Fdesouche

« Des familles gitanes veulent quitter La Paillade » : À Montpellier, malgré l’arrestation du chauffard responsable de la mort d’Aymen, la tension entre les deux communautés reste palpable (Màj)

31/12/2022

La mort d’Aymen avait provoqué une vive émotion dans le quartier et des violences : des voitures avaient été incendiées et un appartement appartenant à la communauté gitane avait été saccagé. Fernand Maraval, une des figures de la communauté gitane, qui a multiplié les appels au calme depuis le drame, espère que les tensions vont retomber mais voit l’avenir d’un œil inquiet.

Entretien avec Fernand Maraval, l’une des figures de la communauté gitane.

[…]

“Cette arrestation, c’est d’abord un soulagement pour la famille du défunt, qui va pouvoir avoir des réponses lors du procès. C’est un soulagement aussi pour la communauté gitane, car on nous avait accusé de cacher le jeune conducteur et nous avions peur des représailles. Maintenant, les gens vont bien voir qu’on disait la vérité. Je ne le connais pas, ce jeune, son père est maghrébin, sa mère est en partie gitane. Cela conforte ce qu’on disait : on ne le cachait pas ! D’ailleurs, quand un petit de chez nous dérape, on dit toujours qu’il faut qu’il se rende à la justice”.

[…]

Nous sommes très inquiet pour l’avenir : il n’y a pas de mixité à la Paillade. Dans le quartier, c’est 90 % de maghrébins et 10 % de gitans. Certaines familles sont terrorisées et ne veulent plus amener les petits à l’école. Il y a 250 familles gitanes qui vivent dans ce quartier et beaucoup veulent partir désormais. Trois familles sont déjà parties sans avoir déménagé, en laissant leurs affaires dans leurs appartements. Les gens baissent les bras.”

[…]

En plus de la tension déjà palpable dans le quartier, de nombreuses rumeurs ont fusé sur les réseaux sociaux, envenimant la situation entres les deux communautés, regrette encore celui qui est aussi le représentant de l’Union française des associations tziganes. Mais, pour le moment, les appels au calme réitérés par la famille d’Aymen, entre autres, semblent avoir permis d’éviter d’autres explosions de violence.    

France3


27/12/2022

Selon les informations de France 3 Occitanie, le conducteur qui avait renversé et tué le jeune Aymen à Montpellier le soir de la demi-finale de la Coupe du monde de football entre le Maroc et la France a été interpellé près de Perpignan ce mardi 27 décembre.

Le jeune conducteur qui avait fauché mortellement un adolescent de 14 ans à Montpellier mercredi 14 décembre, le soir du match de la Coupe du monde de football entre la France et le Maroc, a été interpellé ce mardi 27 décembre en tout début de journée. La mort d’Aymen avait provoqué une vive émotion.

Les conditions de l’interpellation du jeune homme restent à déterminer avec précision mais selon des sources proches de l’enquête, le conducteur aurait été interpellé près de Perpignan vers 6 heures ce mardi matin. Toujours selon nos informations, l’individu est âgé de 20 ans. Il était revenu d’Espagne dans la nuit.

France3-régions


22/12/2022

Huit jours après ce triste événement, aucun suspect n’a été interpellé.

“L’auteur des faits n’a pas encore été identifié de manière certaine mais il y a de fortes suspicions qui pèsent sur un individu, qui est activement recherché”, a expliqué une source officielle ce mardi 20 décembre. Selon elle, “il n’est pas à exclure que cet individu ait pris la fuite à l’étranger. Les investigations se poursuivent en tout cas, sous la double saisine de la Sûreté départementale et de la Police judiciaire.”

Midi Libre


17/12/2022

Instants d’écoute et de dialogue ce samedi 17 décembre dans l’après-midi entre des Musulmans de la Paillade et des membres de la communauté gitane parmi lesquels deux pasteurs à la mosquée Averroès de La Paillade. Assis au plus profond de son fauteuil le papa d’Aymen reste muet. Trop de douleur pour Lemmouar. Autour de lui, dans une salle de la mosquée Averroès de La Paillade sont réunis, ce samedi après-midi, des membres de la communauté musulmane. Franco marocains pour la plupart. Dans le cercle, aussi, des représentants de la communauté gitane. Dont deux pasteurs évangélistes et Fernand Maraval, dit Yaka, figure reconnue.

