Fdesouche

« Néofrérisme » : dans les coulisses de Dini TV, le Netflix des musulmans conservateurs qui rencontre une audience considérable chez les jeunes. Un média crée par Abdelmonaim Boussenna et Rachid El Jay, désormais installés à Dubaï

[…]

Forts de leurs millions d’abonnés sur les réseaux sociaux – Rachid El Jay compte 2,2 millions d’abonnés et Abdelmonaim Boussenna plus de 800 000 –, ces deux « imams youtubeurs » ont lancé leur plateforme Dini TV, en septembre 2020. « Une plateforme dans laquelle nous vous enseignerons tout ce qu’il incombe à tout musulman de connaître », détaillent-ils.


[…]

L’un des deux fondateurs, Abdelmonaim Boussenna, 32 ans, originaire du Nord, est le fils d’un imam de la mosquée de Lille Sud. Ce proche d’Amar Lasfar, longtemps homme fort de l’UOIF, la branche française des Frères musulmans, est d’abord et avant tout un « psalmodieur », c’est-à-dire quelqu’un de reconnu pour sa façon de réciter les textes religieux, pas pour ses connaissances en science coranique. Il a aussi été longtemps proche de Tariq Ramadan, qu’il a défendu au moment des premières accusations de viols contre le conférencier.

Tous les codes de la société islamique du spectacle

Ancien salafiste, Rachid El Jay, 42 ans, a défrayé la chronique en 2015 alors qu’il se fait encore appeler Rachid Abou Hodeyfa et qu’il officie comme imam à la mosquée Al-Sunna de Brest. Des propos tenus en 2012, de celui qui est alors proche de l’imam salafiste de Villetaneuse Mehdi Kabir, font le tour des réseaux sociaux. Le voile est « l’honneur d’une femme. Et si elle sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que des hommes abusent de cette femme-là », « [ceux qui écoutent de la musique] seront transformés en singes et en porcs ».

[…]

Pour Léo Michel, il y a une vraie difficulté à qualifier les fondateurs de Dini TV d’un point de vue théologique. « Ils se revendiquent de l’islam du juste milieu (Al Wasatiyya) et d’une compréhension contextualisée de la religion. » Et si certains marqueurs les ancrent sans ambiguïté du côté des Frères musulmans, en particulier Boussenna, l’étiquette est insuffisante. « Je préfère parler de néofrérisme car ils s’inscrivent dans cet héritage mais en actualisent la portée », explique Haoues Seniguer à propos de ces figures qui ont parfaitement intégré « le principe laïque et le respect de la République »

[…]


Dans le cycle sur la pudeur en sept épisodes, Samah Bint Abdelhadhim réaffirme que le voile est une obligation pour toute musulmane et met en garde les « mal voilées » aux tissus chatoyants. « Le vêtement doit être ample, c’est-à-dire qu’il ne doit pas épouser la forme du corps, il ne doit pas être moulant. Et il doit être opaque. […] Alors attention, la mode s’est installée, la mode a pris le dessus sur les règles religieuses, là aussi subhanallah on peut porter le voile et attirer le regard. On sera nous-mêmes responsables devant Allah », tance-t-elle, avant d’alerter une fois de plus la jeunesse : « Faites attention, il y a des sites de rencontre, il y a des associations, on peut tomber très vite dans le péché, ça commence par un regard. »

[…]

L’appel du paradis… fiscal

Selon nos informations, Abdelmonaim Boussenna et Rachid El Jay se sont désormais installés à Dubaï, terre d’accueil de tous les influenceurs.

Malgré les obligations légales en vigueur pour toute société commerçant en France, Dini TV ne fournit pas sur son site les mentions légales requises. Rien sur le statut de l’entreprise, rien sur le capital, etc. En dépit de nos demandes répétées, nous n’avons pu obtenir aucune information de la part des fondateurs de Dini TV.

[…]

Mediapart


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux