Montée du FN : «Comme les malades atteints du cancer, nous ne voulons pas savoir»

Chronique de Bernard Guetta dans Libération, sur l’urgence de contrer la montée du Front national.

Il est temps de dire que, si peu clair et charismatique que soit François Hollande, les évolutions qu’il introduit sont parfaitement sensées et que, s’il fallait demain une union nationale pour les accélérer, ce ne serait pas le scandale des scandales.

Comme les malades atteints du cancer, nous ne voulons pas savoir. Le Front national vient de faire plus de 46 % des voix. Cette extrême droite que l’infamie de la collaboration avait ostracisée depuis la Libération retrouve une légitimité, frise la majorité et devient incontournable. Des électeurs de gauche lui ont apporté leurs voix et que lit-on ? Qu’entend-on ? Que c’est l’alerte rouge ? Qu’ici, en France, la situation est tout aussi grave qu’en Hongrie et bien plus grave qu’en Grèce ? Non, pas du tout. Il est minuit, dormez braves gens, dit le guet, car, lorsqu’on ne veut pas s’inquiéter, on trouve toutes les raisons de ne pas le faire. […]

La France d’aujourd’hui n’est ni l’Italie ni l’Allemagne de l’entre-deux-guerres mais ce cocktail n’en est pour autant pas inoffensif. Ce n’est pas une répétition mécanique des années 30 qui menace mais le parti qui pourrait bien engranger le plus grand nombre de suffrages aux élections européennes de l’année prochaine n’en surfe pas moins sur toutes les peurs, le «tous pourris» et la diabolisation des «élites» comme traîtres à la patrie et suppôts des grandes banques. Si l’on ne trouve rien d’inquiétant à cela, dormons mais l’on serait mieux inspiré de sauter du lit avant que le FN ne soit devenu le premier parti de France car, ce jour-là, le réveil sera dur. […]

Libération

Scandale sanitaire : Les gazeuses cancérigènes des CRS

Les députés UMP, l’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant en tête, qui dénoncent depuis dimanche des violences policières «inacceptables» et l’utilisation de gaz lacrymogènes contre des familles et des enfants seraient plus inspirés d’ouvrir une commission d’enquête parlementaire pour savoir pourquoi lesdites forces de Police utilisent des vieux stocks de gaz fortement cancérigènes, en toute connaissance de cause.

En effet, le gouvernement français utilise des stocks, dont l’Union européenne a pourtant interdit l’utilisation depuis le 6 juin 2012. Le règlement 276/2010 de la Commission européenne a pourtant interdit la mise sur le marché, la vente et l’utilisation de tout produit renfermant plus de 0,1 % de dichlorométhane (DCM) en poids.

Or, les gazeuses en dotation dans les forces de maintienne l’ordre peuvent contenir jusqu’à 55 % de dichlorométhane (DCM) en poids, selon la composition chimique des produits vendus par les fournisseurs officiels.

Suite et commentaires sur Fortune

Mon droit de m’opposer à une mosquée ( Algérie-Focus )

La chronique société d’Aderrahmane Semmar. Nous sommes donc les nouveaux «fils de la France». Le verdict prononcé par un responsable du ministère des Affaires Religieuses est lourd et brutal.

Les Algériens et Algériennes qui ont osé signer la pétition pour l’arrêt du chantier de la Grande Mosquée d’Alger sont non seulement des hérétiques, mais ils représentent également un danger pour la souveraineté du pays.

Les mots choisis par Adda Fellahi, chargé de la communication au ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, ne laissent aucun doute sur la gravité de ces accusations. Dans les colonnes du quotidien arabophone Echorouk, ce responsable religieux et politique à la fois, en Algérie on ne saurait faire la différence, ni l’expliquer par ailleurs, s’est fait un plaisir à tailler en pièces ces Algériens qui «s’opposent  à la construction de la Grande Mosquée d’Alger».

«Comment peut-on être Algérien et s’opposer à la construction d’une mosquée?», s’est étonné ce responsable selon lequel la Grande Mosquée d’Alger est un «monument religieux somptueux qui sera édifié pour glorifier l’indépendance de l’Algérie». «Il est un défi lancé au colonialisme français et ses alliés de l’OTAN»,

a-t-il encore lancé fièrement et sur un ton qui laisse transparaître le mépris vis-à-vis de ces concitoyens qui tentent de faire de la résistance contre ce mégaprojet. Un projet divin finalement, laisse entendre le porte-parole du ministre des Affaires Religieuses, que personne n’a le droit de remettre en cause en Algérie.

Mais dans quelle époque vit-on ? Certainement pas en 2012 où le progrès et la liberté ont fait émanciper l’humanité.

Une émancipation à laquelle l’Algérien n’a toujours pas droit puisqu’il doit observer silencieusement comment plus d’un milliard d’euros sont accordés à la construction d’une seule mosquée alors que dans son pays, des cancéreux meurent faute de prise en charge médicale.

Le coût de cette Grande Mosquée est l’équivalent de 100 centres anti-cancer dont l’Algérie a cruellement besoin pour soigner sa population.

En Algérie, 4000 mosquées sont d’ores et déjà en réalisation. En quoi donc cette nouvelle Grande Mosquée est vitale pour l’avenir spirituel du pays ? (…)

Algérie-Focus

Richard Prasquier (CRIF) : La circoncision permet de lutter contre le SIDA et le cancer de l’utérus

La décision, prise mardi en appel par un tribunal de grande instance de Cologne en Allemagne, provoque un tollé au sein des communautés musulmane et juive d’outre-Rhin. Saisie par le parquet de la ville qui poursuivait un médecin généraliste après une circoncision qui avait mal tourné pour un petit garçon musulman, la justice allemande estime que l’acte, pour des motifs religieux, est une « blessure corporelle » « modifiant durablement et de façon irréparable son corps ». [...]

En France, les réactions sont tout aussi vives. « C’est tellement scandaleux que je n’imagine pas un instant qu’un tel jugement puisse devenir loi, s’étrangle Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et médecin de profession. La circoncision est pratiquée depuis la nuit des temps par les juifs et les musulmans et, au-delà du simple aspect religieux, est un acte médicalement reconnu pour ses vertus préventives. Il permet de contenir l’épidémie de sida, notamment en Afrique, et réduit les risques de cancer de l’utérus chez les femmes. »

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, y voit « une décision irrationnelle, un parti pris et une stigmatisation de la communauté musulmane, une volonté de toucher les êtres dans ce qu’ils ont de plus personnel. [...]

Le Parisien

La chicha : une bouffée de fumée parfumée pour un cancer à la clé

Les bars à chicha sont malheureusement très prisés, particulièrement sur Paris. Depuis la loi d’interdiction de fumer dans les lieux publics ça s’est compliqué pour eux, mais ça ne les a pas empêché de trouver des solutions en accord avec la nouvelle règlementation. (…)http://img851.imageshack.us/img851/853/63634383.jpg

(…) Contrairement aux idées reçues, chaque bouffée de narghilé a un volume 10 fois supérieur à une bouffée de cigarette. Le passage de la fumée dans l’eau n’élimine absolument pas les produits toxiques !

Dans un bar à chicha, les endroits réservés aux « fumeurs avertis » ressemblent à un immense nuage, car la fumée est produite en grande quantité. Résultat ? Un tabagisme passif très important, aussi dangereux pour les fumeurs que pour ceux qui n’y touchent pas, c’est à dire les accompagnateurs se limitant au thé et les serveurs !

Et petite devinette, à la fin d’une soirée, devinez à combien de paquets de cigarettes vous êtes arrivés ? Entre 1,5 et 2 paquet en une soirée !

Pour être plus direct, âmes sensibles s’abstenir, la chicha provoque des maladies pulmonaires et cardiovasculaires, mais également des cancers, tout comme sa voisine la cigarette. D’autre part, il existe un risque infectieux à se transmettre l’embout entre partenaires de chicha, comme la tuberculose, l’herpès buccal et certaines hépatites virales !