(…)

Midi Libre

16/12/2022

Comme Métropolitain l’a révélé ce vendredi, la communauté des gitanes sédentaires d’ici cible d’expéditions punitives très violentes jeudi soir, doit rencontrer la famille d’Aymen, dès ce soir, après que Fernand Maraval, dit Yaka aura été reçu par les imams de la Mosson et du Petit Bard et après une rencontre en préfecture de l’Hérault qui s’est déroulée en début d’après-midi. Yaka Maraval et les victimes gitanes qui ont eu les appartements saccagés, incendiés, ainsi que deux camions et une voiture, « ne comprennent pas pourquoi aucune mesure de protection policière avait été mise en place jeudi soir » pour éviter que 250 à 300 jeunes armés de kalachnikovs et de barres de fer investissent sans problème la résidence Jupiter, pour commettre des exactions, ayant terrorisé les parents et les enfants.

Actu.fr


Des proportions que vous condamnez ?

À 100%. Il ne faut pas que ça parte à la guérilla urbaine et aux règlements de compte communautaires sinon ça va être catastrophique. Regardez, à un moment donné, jeudi soir, certains ont entendu qu’ils allaient aller à Figuerolles pour en découdre. Là-bas, ils se sont armés pour pouvoir se défendre. Finalement, ils n’y sont pas allés. Et heureusement sinon ça aurait pu tourner au carnage. Il faut que la situation s’apaise. Il faut qu’on vive ensemble dans le respect des uns et des autres.

Selon vous comment cette situation peut-elle s’apaiser ?

Il faut que ce petit se rende, c’est comme ça que ça va s’apaiser. Mais qu’on se le dise, on ne le cache pas, nous, ce petit. Et on ne lui a pas dit de partir en cavale. Si moi j’arrive à l’avoir, je vais le ramener à la raison. D’une manière ou d’une autre, à un moment donné, il va falloir qu’il soit entendu pour s’expliquer. Je regrette d’ailleurs que la collectivité ne soit venue pour écouter les familles qui, elles, subissent cette situation.

Qu’est-ce que vous allez faire en attendant qu’il se rende ?

J’ai rendez-vous à 14 heures en préfecture. Il faut sécuriser les lieux pour ce vendredi soir sinon ça va repartir aux affrontements. Et après j’ai rendez-vous avec les imams à 16 heures pour ensuite rencontrer le père d’Aymen et ses frères. C’est terrible de perdre un fils. 

Midi Libre


Des violences opposant la communauté maghrébine à celle des gens du voyage ont éclaté dans le quartier de la Mosson après la mort d’Aymen, 14 ans, écrasé par un chauffard.

(…) L’origine ethnique de la victime et celle – supposée – du suspect ont déclenché de vives tensions.

(…) Selon nos informations, l’appartement du passager du véhicule impliqué dans l’accident mortel a été forcé et saccagé durant la nuit. Cet homme, passé à tabac après les faits, est hospitalisé depuis. Une vidéo, diffusée jeudi 15 décembre sur les réseaux sociaux, montre un groupe d’une vingtaine d’individus courir, très vraisemblablement dans le quartier de la Mosson, en criant «Allah Akbar» ou encore «on va vous n***** vos mères les gitans».

Une première expédition punitive aurait eu lieu jeudi matin. Un homme appartenant à la communauté gitane aurait été retrouvé égorgé, mais en vie, nous indique une source policière. Cet individu aurait ensuite été transporté au CHU de Montpellier escorté par la BRI (brigade de recherche et d’intervention, NDLR), poursuit cette source. La préfecture de l’Hérault dément catégoriquement cette information auprès du Figaro et évoque une personne de la communauté gitane «prise à partie».

(…) Le Figaro



Les familles gitanes chassées par 300 individus armés, qui ont incendié deux logements et des véhicules, fuient Montpellier selon Yaka Maraval, porte-parole de la communauté gitane

Les familles gitanes chassées par 300 individus armés, qui ont saccagé et incendié deux logements, deux camions et une voiture jeudi soir, fuient Montpellier, selon Fernand Maraval dit Yaka, l’incontournable représentant et porte-parole de la communauté des gitans sédentaires d’ici. Sur des vidéos, on voit un véritable déchaînement de violences gratuites la nuit dernière. 

Ce vendredi matin, Yaka Maraval témoigne à Métropolitain : « Après les expéditions punitives ciblant des biens de familles gitanes à la Mosson-la Paillade, 24h après le décès de l’adolescent franco-marocain, les gitans sont terrorisés, surtout les enfants ». Avec cette grosse inquiétude sur le sort d’un adolescent : « Sur une vidéo, on voit les vandales l’enlever et le placer de force dans le coffre d’une voiture. Où est-il ? Ses parents croyaient qu’il était dans sa chambre » s’interroge Yaka Maraval. Il annonce qu’il se rendra avec d’autres membres de la communauté à 14h ce vendredi en préfecture de l’Hérault  » pour obtenir un rendez-vous urgent, nous avons peur pour la nuit prochaine ».

