Fdesouche

Deux jeunes hommes de 17 ans ont été mis en examen pour proxénétisme aggravé et placés en détention. Leur complice, une jeune fille de 19 ans, est sous contrôle judiciaire. Ils sont soupçonnés d’avoir prostitué une jeune adolescente de 12 ans dans des conditions particulièrement sordides.

Depuis septembre, au moins, une jeune femme de 19 ans et deux mineurs de 17 ans, ont contraint une adolescente de 12 ans, originaire de Seine-Saint-Denis, à se prostituer. Les mineurs qui ont endossé le rôle de proxénètes obligeaient cette toute jeune fille à enchaîner jusqu’à « une vingtaine de clients par jour », indique une source policière. Ils ont été interpellés le 15 novembre par la brigade de protection des mineurs. Ce vendredi, ils ont été mis en examen avant d’être «présentés devant le juge des libertés et de la détention qui a placé la majeure sous contrôle judiciaire. Les deux mineurs ont été placés en détention provisoire », précise le parquet de Bobigny. La plupart des faits ont été commis en Seine-Saint-Denis, notamment à Bondy, et dans une moindre mesure en Seine-et-Marne.

Selon les premiers éléments de l’enquête, révélés par RMC, la jeune fille en rupture familiale est tombée entre les griffes du trio via une conversation sur le réseau Snapchat. La jeune femme gagne sa confiance en lui faisant miroiter un hébergement et elle obtient que la jeune ado lui envoie des photos d’elle dénudée. Un rendez-vous est ensuite pris. En guise d’hébergement, elle est enfermée dans une chambre d’hôtel où elle est contrainte de faire des passes. Les taches sont bien reparties dans l’équipe. Les hôtels sont préalablement réservés par la jeune femme de 19 ans. Les deux hommes s’occupent de surveiller la victime et d’empocher l’argent de la prostitution.

L’enquête démarre en septembre lorsque la mère signale la disparition de sa fille. La victime sera retrouvée à l’hôpital de Montreuil. Cette nouvelle affaire de proxénétisme de mineur s’ajoute aux dizaines de dossiers suivis par la brigade de protection des mineurs. Ce service spécialisé traite actuellement une soixantaine de dossiers de ce type.

Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux