2016, la France doit officiellement trouver 115 milliards d’euros. Le gouvernement a présenté sa copie « zéro déficit » à Bruxelles il y a deux semaines. Le candidat Hollande a de son côté prévenu que le « zéro déficit » pour 2016 ne serait pas tenable, et que 2017 serait retenu.

2016, 2017… c’est bien loin. Nos créanciers risquent de ne pas se montrer aussi patients.

La dette des pays développés apparaît de plus en plus inquiétante au fur et à mesure que la croissance ne se matérialise pas.

Parmi les pays développés en difficulté, la France arrive juste derrière l’Espagne. (…)

Atlantico