Fdesouche

22/11/2022

21/11/2022



19/11/2022


18/11/2022

L’Office français de protection des réfugiés et apatrides a émis 123 avis défavorables parmi les 189 adultes placés en “zone d’attente” et les personnes concernées “font l’objet d’un refus d’entrée sur le territoire”, a indiqué vendredi devant le Conseil d’État un représentant du ministère de l’Intérieur. 

(…) France 24


“La pression migratoire s’est fortement accrue ces dernières années en Europe et nos règles ne sont pas bâties pour cette situation.”, déclare l’Élysée.


Cette fois-ci, c’était la Cour d’appel d’Aix-en-Provence qui devait trancher sur une prolongation ou non du maintien de ces migrants en zone d’attente fermée. La juridiction a donné raison aux juges toulonnais puisqu’elle a ordonné la remise en liberté de 108 réfugiés. Au total, sur les 190 migrants accueillis sur la presqu’île de Giens, 123 ont été remis en liberté ces trois derniers jours.

BFM TV



La procédure idéale imaginée par le ministère de l’intérieur pour gérer les passagers de l’Ocean-Viking s’est échouée dans un chaos feutré, jeudi 17 novembre, devant les chambres de la cour d’appel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

(…) Vendredi 11 novembre, le préfet du Var, Evence Richard, et le directeur général des étrangers en France au ministère de l’intérieur, Eric Jalon, avaient expliqué que les 177 adultes arrivés après trois semaines de mer seraient maintenus « pendant vingt jours maximum » dans une zone située dans un centre de vacances. Une façon d’éviter une entrée officielle sur le territoire français pendant l’étude de leur éligibilité au dépôt d’une demande d’asile. C’était ne pas prendre en compte la difficulté à gérer dans le cadre légal un tel nombre de dossiers.

Le Monde


En raison d’un trop grand nombre de dossiers à traiter et trop peu de magistrats, la justice n’a pas pu examiner les cas de plusieurs dizaines de migrants accueillis à Toulon après l’accostage de l’Ocean Viking.

Une nouvelle polémique dans le dossier Ocean Viking. Plusieurs dizaines de migrants accueillis à Toulon après le bras de fer entre la France et l’Italie vont pouvoir quitter librement la zone d’attente fermée sur la presqu’île de Giens, sans que leur cas n’ait pu être examiné par la justice dans les temps.

Dès leur placement, la justice avait quatre jours pour examiner leur situation et déterminer si ces 190 majeurs étaient accessibles à une demande de droit d’asile ou devaient faire l’objet d’une expulsion du territoire.

BFM TV


17/11/2022

Une cour d’appel d’Aix-en-Provence débordée examinait en urgence la situation des migrants placés en zone d’attente sur la presqu’île de Giens (Var) ce 17 novembre. D’après les informations recueillies par « Marianne », la plupart seront remis en liberté dans l’attente de l’examen de leur demande d’asile. 

Ce jeudi 17 novembre, la cour d’Appel d’Aix-en-Provence est en ébullition. Force de l’ordre en nombre, police aux frontières, militants associatifs, ballets de magistrats et d’avocats ont rythmé un marathon commencé la veille et qui s’est poursuivi jusqu’à 2h du matin, avant une reprise des audiences auxquelles Marianne a assisté. L’origine de cette effervescence ? Examiner l’appel déposé par la préfecture du Var et par le parquet après l’ordonnance prise mardi dernier par le juge des libertés et de la détention (JLD), décidant la remise en liberté de 177 migrants venus du Pakistan, du Bangladesh, du Mali, de Syrie, d’Égypte et du Maroc. Explications.

(…) Marianne


La plupart de ces mineurs sont des Érythréens qui auraient choisi de rejoindre de façon clandestine de la famille ou des amis en Allemagne.

Ils étaient 44 ; ils ne sont plus que 18… L’essentiel des mineurs non accompagnés de l’Ocean Viking ont faussé compagnie à leurs encadrants dans les structures mises à leur disposition pour les prendre charge médicalement et socialement.

L’information est confirmée au Figaro par le président LR du Conseil départemental du Var, Jean-Louis Masson. Selon lui, «3 des 44 mineurs avaient déjà fugué dès le lendemain et le surlendemain de leur prise en charge».«Ce matin, ajoute-t-il, cela fait 23 mineurs de plus qui manquent à l’appel, pour un total de 26 défections».

[…]

Le département du Var gère 2300 mineurs non accompagnés, ce qui lui coûte actuellement 20 millions d’euros par an.

www.lefigaro.fr


15/11/2022

Il existe sur le territoire métropolitain, des zones d’attente, comme celles du Canet ou de Marseille, ou dans différents aéroports. Celle de Giens a été créée pour accueillir ces migrants dans l’urgence. Et c’est sans doute  dans l’urgence que des formulaires du Canet ont été envoyés aux fonctionnaires de la PAF à Giens. Ces derniers ont bien barré le mot “Canet”, mais sur la plupart des formulaires, la mention Giens n’a pas été ajoutée. 

Un oubli pointé par Maître Lauris Léardo, avocat au barreau de Toulon, qui a entraîné la nullité du document. La juge des libertés et de la détention a donc estimé qu’elle était “dans l’incapacité de dire si le migrant devant elle avait été correctement informé de ses droits“. Celui-ci pourtant à l’audience s’était déclaré favorable à cette prolongation. 

Accompagné de son interprète, le premier migrant a décliné son identité soulevant ainsi un premier problème de compréhension, son nom et son prénom s’écrivant en effet de plusieurs manières. “L’alphabet érythréen n’est pas le même que le vôtre” a néanmoins justifié l’interprète. Flou aussi sur sa date de naissance, le 14 juillet 1999, déclarée à l’audience quand le 22 juillet est inscrit sur le document puisque c’est celle qui a communiquée lors de son premier entretien avec l’administration française.

France Bleu


Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé ce mardi, que 44 des 234 migrants rescapés du navire humanitaire Ocean Viking vont être expulsés de France, près d’une semaine après leur arrivée à Toulon.

CNews


11/11/2022

Le préfet du Var indique que “tous les passagers ont demandé l’asile”

Le préfet du Var a conclu: “Dès demain, commenceront les auditions qui se poursuivront jusqu’à ce que chacun des passagers ait été entendu.” Selon lui, elles dureront 2 à 3 jours, ou “un petit peu plus”. Quoiqu’il arrive, tous ont d’ores et déjà “demandé l’asile”.

BFMTV



Gérard Collomb, ex-ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron :


Le CCAS à Giens va accueillir les réfugiés, encadré par les forces de l’ordre

Photo Nice-Matin
CCAS de Giens


10/11/2022

Sous pression de l’extrême droite à quelques semaines de débats sur l’immigration au Parlement, Gérald Darmanin s’est efforcé, jeudi, de dédramatiser l’arrivée, vendredi, des 234 passagers du navire de l’ONG SOS Méditerranée. Le choix de Toulon, port militaire inaccessible à la presse, permettra aussi d’éviter des images de migrants accueillis sur le sol français.

(…) Libération





09/11/2022

En cas d’échec des négociations entre la France et l’Italie, qui se poursuivent encore en ce moment, la ville de Toulon dans le Var se prépare à l’arrivée de l’Ocean Viking, un bateau bloqué en mer Méditerranée et sur lequel plus de 200 migrants se trouvent.

Un dispositif des autorités se met progressivement en place à Toulon dans le Var. Si les discussions échouent entre Paris et Rome sur l’accueil du navire Ocean Viking, actuellement bloqué en mer Méditerranée avec plus de 200 migrants à son bord, la ville se prépare à accueillir le bateau dans son port. Les discussions sont toujours en cours entre la France et l’Italie, mais le sujet a révélé une tension entre les deux pays. L’Italie refuse pour le moment de recevoir le navire de l’ONG européenne SOS Méditerranée.

Une arrivée vendredi ou au plus tard ce week-end ?

