Fdesouche

16/10/2022

Ce samedi 15 octobre, une manifestation réunissant une centaine de personnes en opposition au futur CADA (centre d’accueil pour demandeurs d’asile) à Saint-Brévin-les-Pins (Loire-Atlantique) se tenait devant la mairie. La mairie de Saint-Brévin a en effet vendu une parcelle de terrain en bord de mer à un promoteur chargé de construire un centre d’accueil pour demandeurs d’asile.

(…) “Nous avons découvert en février dernier qu’en catimini, la mairie de Saint Brévin les pins avait décidé d’installer un CADA au sein même de la petite école de la Pierre attelée, au sein même de la forêt domaniale protégée de notre petit quartier”, explique un membre du collectif qui a organisé et animé la manifestation et préfère rester anonyme.

(…) Le collectif est composé de riverains opposés à la dégradation du site naturel et de parents d’élèves craignant de voir s’installer une population issue de l’immigration dans le voisinage de l’école de leurs enfants. 

(…) Une Parisienne venue chercher le calme dans cette petite ville balnéaire constate l’absence de familles : « J’habite à proximité du centre d’accueil déjà existant, et je n’y vois tous les jours que des jeunes hommes ! ». Elle s’oppose elle-aussi à l’ouverture du nouveau centre de migrants.

(…) Les manifestants ont promis « de ne rien lâcher ! ». Outre l’occupation envisagée, une pétition à l’attention du maire rassemble déjà 700 signatures. De nombreuses réclamations sont aussi envoyées directement au préfet. Cela suffira-t-il ?

Boulevard Voltaire


28/09/2022

Le projet de quadrupler les capacités d’accueil de migrants de la station balnéaire de Saint-Brévin-les-Pins provoque une vive colère des habitants. Le maire de la commune assure qu’il est n’est pas responsable de ce transfert et renvoie la balle à l’État. Explications.

Saint-Brévin-les-Pins, paisible cité balnéaire située au sud de Saint-Nazaire au cœur du Pays de Retz, s’apprête à quadrupler d’ici deux ans sa population de migrants. Le chiffre passerait ainsi d’une trentaine d’homme seuls aujourd’hui, à 120 personnes environ, dont de nombreuses familles. Pour les accueillir, une colonie de vacances désaffectée, située sur un terrain boisé de 6600 m² jouxtant l’école maternelle et primaire de la Pierre Attelée, dans le quartier résidentiel de l’Ermitage, va être transformée en nouveau centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada). Une fois réhabilités, reconstruits ou agrandis, les deux bâtiments actuels, d’une superficie totale de plusieurs centaines de mètres carrés, laisseront place à 67 logements flambant neufs, livrés en principe en avril 2023. Le montant prévisionnel des travaux s’élèvera à quelque 3,7 millions d’euros.

Dans les faits, l’établissement scolaire et l’ancien centre de loisirs sont situés sur la même parcelle, qui a été séparée par un simple grillage à l’époque où le second était en activité. Cette proximité avec l’établissement scolaire est dénoncée au premier chef par les habitants (…)

www.valeursactuelles.com


Fdesouche sur les réseaux sociaux