Fdesouche

Vente à la sauvette, trafic de drogue, agressions… Entre ces arrêts de métro, «on est sur le podium» des stations parisiennes les plus anxiogènes d’après les riverains. La RATP y organisait une marche exploratoire ce jeudi 24 novembre pour recueillir le ressenti des usagers.

(…)

La première étape de l’opération mène ces volontaires à la gare SNCF depuis la station La Chapelle en passant par le large couloir souterrain. « C’est l’heure de pointe, j’avance tête baissée, casque sur les oreilles, sans faire attention à ce qu’il se passe autour de moi, commente une jeune femme. J’essaie de rester dans ma bulle, c’est une façon de me protéger, de faire abstraction des regards. »

«Une odeur de crack»

« On l’appelle le couloir de la mort. La circulation est hyperdense mais le débit à l’entrée très faible. Cela donne l’effet d’un entonnoir où les gens se poussent et les pickpockets en profitent, constate Loïc Guézo, président de l’association de riverains Demain La Chapelle. À certains moments de la journée, il peut y avoir une vingtaine de vendeurs au sol qui occupent 50% de la largeur. L’ambiance est très glauque. »

De retour à la surface, un habitué de la ligne 2 dénonce les trafics en tout genre qu’il observe chaque jour aux abords de la station. « Drogues, cigarettes de contrebande, j’ai même vu des faux tickets, c’est impressionnant. Les vendeurs de cigarettes sont même installés à l’intérieur de la station. À La Chapelle, on est certain de tomber sur un trafic. »

(…) Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux