Fdesouche

Garges-les-Gonesse (95) : un Pakistanais en situation irrégulière interpellé, il est suspecté d’avoir participé en Italie, au meurtre d’une femme, après le refus d’un mariage forcé (MàJ : Le père de la victime interpellé par les carabiniers au Pakistan)

02/09/2023

Le père de Saman Abbas, est arrivé vers minuit et 10, le 1er septembre depuis le Pakistan. Il a été immédiatement pris en charge par la police des frontières : l’arrestation officielle en territoire italien pour le meurtre de sa fille en 2021.

Il est arrivé après l’extradition du Pakistan, le premier cas en Italie, avec les carabiniers de Reggio Emilia et l’Interpol italien avec un vol d’avion militaire Falcon 90.

Accusé du meurtre de sa fille Saman, toujours mineure à Novellara, dans la province de Reggio Emilia. Après la procédure judiciaire. il a été transféré par la police pénitentiaire à la prison romaine de la Bible du roi.

Il Messaggero


La police italienne a arrêté jeudi au Pakistan un Pakistanais jugé en Italie pour le meurtre de sa fille après qu’elle eut refusé les demandes de la famille d’épouser un cousin dans leur pays d’origine.

L’affaire judiciaire, à Reggio Emilia, dans le nord de l’Italie, est la plus médiatisée de plusieurs enquêtes criminelles en Italie ces dernières années portant sur le meurtre ou les mauvais traitements de femmes ou de filles immigrées qui se sont rebellées contre l’insistance de la famille pour qu’elles épousent quelqu’un choisi pour elles.

Le corps de Saman Abbas a été déterré en novembre 2022 dans une ferme abandonnée près des champs où son père travaillait dans le nord de l’Italie. Les procureurs italiens soutiennent que la jeune femme de 18 ans a été assassinée par sa famille le 1er mai 2021. Quelques jours plus tard, ses parents se sont envolés de Milan pour le Pakistan.

L’oncle d’Abbas, deux cousins, son père, Shabbir Abbas, et sa mère ont été jugés en février 2023. Ses deux parents étaient jugés par contumace. On ignore où se trouve la mère, mais on pense qu’elle se trouve au Pakistan, selon les autorités italiennes.

AP


28/10/2021

La cour d’appel de Paris rendra sa décision le 24 novembre sur la remise éventuelle d’un Pakistanais interpellé en France et suspecté du meurtre de sa nièce en Italie, a appris l’AFP mercredi de source judiciaire. Après un report le 20 octobre pour raisons de procédure, Danish H. comparaissait une nouvelle fois mercredi devant la chambre de l’instruction.

Dans cette affaire qui a suscité beaucoup d’attention et de colère en Italie, qualifiée d’«extrêmement médiatique» par la cour, Danish H. est l’un des cinq membres de la famille de Saman Abbas, jeune femme de 18 ans, suspectés d’avoir participé à son meurtre. Le corps n’a pas été retrouvé. Le 20 octobre, la cour avait indiqué que Danish H. était «mis en cause pour avoir kidnappé, séquestré cette jeune fille et pour lui avoir donné la mort dans un champ». Alors que le parquet général avait requis sa remise à l’Italie, son avocate Me Layla Saidi s’y était opposée, arguant de nullités de procédures.

[…]

Sur demande italienne, Danish H. avait été interpellé le 22 septembre dans un appartement de Garges-les-Gonesse (Val-d’Oise), repéré grâce à des échanges sur Internet avec sa famille au Pakistan. Devant la chambre de l’instruction, lors d’une première audience le 29 septembre, Danish H. avait contesté en pendjabi les faits qui lui sont reprochés : «Je ne suis pas du tout d’accord avec tout ça, tout ça c’est faux». «Est-ce que quelqu’un m’a vu là-bas ? Est-ce que je suis sorti de chez moi ?», avait-il notamment objecté. Danish H. avait refusé d’être remis aux autorités italiennes, ce qui pourrait retarder son éventuelle remise à l’Italie en cas d’accord de la justice française.

Le Figaro


25/09/2021

Toute la famille pakistanaise, au Pakistan comme en Angleterre, fait bloc autour de l’oncle contre le frère accusateur, au motif que Saman « ne se comportait pas comme une bonne musulmane et ne respectait pas le ramadan »

Cela faisait cinq mois que les carabinieri italiens le cherchaient. Pour « meurtre avec préméditation, enlèvement et dissimulation du cadavre » de sa nièce, Saman Abbas, une Pakistanaise de 18 ans, disparue le 30 avril dernier. Ce mercredi, guidée par les Italiens, la police française a intercepté Danish Hasnain, 33 ans, dans un appartement de Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), où il se cachait sans papiers avec quatre autres Pakistanais.

Ayant créé, pendant ces mois de traque, de faux profils Facebook pour rester en contact avec sa famille, il a été localisé par son adresse IP. Alors qu’il s’était laissé pousser la moustache, il a été reconnu sur un détail physique : un grain de beauté près de sa bouche. Et formellement identifié par ses empreintes digitales. Après l’arrestation, le 30 mai à Nîmes, d’un autre suspect, cette affaire de « kala kali » – nom donné au Pendjab à la punition par la mort des femmes qui s’opposent aux décisions de la famille – a beaucoup secoué l’Italie. Et résonne aujourd’hui fortement avec les menaces qui pèsent sur les femmes afghanes, soumises à la domination des talibans, juste de l’autre côté de la frontière avec le Pakistan.

