Fdesouche

26/11/22

Plusieurs centaines de personnes ont participé hier soir à une manifestation dans le quartier de East Wall à Dublin contre le logement des réfugiés dans un ancien bâtiment d’ESB.

Cette manifestation faisait suite à une protestation similaire qui s’est déroulée samedi dernier.

Un certain nombre d’orateurs se sont adressés à la foule, et un résident local a déclaré qu’il n’y avait pas eu de consultation avec la communauté avant l’utilisation du bâtiment pour les demandeurs d’asile.

“Ils ont installé 150 hommes dans ce bâtiment, sans consultation. Aucun politicien n’est venu nous voir, personne ne nous a parlé et ils les ont fait entrer en douce au milieu de la nuit”, a déclaré M. Murphy, affirmant qu’aucun des demandeurs d’asile dans l’ancien bâtiment de l’ESB n’est originaire d’Ukraine. (Pourtant, les élus locaux assurent que les réfugiés accueillis dans le bâtiment viennent d’Ukraine)

(…) Un autre homme s’est levé alors pour prendre la parole. Cette personne a commencé à partager des théories complotistes, disant à un moment donné : “il y a un plan pour remplacer les Irlandais”.

The Journal


20/11/22

Irlande – Des centaines de manifestants se sont rassemblés à East Wall, Dublin, pour protester contre l’hébergement d’un certain nombre de demandeurs d’asile dans l’ancien bâtiment d’ESB situé dans le quartier.

Un groupe de 200 à 300 personnes, dont de nombreux habitants du quartier, se sont rassemblés sur la route pendant la manifestation.

Ils ont déclaré qu’ils étaient en colère contre l’hébergement de demandeurs d’asile, exclusivement masculins, n’ayant même pas été consultés.

Pendant que la manifestation se déroulait, quatre hommes portant des sacs en plastique et des bagages sont arrivés au bâtiment et sont entrés à l’intérieur, tandis qu’un petit nombre de manifestants leur criaient dessus.

(…) RTE

Cette manifestation intervient après la diffusion en ligne d’une vidéo montrant plusieurs bus transportant des réfugiés adultes de sexe masculin arrivant dans un bâtiment de East Wall.

Les habitants affirment qu’ils n’ont jamais été contactés ou consultés au sujet de l’arrivée des réfugiés dans la région.

Un habitant a déclaré : “Je pensais que des femmes et des enfants arrivaient, nous les aurions aidés et mis à l’aise. Ce sont des hommes adultes et lorsque j’ai appelé la police, ils nous ont dit qu’ils ne savaient pas qui ils étaient. Ils ne sont même pas contrôlés, alors qui sont-ils et pourquoi personne ne nous répond ?”.

(…) FM104


Fdesouche sur les réseaux sociaux