Marseille : des affrontement sur la Canebière devant le commissariat Noailles

A Marseille, des affrontements ont eu lieu entre les forces de l’ordre et des participants au carnaval « Charivari » qui se tenait dans l’après-midi entre la Plaine, le cours Julien et Noailles. La fête a dégénéré en début de soirée avec des violences entre plusieurs individus et des CRS appelés sur les lieux après des dégradations.

Plusieurs interpellations ont eu lieu.

(Cliquez sur « Regarder cette vidéo »)

La Provence


Heurts entre policiers et carnavaliers à Marseille: six interpellations

Six personnes ont été interpellées et six policiers légèrement blessés dimanche soir à Marseille lors de heurts entre force de l’ordre et participants à un carnaval, a-t-on appris de source policière.

Deux interpellations ont eu lieu en fin d’après-midi lors d’échauffourées dans le quartier de La Plaine, dans le centre-ville, lorsque les policiers ont tenté en vain d’ouvrir un corridor permettant aux pompiers d’éteindre le feu à un char du carnaval « Charivari », sur la place principale de ce quartier.

Les quatre autres ont eu lieu en fin de soirée devant le commissariat du centre-ville, sur la Canebière, où s’étaient rendus environ 120 participants de cette fête pour protester contre ces deux premières interpellations.

Après avoir mis le feu à une poubelle, les carnavaliers auraient jeté canettes et bouteilles sur le commissariat, devant lequel avaient pris place en renfort des CRS qui auraient alors procédé à des « bonds offensifs », des courtes percées pour interpeller les fauteurs de troubles présumés.

Six policiers ont été légèrement blessés, touchés par des jets de projectiles.

Orange

Djihadisme européen, attention danger !

(…) l’Occident aurait tort de se désintéresser de ce qui se passe outre-Méditerranée, notamment en Libye ou en Syrie. Un phénomène prend en effet aujourd’hui de l’ampleur qui pourrait, si on ne l’endigue pas rapidement, se retourner contre l’Europe elle-même.

Au cours de ces dernières années, ce sont en effet plusieurs milliers de jeunes hommes issus des banlieues françaises, belges, britanniques ou encore allemandes, souvent d’origine immigrée mais parfois aussi des convertis récents, a avoir rejoint les rangs des différents groupes extrémistes musulmans qui entendent, ici ou là, imposer leur loi et instaurer des Etats islamiques.

Ces djihadistes européens étaient finalement assez peu nombreux au plus fort des conflits afghan et irakien. Ils commencent toutefois à l’être aujourd’hui en Libye et surtout en Syrie. Dans ce dernier pays, ils seraient ainsi quelque 2.000 à avoir rejoint la guérilla, essentiellement le Front Al Nosra et l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), tous deux proches d’Al-Qaïda. Parmi eux, on estime que les Français en représentent près d’une moitié…

Beaucoup de ces djihadistes ne reviendront pas de leur croisade syrienne. D’autres en réchapperont et rejoindront leurs foyers européens, certains d’entre eux aspirant retrouver une vie calme et pacifiée.

Pour autant, on ne peut exclure que d’autres, rompus à la guérilla urbaine et aux combats violents, endoctrinés, entendent poursuivre leur combat, cette fois-ci en Europe. Il y a en effet une corrélation forte entre le retour chez eux de combattants islamistes européens et la montée des risques terroristes.

Or, là où l’on arrivait à surveiller et à maîtriser tant bien que mal ces terroristes en puissance, il est fort à craindre qu’eu égard à leur nombre croissant, les autorités européennes ne soient rapidement débordées et que nombre de djihadistes européens ne sortent des radars officiels. (…)

Le nouvel Economiste

Le genre à l’école : l’UMP accuse le PS… de « faire grandir la défiance des familles »

Dans un communiqué de presse signé de sa déléguée générale adjointe, publié aujourd’hui sur son site internet, l’UMP accuse « Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem [de faire] grandir la défiance des familles, par le mensonge ».

Vincent Peillon (PS) et Luc Chatel (UMP)

On peut notamment y lire :

« Mettre l’école de la République au service du projet du parti socialiste, est-ce vraiment respecter les parents, les élèves, les enseignants ? La vocation de l’Ecole est d’abord de transmettre à nos enfants les savoirs fondamentaux et les compétences qui leur permettront de devenir des femmes et des hommes libres. Si l’école doit contribuer à consolider les valeurs républicaines, elle n’a pas vocation à « transformer la société » au service d’une idéologie. Elle doit respecter les parents qui sont les premiers éducateurs de leurs enfants. »

Site de l’UMP

Rappel n° 1 : la théorie du genre a été introduite dans les manuels scolaires français alors que Luc Chatel, actuel vice-président délégué de l’UMP, était ministre de l’Education nationale (voir par exemple cet article du Figaro, du 20 août 2011).

Rappel n° 2 : une proposition de loi UMP du 18 décembre 2013 veut interdire l’école à domicile.

