Le « Tweet du jour » : Gérard Filoche « Le goulag a été fait pour enfermer des communistes ! »

Gerard Filoche, membre du bureau national du PS, se surpasse sur Twitter :

 

Gérard Filoche est membre du Bureau national du Parti socialiste, inspecteur du travail à la retraite. Membre de la CGT, d’Attac, de la fondation Copernic, de la revue Démocratie & socialisme.

Pretoria : Nelson Mandela hospitalisé dans un état grave

L’ancien président sud africain Nelson Mandela, 94 ans, a été de nouveau hospitalisé samedi pour une infection pulmonaire. « Ce matin vers 1h30, son état s’est détérioré et il a été transféré dans un hôpital de Pretoria. Son état est toujours préoccupant mais stable », a indiqué le cabinet du Président Jacob Zuma, sans dire de quel établissement hospitalier.

Il s’agit probablement de l’hôpital militaire « Military Hospital », situé à la périphérie sud de la capitale, où Nelson Mandela a été accueilli à différentes reprises pour y être soigné. Un porte-parole du gouvernement, interrogé à la télévision sud-africaine, a affirmé que l’état de l’ancien président est « grave, cette fois »

« Le président reçoit des soins spécialisés et les médecins font tout leur possible pour qu’il se sente mieux » poursuit la présidence, avant d’ajouter: « Le président Zuma, au nom du gouvernement et de toute la nation, souhaite à Madiba une guérison rapide et demande aux médias et au public de respecter l’intimité de Madiba et de sa famille ».

(…) Le Parisien

Le gouvernement veut former tous ses agents à la lutte contre le racisme

Le gouvernement souhaite former l’intégralité de ses agents à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme avec un module obligatoire dans leur formation initiale.

Après une hausse des actes antisémites (+58%) et islamophobes (+28%) en 2012, selon des chiffres validés par le ministère de l’Intérieur, le Premier ministre avait convoqué plusieurs ministres pour relancer la lutte contre le racisme.

Outre une formation des agents publics, le gouvernement envisage de simplifier les dépôts de plainte pour les victimes. Il souhaite aussi augmenter les visites scolaires dans les « lieux de mémoire », organiser des actions de sensibilisation à l’usage d’internet, inscrire dans le cahier des charges de France Télévision l’obligation de favoriser la lutte contre la formations des préjugés, etc.

Quant au Conseil représentatif des associations noires (Cran), il a estimé qu’ »avant de formuler de nouvelles promesses, le gouvernement devrait commencer par tenir les anciennes »: donner le droit de vote aux étrangers aux élections locales, créer des récépissés pour limiter les contrôles au faciès et retirer le mot race de la Constitution.

source - merci domi

————————–
Complément

« L’antiracisme est le continuateur du communisme sur le plan des méthodes : intimidation, sectarisme et excommunication. Tout anticommunisme est un chien, disait Sartre. Celui qui n’adhère pas aux thèses antiracistes est pire qu’un chien, c’est un nazi, il sort de l’humanité. C’est parce qu’ils ont échoué à changer l’Homme que les progressistes ont voulu changer les hommes. D’où la défense d’une immigration massive et incontrôlée.»

Eric Zemmour, 18 janvier 2007 (source)

Lundi soir, on peut regarder la télé :

La vie des autres

Un agent de la Stasi se prend de sympathie pour un couple qu’il espionne. Un film événement, qui fit ressurgir les heures sombres de la RDA.
ARTE
lundi 21 janvier 2013 à 20:50
Rediffusions : 25.01.2013 à 13:55

Officier modèle, le capitaine Wiesler a toujours servi la Stasi sans se poser de questions, jusqu’au jour où il doit surveiller l’appartement d’artistes en vue : le dramaturge Georg Dreyman et sa compagne, l’actrice Christa-Maria Sieland. L’écrivain a été mis sur écoute, car il est soupçonné de comploter contre le régime. Il s’agit en fait d’une machination ourdie par le ministre est-allemand de la Culture qui en pince pour la belle comédienne. À mesure que Wiesler plonge dans l’intimité du couple, il se prend d’affection pour les deux protagonistes et finit par falsifier les rapports qu’il rend à ses supérieurs.

« La lutte des classes revisitée »

Tribune libre de Raymond La Science

L’INSEE vient de mettre en avant le fait que « Les descendants d’immigrés d’Afrique sont trois fois plus au chômage que les Français de souche ». Faut-il en déduire que le taux de chômage des immigrés résulte des discriminations dont ils seraient victimes, de leurs difficultés scolaires ou encore des difficultés de vie quotidienne auxquelles ils seraient confrontés ?

Ou peut-on entrevoir une autre explication, plus naturelle, à ce phénomène étrange : si beaucoup de nouveaux arrivants demeurent au chômage ne serait-ce pas tout simplement parce qu’ils ne veulent pas de travail ?

Une observation de la stratification des classes sociales dans notre structure sociétale, et de leurs inter-relations amène à cette réflexion. Nous sommes en effet imbriqués dans une société qui comporte plusieurs systèmes économiques, une société à cinq classes.

Suite et commentaires sur Fortune

Derrière la crise de l’euro, l’inquiétant retour de l’ultra-nationalisme

La montée des nationalismes provoquée par la crise ressemble-t-elle à ce qui s’est passé après la grande dépression ? Point de vue de l’historien britannique Anthony Beevor.

Si une nouvelle crise se préparait avec la troïka (FMI, BCE, zone euro) [...] le gouvernement Samaras n’y résisterait sans doute pas. Ce serait alors un vrai saut dans l’inconnu pour Athènes. Et pour le reste de l’Europe.

L’historien, qui dans un livre monument sur la Seconde Guerre mondiale décrit avec précision la montée des nationalismes dans l’Europe des années 30, refuse l’amalgame, même s’il perçoit certains traits communs entre les deux époques. Et il concluait qu’heureusement la différence majeure entre les deux situations, c’est qu’il n’existe pas aujourd’hui d’idéologie, comme le nazisme ou le communisme, susceptibles de mobiliser les masses et d’anesthésier les esprits, comme ce fut le cas à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Pourtant, ajoute Beevor, la montée d’un certain extrémisme, notamment en Grèce, commence à devenir inquiétante pour la cohésion de la zone euro et même de l’Europe. En effet, si les incidents qui se produisent là-bas sont moins médiatisés qu’au moment des élections du printemps, les manifestations de voyous racistes, issus du mouvement d’extrême droite Aube dorée, se multiplient dans des proportions alarmantes.

Depuis le moi de mai, des dizaines de témoins rapportent des histoires de ratonnades, particulièrement à Athènes, contre des immigrés pakistanais ou somaliens, ou des réfugiés irakiens ou syriens. Étrangement, ces faits sont rarement suivis d’actions judiciaires. Alors que leurs auteurs sont souvent connus pour leurs idées néo-nazies. Pour une bonne raison : les victimes n’osent pas porter plainte, car tout le monde le sait, en Grèce, la police est gangrenée par l’extrême droite. […]

Le Point

Mélenchon traite Arnault de parasite : et si le parasite de la démocratie française était en fait lui ?

Tribune de Éric Verhaeghe pour Atlantico :

Questionné sur le demande de naturalisation de Bernard Arnault, Jean-Luc Mélenchon a déclaré : « Je traite de parasite l’ensemble de cette caste des importants, des puissants, qui n’ont d’autre patrie que l’argent ». Mais le parasite n’est pas toujours celui qu’on croit…

[...] Ce qui gêne, dans les diatribes de Mélenchon, c’est qu’elles semblent inspirées par un populisme compréhensible, et défendable d’un certain point de vue, mais qu’elles exhalent rapidement des arrières-goûts aux relents staliniens pour le moins inquiétants.

[...] Et surtout comment concilier l’appel au patriotisme avec l’internationalisme revendiqué du mouvement politique auquel il appartient ? Mélenchon oublie-t-il le: «Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !» dont il se revendique? C’est quand même un comble de voir aujourd’hui les plus ardents défenseurs de cette internationale en appeler au patriotisme comme méthode de gouvernement.

[...] si Mélenchon croit aux valeurs universelles, il ne peut pas les tordre impunément selon l’humeur du jour.

C’est pourtant bien ce qu’il fait en établissant une très dangereuse discrimination entre immigrés.

D’un côté, il y a les bons immigrés, ceux qui quittent légitimement leur pays pour chercher fortune ailleurs. De l’autre, il y a les mauvais immigrés, qui quittent leur pays pour les mêmes motifs, mais qui n’ont pas l’heure de plaire au juge des âmes, parce qu’ils sont trop riches ou trop à droite.

Cette distinction entre le droit des gens selon des critères de fortune ou d’opinion paraît tout à fait inquiétante.

[...] est-il exact que le secrétaire national du Parti de Gauche occupe un logement social de la Ville de Paris ? Personnellement, peu me chaut. Mais enfin, quand on juge que la première fortune de France est un parasite, quand on en appelle à l’expropriation de ses biens, quand on critique la prévarication des élites comme fondement de sa politique, il faut assurer ses arrières.

[...] Jean-Luc Mélenchon pourrait peut-être s’apercevoir qu’en dehors d’une vie dédiée à la politique, aux mandats et aux appareils politiques, il peut difficilement prétendre lui-même avoir produit de la valeur. [...]

De toute sa carrière nationale, Mélenchon n’a jamais voté, ni proposé comme ministre, un budget en équilibre. Il aura voué sa vie à l’endettement de la France [...]

Atlantico

« Les communistes ont tué lorsqu’ils ont trahi leur idéal, les nazis ont tué lorsqu’ils ont été fidèles à leur idéal » (Grandserre/RMC)

Les GG de RMC reviennent sur les accords FN/UMP aux législatives. Au téléphone, Roland Chassain assure n’avoir jamais appelé à voter FN dans sa circonscription. Avec Johnny Blanc, l’instituteur Sylvain Grandserre et Pascal Perri.

« Les 4 millions d’électeurs du FN doivent être  à l’Assemblée Nationale, mais je ne dis pas de voter pour eux, point ! » – Roland Chassain

« Je trouve que cette alliance avec le FN est insupportable. Parce qu’il véhicule des idées de racisme qui sont insupportables ! » – Anne