[…]

Toute la famille pakistanaise, au Pakistan comme en Angleterre, fait bloc autour de l’oncle contre le frère accusateur, au motif que Saman « ne se comportait pas comme une bonne musulmane et ne respectait pas le ramadan ». Usama Skindar, 23 ans, vivant en Italie depuis vingt ans et membre de l’Association des Pakistanaises, dit que « Saman est morte du mélange de la religion musulmane, des traditions et des coutumes d’une communauté de plus en plus fermée, où les pères se protègent, où les fils sont l’honneur de la famille et où la liberté des femmes est taboue ».

Le Figaro


30/05/2021

Alors que l’enquête sur la disparition de la jeune fille de 18 ans originaire de la province de Reggio Emilia se poursuit, son père, qui fait partie des suspects, a assuré avoir eu des nouvelles de la jeune fille sur les réseaux sociaux : “Le 10 juin, je rentrerai en Italie et j’expliquerai tout.” L’un des cousins a été arrêté en France.

Un mois après la disparition de Saman Abbas, la jeune fille de 18 ans qui s’est volatilisée à Novellara, dans la province de Reggio Emilia, le père de la jeune fille, Shabbar Abbas, brise le silence sur l’état de santé de sa fille : “Elle est vivante et en Belgique“. Hier, le nombre de personnes mises en examen pour la disparition de la jeune fille est passé à cinq, deux cousins rejoignant l’oncle, la mère et le père de Saman. C’est justement ce dernier qui, dans une déclaration communiquée au Resto del Carlino, a clarifié la question : “Le 10 juin, je suis à Malpensa. Je reviens et j’explique tout aux carabiniers. Ma fille est en vie, je l’ai entendue sur Instagram, mais je ne sais pas si elle rentre en Italie”.

Saman Abbas, l’un des cousins arrêtés en France

Entre-temps, l’un des deux cousins du jeune homme de 18 ans a été arrêté en France, avec la collaboration du service de coopération internationale de la Direction centrale de la police criminelle du ministère de l’Intérieur. Après la disparition de la jeune Pakistanaise, la recherche des suspects a été étendue au territoire de l’UE avec l’inclusion d’une demande de contrôle policier conformément aux accords de Schengen.

Les enquêtes ont révélé que l’un des hommes recherchés se trouvait en France. Le 21 mai dernier, il a été identifié et arrêté par la police française. L’homme, Ikram Ijaz, voyageait à bord d’un Flexibus entre Paris et Barcelone, vraisemblablement dans le but de rejoindre des proches en Espagne. Ikram Ijaz, qui n’était pas en règle avec ses papiers, a été retenu dans un centre d’identification et arrêté hier par la police française à Nîmes.

Carabinieri : “A partir de la vidéo, des éléments sans équivoque contre les membres de la famille”.

Les éléments recueillis contre lui, partagés par l’autorité judiciaire, ont conduit à l’émission d’un mandat de détention provisoire car il est considéré comme responsable, en collaboration, du meurtre et de la dissimulation du cadavre de la jeune femme. L’autorité judiciaire a également émis un mandat d’arrêt européen qui, par l’intermédiaire du service de coopération, a été transmis à l’organe de police français compétent. Les opérations d’extradition seront lancées lundi mais un voyage en France n’est pas exclu afin d’entendre immédiatement la personne arrêtée.

Les enquêtes sur la disparition de la jeune Abbas Saman, la fille d’origine pakistanaise qui vivait à Novellara, menées par l’Unité d’enquête et la société de Guastalla, ont permis, grâce à l’examen des images des caméras de vidéosurveillance de la ferme et de certaines maisons voisines, de “reconstituer les événements qui ont conduit au meurtre de la jeune fille et de ses protagonistes“.

Selon ce que les Carabinieri ont déclaré dans une note “l’examen de l’important matériel vidéo par les militaires nous a permis de recueillir des éléments uniques et concordants relatifs au comportement des personnes impliquées qui, outre les parents et l’oncle, impliqueraient également deux autres cousins du jeune.”

TodayIT


29/05/2021

Saman Abbas

La police italienne recherche le corps d’une jeune fille de 18 ans soupçonnée d’avoir été tuée par sa famille pakistanaise après avoir refusé un mariage arrangé.

Les parents de la jeune fille, un oncle et deux cousins ​​font l’objet d’une enquête pour meurtre, a déclaré samedi le lieutenant-colonel Stefano Bove de la police des Carabiniers.

Saman Abbas, qui vivait dans la ville de Novellara, dans le nord du pays, s’est rebellée l’année dernière contre le projet de sa famille de la marier à un cousin dans leur pays d’origine.

Alors qu’elle était encore mineure, elle s’est tournée vers les services sociaux et, en novembre, a été transférée dans un foyer d’accueil. 

Tard le 29 avril, on peut voir cinq personnes sortir de la maison avec des pelles, un pied de biche et un seau, et revenir après environ deux heures et demie.

Selon les enquêteurs, elle a été tuée et enterrée dans les champs derrière l’entreprise familiale pour laquelle travaillait le père de la jeune fille. De nouvelles confirmations proviennent précisément de la vidéo des caméras de surveillance de l’entreprise, qui, le 29 avril, capture trois hommes, armés de pelles et d’autres engins, se dirigeant vers la campagne. Parmi eux, deux cousins de la jeune femme – qui ont fait l’objet d’une enquête avec leurs parents et un oncle de Saman – ce sont probablement eux qui ont creusé le trou pour cacher le corps.

Tous auraient quitté l’Italie pour le Pakistan.

Pendant ce temps, des centaines de personnes ont participé à un rassemblement de solidarité pour la jeune fille disparue organisé vendredi soir par la mairie de Novellara.

Novellara (Italie)

« Saman, ce soir, vous n’êtes pas seul et vous ne serez plus jamais seul », a déclaré le maire Elena Carletti dans une vidéo postée sur le site d’information local Reggioonline.

Repubblica / Dawn / SCMP

(Merci à Tara King)


Fdesouche sur les réseaux sociaux