Fdesouche
Les Mureaux : victime d'insultes et menacé de mort, Boris Venon démissionne du conseil municipal

Victime de racisme anti-blanc, d’agressions homophobes et de menaces de mort, un élu PS des Mureaux (78) démissionne : “T’es mort, t’es mort, on va afficher ta photo dans la ville” (MàJ : Récit des altercations)

09/10/2022

Le dernier incident en date, celui qui a forgé sa décision, s’est produit il y a quelques mois. Il relate avoir subi des insultes racistes – « Le Blanc, quitte ma ville, on est ici chez nous ! » – homophobes et avoir été poursuivi jusque chez lui. Que s’est-il vraiment passé ? Nous avons pris connaissance du contenu de sa plainte et l’avons interrogé.

Ces faits datent du 17 juillet 2022. Ce jour-là, Boris Venon circulait en voiture avec son compagnon aux Mureaux. Avenue Paul-Raoult, un automobiliste change de file, sans clignotant, et manque de les percuter. « On a klaxonné », explique l’élu. Le mot « connard » s’échappe alors de l’habitacle voisin. « Au feu rouge, on a ouvert la vitre pour savoir pourquoi il nous insultait », précise-t-il.

« T’es mort, t’es mort ! » 

La passagère en face aurait perdu ses moyens : « C’est parti très vite. Il y a eu des insultes homophobes comme « Ah les pédés vous vous prenez bien le cul (sic) ! » » C’est lors de cet épisode qu’elle aurait prononcé la fameuse phrase sur « les Blancs ». Puis, le feu passe au vert, Boris Venon et son compagnon poursuivent leur chemin et arrivent chez eux, suivi du couple en question. « J’y suis allé pour m’expliquer pendant que mon compagnon composait le 17. J’ai entendu plusieurs fois « T’es mort, t’es mort ! On va afficher ta photo dans la ville » » L’altercation s’est arrêtée là.

Le jour même, Boris Venon s’est rendu au commissariat des Mureaux. Dans sa plainte, selon nos informations, il n’a pas mentionné les injures racistes. « J’en ai parlé au policier, j’étais chamboulé, je n’ai pas insisté sur ce point. Cela n’a pas été marqué dans le PV », reconnaît-il. Une procédure a alors été ouverte pour « injures non publiques à caractère homophobe » et « menace de crime ».

(…)

L’adjoint, qui a déjà déménagé des Mureaux, affirme donc aussi avoir été victime de dix autres agressions ces deux dernières années aux Mureaux. Aucune n’a donné lieu à un dépôt de plainte.

« C’était après des différends routiers, des refus de priorité. Pour un coup de klaxon à un feu rouge, je me suis fait courser aux Musiciens (un quartier sensible des Mureaux). J’ai eu le droit à des propos homophobes quand je me baladais dans la ville, comme : « Tiens, voilà le pédé (sic) ». Des propos racistes aussi, poursuit-il. À la sortie de la gare, plusieurs fois je me suis fait insulter parce que je faisais une remarque à quelqu’un qui franchissait, en fraude, le portique derrière moi. Dans ce genre de situation, mon compagnon s’est même fait saisir à la jugulaire. »

(…)

Actu.fr


04/10/22


02/10/22

François Garay, le maire (PS) des Mureaux, ne dit pas autre chose. « Ces actes et ses propos sont inacceptables. Nous l’avons dit au cours du conseil municipal et je le répète aujourd’hui. En dehors de l’impact qu’ils peuvent produire sur la personne qui en est victime, cela stigmatise aussi notre ville, où le vivre-ensemble fonctionne pourtant. Les Mureaux, ce n’est pas ça ! Les raccourcis sont toujours très dangereux. » Contacté, Boris Venon n’a pas donné suite à nos appels.

Le Parisien

Complément: François Garay en 2011


01/10/22


30/09/22

Conseil municipal, à partir de 3h28


29/09/22

Élu aux Mureaux depuis 2014, deuxième adjoint au maire depuis 2020, Boris Venon vient d’annoncer sa démission lors du conseil municipal du 28 septembre 2022.

Deuxième adjoint au maire des Mureaux en charge notamment de la mission Cœur de Ville et de la rénovation urbaine, Boris Venon a annoncé sa démission du conseil municipal, lors de la séance du mercredi 28 septembre 2022.

L’élu de 38 ans avoue ne plus se reconnaître dans cette ville qu’il a tant aimée.

Il raconte avoir été régulièrement victime d’insultes ces deux dernières années mais aussi de menaces de mort. Récemment, il aurait même été victime d’insultes racistes et homophobes, comme il l’a raconté lors du dernier conseil municipal.

Le blanc quitte ma ville, on est chez nous ici », c’est ce que je me suis entendu dire avant qu’on ne me poursuive jusque devant mon domicile pour me menacer de mort ensuite. Oui, les citoyens d’origine européenne peuvent faire l’objet de racisme. Et c’est un homme dont tout le parcours politique s’inscrit à gauche qui vous le dit.  

Boris Venon

Profondément marqué par ces événements, il a donc décidé de quitter non seulement le conseil municipal mais aussi la commune.

Ce n’est pas dû à un désaccord politique avec l’équipe en place. Au contraire, tout se passe bien en mairie. C’est juste que je ne me retrouve plus dans cette ville qui a beaucoup changé. En quatorze ans de vie aux Mureaux, je n’ai eu aucun problème durant douze ans. Et ces deux dernières années, j’en suis à une bonne dizaine d’agressions verbales.

Boris Venon – Deuxième adjoint au maire des Mureaux

(…) En avril 2022, juste après les élections présidentielles, il avait déjà démissionné de son poste de premier secrétaire fédéral du Parti socialiste dans les Yvelines, ne cautionnant pas le rapprochement du parti avec La France insoumise.

(…) Actu.fr

(Merci à Colas)


Fdesouche sur les réseaux sociaux