Jets de projectiles et tirs de mortiers

En dehors de ces expéditions punitives, la nuit a été agitée à la Mosson et au Petit Bard, où des émeutes ont eu lieu : véhicules et poubelles incendiés, barricades dressées avenue de l’Europe, jets de projectiles et tirs de mortiers d’artifice en direction des forces de l’ordre. Les CRS ont répliqué par des gaz lacrymogènes pour ramener le calmeIl n’y a eu ni blessé, ni interpellation. 

« On ne veut pas la guerre »

Yaka Maraval raconte que « une horde de jeunes armés de kalachnikovs a investi la résidence Jupiter pour défoncer la porte d’un appartement, saccagé les meubles et mettre le feu, avant de brûler une voiture puis de s’enfuir. Les gitans de Figuerolles, notamment à la cité Gély informés qu’une partie de cette bande allait venir ont chargé leurs fusils, prêts à en découdre. Finalement, quand les agresseurs l’ont su, ils ont rebroussé chemin. La situation est intenable. On ne veut pas la guerre« . 

Yaka Maraval révèle que les familles gitanes de la Mosson-la Paillade « ont fait leurs valises et sont allés se mettre en sécurité loin de Montpellier ». Pour apaiser les tensions et pour éviter une escalade dans la violence, il se tourne vers les élus d’ici pour qu’ils interviennent, et souhaite une rencontre rapide avec la famille du jeune Aymen, les imams et la préfecture : « Le geste terrible de ce jeune ne doit pas entraîner de vengeance sur l’ensemble de la communauté gitane. On compatit avec la douleur de la famille de l’adolescent ».

Métropolitain



Peu après 21h, une cohorte de jeunes s’est dirigée en direction de bâtiments occupés principalement par les membres de la communauté gitane, dont fait partie le chauffard impliqué dans les événements de la veille, proférant des menaces de représailles, comme le montrent plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

De nombreux départs de feu ont été constatés, un local associatif a été notamment incendié, des coups de feu ont été tirés. Les CRS sont intervenus, mais l’atmosphère demeure lourde et particulièrement tendue dans ce quartier ouest de Montpellier.

(…) Actu.Fr


15/12/2022



Le chauffard qui a percuté et tué l’adolescent âgé de 14 ans, mercredi soir à la Mosson, est-il hospitalisé ? Un homme roué de coups à la Mosson est sous protection de la police.

De rapides recherches ont permis de retrouver un habitant de cette résidence pour lui réserver un mauvais sort sur fond de vengeance expéditive. Il semble que des témoins du drame l’ont reconnu et connaissaient son adresse. Il n’a pas pu leur échapper et a été sévèrement battu, avant de se libérer et de se cacher jusqu’à ce qu’il soit pris en charge.

Les agresseurs ont quitté les lieux. Assez sérieusement blessé, cet homme a été amené dans la nuit dans un établissement médical, où il est placé sous la protection de policiers de la brigade anticriminalité, Bac, de la police nationale. Le lieu est gardé secret.

Zone d’ombre

Toutefois, les enquêteurs s’attachent à déterminer s’il s’agit du chauffard, ce qui n’est pas encore établi formellement, selon une source proche de l’enquête. Il ressort qu’il y avait deux occupants à bord de la voiture folle et que le propriétaire est identifié. Les agresseurs ont-ils fait erreur de personne ? L’auteur des faits est-il toujours en fuite ?L’audition de ce blessé sous le régime de la garde à vue se poursuit pour éclaircir cette zone d’ombre. Les investigations sont menées pour « coups mortels aggravés avec arme par destination, en l’occurence la voiture », une qualification criminelle passible de la cour d’assises.

(…) Actu.Fr



14/12/2022

La fête gâchée à Montpellier. Alors que plusieurs personnes étaient descendues dans la rue mercredi soir après la demi-finale de la Coupe du monde entre la France et le Maroc remportée par les Bleus (2-0), une voiture a percuté un adolescent de 14 ans dans le quartier de la Paillade. Hospitalisé en réanimation avec un pronostic vital engagé, il a succombé à ses blessures, indique le préfet de l’Hérault, Hugues Moutouh. 

Après avoir pris la fuite, le véhicule a été rapidement retrouvé dans le quartier voisin de la Mosson. Le conducteur, lui, était toujours activement recherché en fin de soirée. “L’enquête progresse rapidement sous la direction du parquet”, ajoute le préfet dans un communiqué. 

TF1


Fdesouche sur les réseaux sociaux