Une partie des effectifs la zone sud de la police aux frontières est en train de converger vers le port de Toulon, où pourrait accoster le dernier des quatre bateaux de sauvetage de migrants vendredi à l’aube ou au plus tard ce week-end. Toujours selon les informations d’Europe 1, le dossier est piloté directement depuis l’Élysée. Ce scénario, envisagé, est de plus en plus probable si la pression qu’exerce Paris sur Rome ne donne pas de résultats.

Europe 1



08/11/2022


“En matière de sécurité et de lutte contre l’immigration clandestine, les Italiens se sont exprimés dans les urnes, en choisissant notre programme et notre vision (…) Notre but est de défendre la légalité, la sécurité et la dignité de chaque personne. C’est pourquoi nous voulons mettre un terme à l’immigration illégale, prévenir de nouveaux morts en mer et combattre les trafiquants d’êtres humains. Les citoyens nous ont demandé de défendre les frontières italiennes et ce gouvernement ne trahira pas sa promesse.


(…) Le ministère français de l’Intérieur se prépare à un débarquement de l’Ocean Viking à Marseille dès jeudi et affirme qu’il n’y aura pas de sélection, ils seront tous débarqués et ensuite enregistrés comme demandeurs d’asile. L’arrivée du navire de SOS Méditerranée dans un port français est sans précédent depuis le début de la crise migratoire de 2015.

(…) Un fait politiquement très important pour l’Italie et pour toute l’Europe. La France fait en effet preuve d’un grand sens des responsabilités car elle n’est nullement obligée d’offrir une assistance ou un port à l’Ocean Viking, qui bat pavillon norvégien. Et SOS Méditerranée n’est pas non plus une ONG française.

La Repubblica


La France attribue le port de Marseille à l’Ocean Viking, le navire avec à son bord plus de 200 migrants. L’arrivée du navire de l’ONG SOS Méditerranée est prévue dans la nuit de mercredi à jeudi.

La situation du navire Ocean Viking, battant pavillon norvégien, de l’ONG française SOS Méditerranée, qui se trouvait jusqu’à aujourd’hui au large des côtes de Catane avec 234 réfugiés à bord, semble se diriger vers une solution.

La France “se prépare à ouvrir le port de Marseille au navire Ocean Viking, soit dans la nuit de mercredi à jeudi. Cela dépendra du moment où il quittera le sud de la Méditerranée”, a déclaré une source du ministère français de l’intérieur.

Le navire a déjà quitté la mer au large de Catane et se trouve maintenant au large de Portopalo di Capo Passero, la pointe sud-est de la Sicile. Le navire, qui se trouve toujours dans les eaux internationales à la frontière avec les eaux nationales italiennes, a sa proue pointée vers le sud-ouest et navigue à plus de 7 nœuds par heure, suivant une route qui semble tracée pour “contourner” la Sicile et se diriger ensuite vers la France, selon le suivi du transpondeur.

“Le débarquement à Marseille se fera sous la supervision de la préfecture. Tous les migrants seront débarqués du navire et ensuite enregistrés comme “demandeurs d’asile”. C’est ce qu’ont expliqué à l’ANSA des sources du ministère français de l’Intérieur, qui ont répété : “Nous nous préparons comme si le navire devrait arriver dans les prochaines heures”. Il n’y aura donc pas de sélection parmi les passagers de l’Ocean Viking, les plus faibles ne seront pas débarqués et les autres laissés à bord : “Il n’y a aucune restriction possible, tout le monde a le droit de demander l’asile”, ajoutent les sources françaises.

La Sicilia


“Le débarquement à Marseille se fera sous le contrôle de la Préfecture. Tous les migrants seront débarqués du navire puis enregistrés comme demandeurs d’asile”, expliquent à l’ANSA (Agence de presse italienne) des sources du ministère français de l’Intérieur.



04/11/2022

Le ministre de l’Intérieur français Gérald Darmanin ne «doute pas» que l’Italie va «respecter le droit international» et accueillir l’Ocean Viking, le navire de l’ONG européenne SOS Méditerranée bloqué en mer avec 234 migrants rescapés et toujours à la recherche d’un port sûr.