(…) Il existe aujourd’hui plusieurs avis sur la question. Après les recherches scientifiques qui ont mis en avant la dangerosité de fumer le tabac,

la majorité des savants s’accordent à dire que fumer est fortement déconseillé (mak’rûh tahrîman), voire interdit (harâm). Peu de savants  rendent la chose permise à qui cela ne cause pas de tort, puisqu’il est très difficile de juger du tort que cela cause de l’extérieur. (…)

Ajib

Toujours moins de paysages authentiques

Tribune libre de Paysan Savoyard

Toujours plus de béton, de lotissements, de camions et de pesticides. Toujours moins de paysages authentiques. Toujours moins de paysans. »

Nous commençons avec cet article consacré à l’environnement un essai de bilan du quinquennat de M. Sarkozy, qui nous conduira à passer en revue les différents domaines de la politique publique.

Le gouvernement a organisé en 2007 un forum de plusieurs mois intitulé Grenelle de l’environnement qui a donné lieu à 238 engagements. Parmi les principaux, on peut citer ceux portant sur : la mise en place d’une politique de rénovation thermique des bâtiments publics et du parc HLM, la création d’une taxe sur la consommation de carbone, des mesures pour porter la part des énergies renouvelables à 20 % dans la consommation totale, le durcissement des normes d’émission des véhicules, la création d’un système de bonus malus pour les véhicules en fonction de leur impact sur la pollution, la création d’une éco redevance sur les poids lourds

Suite et commentaires sur Fortune

Un Marocain veut porter plainte contre la France pour défaut de visa

Abdelaziz Mokhtari veut porter plainte contre la France. Sa sœur Aïcha, ressortissante marocaine décédée le 15 août 2009 des suites d’un cancer n’avait pas pu obtenir un visa pour aller se faire soigner en France. Il s’agit pour Mokhtari d’un «acte de racisme».

Abdelaziz Mokhtari n’a pas encore fait le deuil de sa sœur Aïcha : il souhaite que justice soit faite. Cette citoyenne marocaine est décédée le 15 août 2009 des suites d’un cancer des os faute d’avoir pu obtenir un visa pour se soigner en France, au bout d’un an et demi de vaines procédures.

Depuis la disparition de sa sœur, Abdelaziz Mokhtari poursuit un inlassable combat judiciaire pour que les responsables ne restent par impunis : les autorités françaises, qui lui ont refusé le visa à la suite d’une erreur administrative commise par les autorités consulaires de Fès et qu’ils se borneront à ne pas reconnaître malgré plusieurs recours ; l’Etat marocain, coupable de n’avoir pas fait grand-chose pour lui garantir l’accès aux soins.(…)

Suite sur afrik.com

Fadela Amara : « L’islam radical est une gangrène, un cancer »

Interdire la burqa en France permettrait de lutter contre « la gangrène, le cancer que représente l’islam radical qui déforme complètement le message de l’islam », a estimé Fadela Amara, dans une interview au Financial Times.

Fadela Amara estime que la France, havre d’un islam progressiste, se doit de « combattre l’islam radical qui déforme complètement le message de l’islam ». « La vaste majorité des musulmans sont contre la burqa », ajoute-t-elle, car « ceux qui ont participé à la lutte pour les droits de la femme chez eux, en particulier à l’Algérie, savent ce que ça représente et quel projet d’obscurantisme politique ça dissimule, visant à étouffer les libertés les plus fondamentales ».

En plein cœur du débat sur le port de la burqa et le niqab, l’ancienne présidente de Ni putes ni soumises avait déjà expliqué en juin qu’elle était « pour l’interdiction ». Elle avait été rejointe par N. Sarkozy qui avait déclaré devant le Congrès que le voile intégral n’était « pas le bienvenu sur le territoire de la République ». Selon les services de renseignement, seules 367 femmes porteraient la burqa dans le pays. La plupart d’entre elles ont moins de 30 ans et un quart sont des converties. Elles porteraient ce vêtement dans une « démarche provocatrice. » Un rapport sur l’étendue du phénomène doit être rendu en janvier 2010. (Le Journal du Dimanche)

Rappel de quelques déclarations précédentes
• «Sur la question des expulsions, je n’ai jamais caché que j’étais pour la régularisation des travailleurs sans-papiers». Lien
• «La France a l’obligation, de par son histoire, d’entretenir des relations particulières avec certains pays. Je pense notamment aux pays de Maghreb» Lien