Une proposition de loi UMP veut interdire l’école à domicile

Plusieurs parlementaires ont déposé au Sénat, le 18 décembre 2013, une proposition de loi visant à interdire aux parents, sauf incapacité dûment établie et vérifiée par l’administration, d’instruire leurs enfants à la maison, plutôt que de les envoyer à l’école.

Dans son « exposé des motifs », ce texte affirme que « l’un des buts de la scolarisation de l’enfant est sa socialisation », pour « lui [permettre] de découvrir la diversité des conditions et des cultures des enfants de son âge ».

Il en conclut que « l’éducation à domicile par la famille ne peut être qu’une situation exceptionnelle, liée à l’état de santé ou à l’incapacité permanente ou temporaire de l’enfant » et qu’il faut éviter à celui-ci « une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l’enfant (…) à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux ».

Il préconise donc de « soumettre » la situation restrictive permettant l’éducation à domicile « à un contrôle de professionnels agréés par l’Éducation Nationale ». Il s’agirait (article 1er) d’un « médecin agréé par le directeur académique des services de l’éducation nationale (DASEN) », lequel donnerait ensuite aux parents « l’autorisation d’éduquer l’enfant à leur domicile ».

« Cette autorisation [serait] accordée pour un an et [devrait] être renouvelée (…) chaque année jusqu’au terme de la scolarité de l’enfant ».

La proposition de loi ajoute une autre contrainte annuelle à cette « situation exceptionnelle » : celle de « [faire] vérifier [par la même autorité] que l’instruction dispensée est conforme au droit de l’enfant à l’instruction ». En outre, le DASEN « [informerait] le maire de la commune de résidence de la famille ».

Pour finir, l’article 4 propose de donner au maire le pouvoir de diligenter, à sa discrétion, sa propre « enquête », pour « vérifier les conditions matérielles et morales dans lesquelles vit la famille ».

Il ajoute cette précision, qui signifie clairement qu’une telle « enquête » serait automatique en cas d’éducation à domicile : « en cas de carence du maire, cette enquête [serait] diligentée par le représentant de l’État dans le département ».

Sénat, proposition de loi n° 245 du 18 décembre 2013

Auteurs : MM. Hugues PORTELLI (UMP), Christian CAMBON (UMP), Jacques GAUTIER (Divers Droite), Mmes Esther SITTLER (UMP), Hélène MASSON-MARET (UMP), M. Michel HOUEL (UMP), Mme Colette MÉLOT (UMP) et M. Louis PINTON (UMP), Sénateurs.

(Merci à @MADEIRA)

Il est possible de signer une pétition contre cette proposition de loi sur le site Avaaz.

Joey Starr arrêté en Belgique après avoir menacé la police

Le rappeur Joey Starr a été interpellé pour rébellion envers des policiers, dans la nuit de vendredi à samedi à Liège, en Belgique. Le parquet décidera aujourd’hui de présenter, ou non, la star à un juge.

(…) Selon l’agence de presse Belga, le chanteur, Didier Morville à l’état civil, 45 ans, a été interpellé dans le quartier du Carré, un haut-lieu de la vie nocturne de la ville, après avoir participé à une prestation dans une discothèque de Boncelles, une localité proche de Liège. Joey Starr se serait montré violent et aurait menacé la police, intervenue après qu’il s’est vu refuser l’entrée d’un bar par un videur. (…)

En France, l’acteur est un habitué des prétoires. Il a déjà été condamné une dizaine de fois. La dernière sanction pénale remonte à mars 2009. Il avait alors écopé de six mois de prison ferme pour violences volontaires.

LCI-TF1

Marseille : les frais de justice de Guérini pris en charge par le Conseil général

Selon une délibération votée la semaine dernière, les frais de justice de Jean-Noël Guérini vont être pris en charge par le Conseil général et donc par les contribuables. Deux pétitions ont été lancées pour s’y opposer.

TF1

Les subventions pas très gaies du lobby homo

Appel au meurtre, propagande dans les écoles, provocations…

En tête de la manifestation en faveur du mariage « pour tous » le 27 janvier 2013 à Paris, Bertrand Delanoë, Eva Joly, Harlem Désir, Pierre Laurent, Jean-Luc Mélenchon, etc.

Tous les moyens sont bons pour les khmers roses, ce noyau d’activistes homos qui promeut son idéologie à coup de subventions.

C’est la crise, mais pas pour le lobby gay.

Suite et commentaires sur Fortune

PS et ouvriers : «On est passé de l’abandon au mépris»

La plume est cinglante comme après un amour déçu. «De l’abandon au mépris : comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière», ainsi s’intitule le livre publié jeudi par Bertrand Rothé, professeur d’économie à l’université de Cergy-Pontoise.

Dans cet ouvrage historico-économique, l’auteur revient sur les «trahisons» du parti à la rose vis-à-vis de ceux auxquels il avait tant promis en 1981, lors de sa première accession au pouvoir sous la Ve République. (…) Interview.