 «Nous saluons la mobilisation de la France (…) pour trouver une solution permettant à l’Ocean Viking et aux autres navires de recherche et sauvetage bloqués en mer de débarquer dans les plus brefs délais et au plus près en Italie» leurs 985 «survivants» à bord, a réagi l’ONG dans un communiqué à l’AFP. Dans ce texte, SOS Méditerranée a réitéré ses craintes d’une dégradation de la météo, avec «de la pluie, des vagues et des vents forts», soulignant que «l‘état physique et mental de ceux qui ont échappé de justesse à la mort en mer est inquiétant»: «Nous sommes confrontés à une urgence absolue et toute journée d’attente supplémentaire pourrait avoir de graves conséquences», a mis en garde la directrice et cofondatrice de l’ONG, Sophie Beau.

 «Le droit international est très clair: quand un bateau demande à accoster avec des naufragés à bord, c’est le port le plus sûr le plus proche qui doit l’accueillir, en l’occurrence l’Italie», avait déclaré Gérald Darmanin vendredi matin sur RMC/BFMTV. «Donc nous ne doutons pas un seul instant que l’Italie va respecter le droit international», avait ajouté le ministre de l’Intérieur français, précisant qu’il avait «eu un échange» avec son homologue italien. «Mais nous avons dit à nos amis italiens, avec nos amis allemands, que nous sommes prêts à prendre bien évidemment une partie des femmes et des enfants, comme nous l’avons fait précédemment», afin que l’Italie ne porte pas seule «le fardeau de cette arrivée», avait poursuivi Gérald Darmanin.

Le Figaro


03/11/2022

L’ONG européenne SOS Méditerranée en a appelé jeudi pour la première fois à la France, l’Espagne et la Grèce pour l’aider à trouver un port sûr pour débarquer 234 migrants secourus par son navire Ocean Viking avant que la météo ne se dégrade. L’ONG de secours en mer redoute “un vent fort, de hautes vagues et une baisse de température d’ici la fin de la semaine“, ajoutant dans un communiqué publié jeudi que “les provisions commencent à manquer” à bord.

Depuis son premier sauvetage le 22 octobre, SOS Méditerranée a sollicité, comme à son habitude et conformément au droit maritime, les autorités de la zone de recherche, en Libye et à Malte, sans obtenir de réponse, a indiqué à l’AFP la directrice et cofondatrice de l’ONG Sophie Beau, par téléphone jeudi.

Elle a ensuite sollicité l’Italie, mais la récente arrivée au pouvoir de l’extrême droite à Rome et les déclarations antimigrants de ses dirigeants ne laissent que peu d’espoir d’y obtenir un feu vert.

Le ministre de l’Intérieur a visé l’Ocean Viking dans ses déclarations“, rappelle Sophie Beau. Matteo Piantedosi a en effet annoncé avoir émis une directive avertissant les forces de police et les autorités portuaires que son ministère envisageait une interdiction d’entrée dans les eaux territoriales du navire affrété par SOS Méditerranée et du Geo Barents de Médecins sans Frontières (MSF), qui battent tous deux pavillon norvégien, ainsi que du bateau allemand de l’ONG SOS Humanity.

Jeudi, les deux navires n’avaient pas reçu de communication officielle sur une telle décision. SOS Méditerranée s’est alors tourné vers les autorités maritimes de la France, de l’Espagne et de la Grèce.

C’est la première fois qu’on les sollicite“, a expliqué Mme Beau, qui précise que la demande a été faite mercredi soir. Jeudi à la mi-journée, SOS Méditerranée n’avait reçu aucune réponse. 

La directrice a insisté: “On ne demande pas à la France de nous ouvrir un port, mais de nous aider à trouver une solution“, en priorité en Italie ou à Malte, les Etats les plus proches de l’Ocean Viking, actuellement au sud de la Sicile. […]

actu.orange


Fdesouche sur les réseaux sociaux