Fdesouche

29/10/2022

Dans une pétition, des fidèles de la mosquée Ibn Badis réclament l’agrandissement du lieu de culte alors que le préfet s’y oppose

Plusieurs fidèles ne peuvent pas prier le vendredi et ce depuis plusieurs mois.
Le bâtiment peut paraître grand mais selon les normes de sécurité il ne peut accueillir que 1399 personnes.

Pour dépasser ce nombre, la commission de sécurité oblige à avoir deux accès pompiers (accès camion pompier), ce qui n’est pas le cas à la mosquée. Avec ces deux accès nous aurions pu accueillir 3000 personnes.

D’où le projet d’extension qui a débuté en 2019 mais qui est freiné par le préfet auquel s’ajoute une ambiguïté de la municipalité.

A cet instant, la décision au conseil municipal qui validait la vente en 2021 à été suspendue par le tribunal de Cergy Pontoise à la demande du préfet.

Nous nous excusons pour la gêne occasionnée.
Ensemble restons mobilisés.

Pétition Change.org


07/02/2022

L’extension de la mosquée à nouveau contestée par le préfet

Après avoir saisi le tribunal administratif sur la question du prix de vente de l’ancienne école nécessaire à l’agrandissement de la mosquée, le préfet conteste cette fois la procédure de déclassement du bâtiment. Au grand dam de nombreux fidèles.

Nouveau coup d’arrêt pour l’association cultuelle Ibn Badis. Son rêve d’agrandir la plus importante mosquée de Nanterre se heurte à une opposition ferme des services de l’État. Le préfet des Hauts-de-Seine a décidé de saisir le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) d’un déféré pour demander la suspension de la délibération du conseil municipal relative à la vente des anciens locaux de l’Afpa, nécessaires à l’extension.

[…]

Sauf que cette fois, ce n’est plus le prix de vente mais le changement d’affectation des ex-locaux de l’Afpa que conteste le préfet. « Le déféré, au titre de contrôle de légalité, porte sur la procédure de déclassement de l’école » explique-t-on, sans plus de précision, dans l’entourage du préfet.

[…]

Le Parisien


25/03/2021

La mairie vend une ancienne école pour agrandir une mosquée, polémique sur le prix de vente

Pour acquérir ce bien de 2180m2 répartis sur un rez-de-chaussée et un étage, l’association devra débourser 2 705 000€. Si le bâtiment en vaut le double (5,4M€ selon les estimations), d’importants travaux de rénovation évalués à près de 2,4M€ seront nécessaires pour mettre en conformité l’ancienne école, dont l’état est « fortement dégradé » et alors que des affaissements ont été constatés. Un montant qui a donc été déduit de sa valeur, la rénovation étant à la charge de l’Institut Ibn Badis.

[…]

Le groupe Nanterre Ensemble de Camille Bedin n’a pas pris part au vote pour des raisons pécuniaires, malgré un soutien affirmé au projet. Il estime que la mairie a accordé une ristourne supplémentaire de 1M€ en grossissant la facture des travaux au nom du désamiantage, le service des Domaines ayant initialement estimé les travaux à 1 355 000€.

« Quand on sait ce qu’on pourrait faire avec ce million, quand on pense aux subventions de nos associations nanterriennes tellement en difficulté, quand on pense à la redevance des artisans et commerçants que l’on pourrait suspendre, quand on pense à l’état de certaines de nos écoles (La Fontaine pour ne citer qu’elle)… avec ce million, on pourrait en faire des choses ! et nos concitoyens musulmans le concevront aisément… » s’est insurgée Camille Bedin sur les réseaux sociaux.

Mais pour la Ville, il n’en est rien : « Le montant (évalué par les Domaines) n’est pas établi sur la base d’une estimation réelle des travaux à effectuer à partir de l’état actuel du bâtiment, il résulte d’un abattement forfaitaire de 25% sur la valeur vénale, soit un ratio très éloigné des standards pour les rénovations lourdes. »

[…]

Actu.fr


Fdesouche sur les réseaux sociaux