(…) quel est ce «mépris» dont vous parlez ?

Il est le fait autant du PS que des élites françaises en général. Il consiste à représenter les ouvriers en imbéciles violents, voire racistes. (…)

A partir des années 1980, (…) les socialistes ont abandonné cette catégorie sociale pour se consacrer à la défense des minorités ethniques. Et pas de tous les immigrés, pas des vieux par exemples : des jeunes immigrés, sous la devise un brin condescendante «Touche pas à mon pote». C’est médiatique, ça passe bien, ça fait festif. (…)

Suite et commentaires sur Fortune

Philippot s’en prend à Minute (màj)

Addendum 08/01/13

Florian Philippot revient sur la manifestation contre le mariage homosexuel le 13 janvier. Il réitère ses critiques contre Minute.

« Quand François Hollande veut parler de sociétal, on sait très bien que c’est pour oublier le reste. Pendant ce temps-là, on ne parle pas de Virgin, on ne parle pas des agressions, comme cette pauvre lycéenne qu’a été poignardée par quatre filles dans son lycée… » – Florian Philippot

_______________________________

Le vice-président du Front national Florian Philippot s’en prend a l’hebdomadaire Minute. [Il] s’exprime sur la manifestation contre le mariage gay de dimanche prochain, à laquelle le FN, après des semaines d’hésitation, a finalement décidé d’envoyer une délégation, mais sans sa présidente. « Certains évoquent un problème gay, fondé sur l’existence d’une cour de cadres gays qui isolerait Marine Le Pen. Qu’en pensez-vous« , l’interroge-t-on.

« Ce sont des analyses dignes des complotistes d’extrême droite de l’entre-deux-guerres. Vous savez, pendant l’entre-deux-guerres, on ne disait pas gay, on disait juif, mais c’est du même niveau. Ce n’est pas étonnant que cela vienne du journal Minute. C’est le degré zéro de la politique« , répond Florian Philippot.

Dans son numéro du 2 janvier, Minute affirme qu’il existe en effet au sein du FN un lobby gay très actif dans l’équipe dirigeante, dénoncé par plusieurs militants de la base et des cadres. (…)

Le Figaro

Grèce : Un local de l’Aube dorée endommagé par une bombe

Des locaux du parti grec d’extrême droite Aube dorée situés à Aspropyrgos, dans la banlieue d’Athènes, ont été endommagés mardi matin par une bombe qui n’a pas fait de victimes, a-t-on appris de source policière.

«C’était une violente explosion qui a fait beaucoup de dégâts», a-t-on déclaré de même source.

Le mouvement, qui profite du mécontentement suscité par les mesures d’austérité, la corruption des élites politiques et l’immigration clandestine, est devenu récemment la troisième force politique grecque en termes d’intentions de vote.
Après avoir obtenu 7% des voix lors des législatives de juin, il était crédité en octobre de 14%.

20 minutes

L’illusion du choc de compétitivité

Par Jean-Yves Le Gallou

« Choc de compétitivité » : c’est la nouvelle illusion à la mode. Industriels et économistes (de l’offre) la réclament et le gouvernement la promet. Le débat sur le calendrier fait rage : pour aujourd’hui, pour demain ou pour les calendes grecques ?

C’est pourtant une illusion de plus ! La question n’est pas de répartir autrement les charges sociales et les impôts, c’est de les diminuer. Or pour baisser les impôts, il faut réduire les dépenses.

Mais pour diminuer les dépenses publiques, il faut s’attaquer aux causes structurelles de leur croissance : le libre-échange intégral et la poursuite de l’immigration.

Car le libre-échange (et les délocalisations) ne sont supportées par l’opinion que grâce aux « amortisseurs sociaux » qui permettent de vivre sans travail : mais ces aides publiques, ces allocations chômage, ces retraites anticipées, ce RSA, qui vont encore croître en 2013, il faut bien les financer. Et donc augmenter les charges.

Suite et commentaires sur Fortune

Israël veut utiliser la manière forte contre les immigrés clandestins

Fuyant la misère, des dizaines de milliers d’immigrés, venant surtout du Soudan et de l’Érythrée, sont entrés via l’Egypte sur le sol de l’Etat hébreu dans l’espoir de trouver un travail. Face à ce flux, le gouvernement a décidé à partir du 15 octobre d’arrêter ceux qui seront en situation irrégulière et de les placer en centres de rétention, avant de les expulser.

Israël est décidé à poursuivre une offensive tous azimuts contre les immigrés illégaux. Eli Yishai, le ministre de l’Intérieur a lancé un ultimatum aux 15.000 Soudanais, qui se sont infiltrés sur le territoire israélien en passant par l’Egypte. Ils ont jusqu’au 15 octobre pour plier bagages, faute de quoi ils seront arrêtés et détenus dans des centres de rétentions et des prisons. « Nous allons leur rendre la vie amère jusqu’à ce qu’ils s’en aillent », a prévenu le ministre.

Lire la suite