Fdesouche

DAEGU (Corée du Sud) — Une tête de porc trône sur une petite chaise dans une impasse résidentielle. Une autre est placée au sommet d’un seau, à quelques pas de là. Sur un mur est accrochée une banderole qui dit : “Nous nous opposons fermement à la construction d’une mosquée”.

Ce minuscule coin de Daehyeong-dong, dans la ville de Daegu, au sud du pays, est le théâtre de l’un des conflits culturels les plus acrimonieux de la Corée du Sud aujourd’hui.

Un groupe de musulmans a acheté l’une des propriétés ici et a entrepris de construire une mosquée.

Les voisins, qui n’ont aucun moyen légal de les arrêter, ont recours à des mesures extrêmes pour les chasser. D’où les têtes de cochon.

(…) “Des voisins coréens ont également fait cuire du porc dans la ruelle à plusieurs reprises, apparemment pour embêter les musulmans”, a déclaré ce Pakistanais de 26 ans qui étudie l’informatique à l’université nationale de Kyungpook. “Certains jouaient de la musique forte pendant notre temps de prière et l’éteignaient une fois que nous avions terminé”.

Selon Razaq, les actes hostiles à l’encontre des musulmans se poursuivent depuis plus d’un an.

(…) Il est prévu d’ériger une mosquée de deux étages et de 20 mètres de haut, avec un minaret au sommet. Le terrain est la copropriété de six musulmans du Pakistan et du Bangladesh.

(…) Lorsque les riverains ont eu connaissance du projet, ils s’y sont opposés avec véhémence. Ils ont enduré le bruit et les désagréments causés par les prières musulmanes par pure bonne volonté et maintenant les musulmans sont sur le point de prendre le contrôle de tout le quartier, affirment-ils.

Frappé par les plaintes des villageois, le bureau du district est revenu sur sa position initiale et a imposé un ordre administratif en février 2021 pour arrêter la construction de la mosquée.

Mais en décembre, les propriétaires musulmans ont obtenu une décision de justice pour annuler la décision du bureau de district. En septembre de cette année, la Cour suprême a confirmé la décision de la juridiction inférieure, ouvrant ainsi la voie à la construction de la mosquée.

Lorsque les travaux ont repris, les habitants sont allés jusqu’à faire obstruction physiquement aux travaux, notamment en bloquant l’entrée du chantier avec des véhicules.

Un homme du nom de Jang, 62 ans, est l’un des voisins de la future mosquée. Sa maison se trouve à deux portes du chantier.

“Imaginez qu’une grande foule de personnes passe devant la porte de votre maison plusieurs fois par jour. Le bruit des gens qui discutent, marchent et roulent à vélo et à moto vous rendra fou”, a-t-il déclaré.

“L’hostilité en cours contre les musulmans est le dernier recours des résidents pour protéger notre cadre de vie”, a-t-il ajouté.

“Ces dernières années, nous vivions en harmonie avec la communauté musulmane du quartier, partageant nourriture et cadeaux pendant les fêtes. Nous ne nous plaignions pas de leurs rassemblements. Mais la construction d’une véritable mosquée va attirer beaucoup plus de fidèles musulmans dans ce petit coin résidentiel“, a déclaré Jang. “Ils ont franchi la ligne rouge”.

(…) The Korea Herald

(Merci à Iskender)


Fdesouche sur les réseaux sociaux