Fdesouche

Alors qu’un sondage CSA révèle que 20% des 10-15 ans ont déjà été harcelés, la journée nationale de lutte contre ce fléau, ce jeudi 10 novembre, est l’occasion de se pencher sur le dispositif préventif pHARe, avec notamment des élèves ambassadeurs. 

[…]

Pour cette jeune Montpelliéraine, le harcèlement a commencé à l’extérieur des murs du collège, orchestré par un groupe d’adolescents d’un quartier voisin, pour très vite gravir les échelons dans la gravité des faits. Du racket pendant des semaines puis de la violence physique dès lors qu’Anissa a voulu y mettre un terme et demander de l’aide.

Déscolarisation et pensées suicidaires

“Ils se sont constitués en bande pour l’atteindre, raconte Ibrahim (*), son père. Au début je me demandais pourquoi elle me réclamait si souvent de l’argent. Même quand elle est passée au lycée, ils l’attendaient encore à la sortie. On a essayé de la changer plusieurs fois d’établissement mais ils la retrouvaient toujours.”

Pour cette jeune Montpelliéraine, le harcèlement a commencé à l’extérieur des murs du collège, orchestré par un groupe d’adolescents d’un quartier voisin, pour très vite gravir les échelons dans la gravité des faits. Du racket pendant des semaines puis de la violence physique dès lors qu’Anissa a voulu y mettre un terme et demander de l’aide.

Déscolarisation et pensées suicidaires

“Ils se sont constitués en bande pour l’atteindre, raconte Ibrahim (*), son père. Au début je me demandais pourquoi elle me réclamait si souvent de l’argent. Même quand elle est passée au lycée, ils l’attendaient encore à la sortie. On a essayé de la changer plusieurs fois d’établissement mais ils la retrouvaient toujours.” La magie noire des réseaux sociaux… Des complices des harceleurs dans sa propre classe, qui livraient son emploi du temps et la horde se répandait en messages injurieux. Il a alors fallu scolariser la jeune fille dans l’Aveyron et déposer plusieurs plaintes pour la protéger.

“La police a bien fait son travail, reconnaît Ibrahim mais pas la justice à mon goût. La fille qui menait le harcèlement a été reconnue coupable avec interdiction d’approcher ma fille et doit être suivie par un éducateur judiciaire. Mais sa mère, qui organisait tout derrière et nous a menacés, n’a pas été poursuivie.” […]

Midi Libre


Fdesouche sur les réseaux sociaux